Le Rythme de la Vengeance
Plate-forme : DVD
Date de sortie : 01 Juillet 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
film
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


6/10

Réalisé par Reed Morano.

Stephanie Patrick (Blake Lively) était l'une des meilleures étudiantes de l'université d'Oxford avant que sa famille (maman, papa, frère, sœur) ne prenne l'avion pour partir en vacances et ne soit tuée dans un accident qui aurait été causé par une défaillance mécanique. Trois ans après la catastrophe, Stéphanie est une prostituée héroïnomane dans un bordel londonien lorsqu'un client entre, la paie pour qu'elle parle et révèle qu'il est journaliste avec la preuve que l'avion s'est écrasé à cause d'une bombe à bord - un acte de terrorisme. Cette révélation éveille Stéphanie pour la première fois depuis sa perte et elle devient convaincue qu'elle peut traquer le terroriste et le tuer. La vengeance, croit-elle, apportera une sorte de paix dans sa vie. Les obstacles à ce plan sont la dépendance à l'héroïne mentionnée ci-dessus, le fait qu'elle est une prostituée et non une super-espionne, et qu'elle n'a ni l'argent ni les compétences de quelque nature que ce soit nécessaires pour une telle entreprise. Mais Stephanie ne laisse pas cela l'empêcher d'avancer. Elle trouve la source du journaliste, un agent du MI-6 (joué par Jude Law) et le convainc de la former à la manière d'un super-espion assassin. Puis, avec l'aide d'un agent de la CIA - vous remarquez un schéma ? - joué par l'acteur américain Sterling K. Brown, elle part à la recherche de son homme et met fin à la douleur infernale qu'elle vit.

The Rhythm Section est dirigé par le réalisateur de The Handmaid's Tale, Reed Morano, qui a reçu un Emmy Award et qui est connu pour insuffler de l'énergie et de l'étincelle aux histoires sombres et violentes. Mais ses compétences sont mises à mal dans ce thriller sinistre, pesant et prévisible. Jude Law et Sterling K. Brown sont des acteurs primés qui livrent leurs performances les moins intéressantes depuis des années, et Blake Lively (qui a un curriculum vitae quelque peu en dents de scie mais au moins quelques performances solides) en fait un film si sinistre, hargneux et sans le moindre soupçon d'autre chose que de la misère, que vous vous retrouvez à vouloir lui crier que ça ne peut pas être si grave. Ajoutez à cela un maquillage qui était censé faire pour elle ce que Monster a fait pour Charlize Theron. C'est-à-dire, prendre une femme d'une beauté préternaturelle et la rendre ordinaire, ce qui nous permet de voir au-delà de sa beauté pour remarquer pour la première fois qu'elle peut vraiment agir ! Au lieu de cela, nous la trouvons en train d'enfiler une série de perruques quelque part comique, chacune plus terrible que la précédente, avec un accent britannique qu'elle ne se souvient d'utiliser que dans environ 30% de son dialogue, et on vous laisse compter les minutes jusqu'à ce que vous puissiez vous libérer de la morosité et du rythme décalé de cette section rythmique mal instrumentée.

VERDICT

-

Le principal outil marketing pour The Rhythm Section était la mention "par les producteurs de James Bond". Le résultat, cependant, est moins adapté à toute idée de combler une lacune sur le marché et davantage motivé par la vision de Morano, qui est un film de récupération après un traumatisme, un film de désintoxication et un thriller de vengeance, le tout rassemblé dans un seul et même programme exténuant.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés