Köllwitz 1742
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 05 Juin 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin : Serge Toppi

Köllwitz 1742 est en réalité un recueil regroupant quatre mini-récits de Sergio Toppi. . Toppi dénonce la bêtise sanglante de la guerre, on ne peut pas dire mieux. Les quatre histoires traitent de la guerre, les trois premières se passant au XXè siècle. "Köllwitz 1742" et "Tell Aqqaqir 1943" furent publiées en 1977 et partagent une touche de fantastique. La première se passe en Prusse et présente presque un aspect steampunk avec un général totalement invaincu sur les champs de batailles mais qui cache un lourd secret qui pourrait bien tout remettre en question si l'ennemi le découvrait. La deuxième prend place dans un désert du Magreb après la deuxième bataille d'El Alamein. Le désert autrefois hospitalier est devenu dangereux pour ses habitants, jonché de débris de guerre et de champs de mines. Mais pour les jeunes c'est une opportunité, les infidèles paient bien le cuivre et les matériaux ferreux, et donc Abdl Seid Ahluani décide de se jeter dans l'entreprise, indépendamment de l'opinion contraire de son sage père.

"Cette chose qui chemine à mon côté" - Qualcosa che mi cammina vicino (1980), traite de la guerre du Vietnam et s'achève assez brutalement en laissant un goût d'inachevé. Un enfant y fait la rencontre de la mort et commence à perdre son insouciance. Contrainte ou effet de style, Toppi sème le doute. Du coup, l'histoire fait penser un peu à un haïku, ces courts poèmes japonais comme si Toppi avait voulu abréger son histoire avec une approche minimaliste. La quatrième, "Nahim" (1993) est parue plus tardivement et traite de la guerre en Yougoslavie. C'est peut-être la plus effrayante car dénuée d'une touche de fantastique, et dangereusement près de nous, temporellement et géographiquement. Dans l'actuelle Bosnie, une vieille dame et un enfant tentent de fuir la guerre. Toppi n'utilise même plus de faux-semblants, comme si la réalité dépassait la fiction. Comme si la guerre était inimaginable. Il a peut-être raison et il en résulte des récits encore plus arides. Les graphismes en noir et blanc sont d'une redoutable efficacité, à la fois réaliste dans leur trait mais terriblement baroque dans leurs émotions.

VERDICT

-

Au final, avec la guerre en thème principal, Köllwitz 1742 est peut être l'album le plus mature de Toppi paru en France. Le fantastique est vite laissé de côté au profit d'une approche réaliste des événements en Bosnie et au Vietnam. Un bel ouvrage.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés