Blake et Mortimer tome 27 : Le cri du Moloch
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 20 Novembre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Jean Dufaux
Dessin : Christian Cailleaux et Étienne Schréder

Quand on pense à Jean Dufaux , nos pensées vont principalement à la série romaine Murena . Mais la série la plus connue sur laquelle il a travaillé est sans aucun doute Blake et Mortimer. Plus d'albums de ce classique sont maintenant sortis après la mort du créateur Edgar P. Jacobs qu'avant sa mort. Bien que Dufaux n'ait qu'un seul album à son actif dans cette série, l'onde Septimus est l'une des plus marquants. Il y a beaucoup réfléchi, mais en termes d'histoire, nous ne pensons toujours pas que ce soit le meilleur Blake et Mortimer. Dufaux avait l'intention de raconter son histoire complète en trois parties avec un rôle principal pour Olrik dans le rôle de l'éternel et ultime méchant. En raison des circonstances, l'intention de la trilogie a été réduite à un diptyque. Il n'a pas développé l'idée de faire connaître les origines d'Olrik. Au fait, il avait l'intention de faire d'Olrik le troisième fils du fasciste britannique Oswald Mosley (1896-1980). Les téléspectateurs de Netflix connaîtront Mosley principalement comme un personnage de la série Peaky Blinders. Parce que d'autres personnes impliquées dans Blake et Mortimer, dont l'éditeur Yves Schlirf, trouveraient que c'est un péché mortel de donner un passé à Olrik et que son personnage mythique disparaîtrait ainsi, Dufaux a été obligé de jeter 40 % de ce qu'il avait écrit dans la corbeille à papier. En retour, il s'est mis d'accord avec tous les autres scénaristes de Blake et Mortimer pour éviter le passé d'Olrik dans leurs histoires également. Il a également supprimé une autre idée d'histoire pour faire venir le cheikh Abdel Razek à Londres afin d'annuler sa malédiction sur Olrik. Ce qui précède garantit que nous comprenons mieux pourquoi l'histoire du Cri du Moloch prend une tournure différente à mi-chemin. Il semble que Dufaux ait commencé à la réécrire en partie à ce moment-là. La recherche de Lady Rowena par le capitaine Blake n'a pas d'objectif clair et la confrontation avec son père, Alfred Spark, a peu de valeur ajoutée, sauf que l'on sait qu'il était membre du groupe autour d'Oswald Mosley et qu'il semblait être l'un des principaux intéressés par le travail de Septimus. Plus intéressante est la découverte du professeur Mortimer qui est invité à bord d'un navire de recherche converti où il est informé sur le vaisseau spatial qui a détruit Blake dans l'onde Septimus. Ce n'est pas le dernier navire sur Terre. Le passager qui l'a transporté est connu sous le nom de Moloch. Sa visite sur Terre a un but, et quand il s'échappe, les recherches commencent. Le gouvernement l'a délibérément caché au public et a mené des expériences avec cette créature. En même temps, le professeur Mortimer tente de reprendre conscience. Olrik s'est effondré spirituellement après la confrontation avec l'être spatial.

Quand nous avons terminé l'album, nous étions plus positifs à propos de l'onde Septimus. Maintenant, il s'agit plutôt de la recherche d'un extraterrestre en fuite et Dufaux en fait une histoire lisible. Pourtant, cela ne nous dérangerait pas que les histoires à venir soient davantage dans la ligne classique de Blake et Mortimer. Et ce prochain album est de retour dans la main de Jean Van Hamme et concerne le dernier Espadon. Les illustrateurs seront de nouveau réalisés par le duo Peter van Dongen et Teun Berserik dont le travail était très méritoire avec les deux albums précédents. En termes de dessins, Antoine Aubin, le dessinateur de l'Onde Septimus, travaille actuellement sur un autre album pour la série, il a donc été échangé pour le duo Christian Cailleaux et Étienne Schreder. Leur style de dessin est proche de celui, mais moins serré que celui d'André Juillard et moins ludique et vivant que celui de Peter van Dongen et de Teun Berserik. Ce style est un peu plus rigide et plus posé. Ce n'est pas si mal. Dans la critique de l'album précédent, nous nous sommes un peu plaints du fait que la narration classique et lente des histoires de Blake et Mortimer, avec beaucoup de textes dans les descriptions et des ballons de paroles, ne correspondait pas très bien aux dessins dynamiques de Van Dongen et Berserik. Une approche un peu plus moderne, avec des morceaux de texte moins volumineux, serait tout à fait bienvenue. Comme les longs dialogues et les descriptions sont abondamment présents dans cet album, les dessins plus posés sont en fait tout à fait appropriés. Nous pensons toujours qu'il pourrait être un peu plus moderne, mais dans ce cas, la façon de raconter les histoires et les dessins forment une unité. La coloration grisâtre, quelque peu sombre, crée également une belle image de feuille et une atmosphère vieillotte. Surtout pour les fans nostalgiques, ce sera un très bel album. Pour les fans moins nostalgiques, les dessins valent également le coup d'œil. En passant, les lecteurs attentifs découvriront que Blake boit un whisky de la marque Kavalan. Il s'agit d'une marque de whisky de Taiwan qui n'a été distillée que vers 2005. La distillerie est la plus visitée au monde.

VERDICT

-

Malgré le rythme lent, ce tome vingt-sept de Blake et Mortimer sait aussi fasciner en termes d'histoire. Jean Dufaux parvient à repousser longtemps le dévoilement du mystère central, afin que vous ne vous endormiez pas pendant les longs dialogues, tout en restant curieux de l'issue.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés