Jormungand tome 8
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 12 Octobre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7/10

Scénario et dessin : Keitaro Takahashi

Jormungand est une série en onze tomes publiée au Japon aux éditions Shokakugan. Jonah est un enfant soldat, né au milieu des conflits chaotiques qui sévissent en Asie occidentale, sa famille a été emportée par une guerre alimentée par des armes fournies par les soi-disant marchands de la mort, des marchands d'armes internationaux. Malgré sa haine des armes et de la violence, Jonah emploie les deux extrêmement bien au service de la marchande d'armes de haut vol Koko Hekmatyar et de son groupe de mercenaires, qui opèrent sous la couverture de H&C Logistic Incorporated. Jonas peut-il concilier sa haine des armes avec la profession qu'il a choisie ?

Alors qu'il faisait des affaires en Asie du Sud-Est, le frère de Koko Jekmatyar, Kasper, se heurte à l'ingérence d'une opération secrète quasi-gouvernementale au Japon. Il décide de faire appel aux agents secrets de sa sœur pour lui donner un avantage. Dirigé par le "seul et unique maître espion du Japon", Yosuke Hinoki, fier de ressembler à un fantôme, le groupe de Koko pourra-t-il éliminer cette concurrence insaisissable ?  Et Tojo, un ancien employé du spymaster, sera-t-il prêt à faire tout ce qu'il faut pour aider son nouveau patron Koko ? C'est une bataille dans l'ombre dans Jormungand 8 ! Nous attendions vraiment avec impatience ce nouveau volume de la série, mais il faut admettre que nous l'avons laissé avec un sentiment de déception. Kasper n'est pas un personnage très intéressant et son implication ici ne sert qu'à ralentir les scènes d'action amusantes avec le développement du personnage de Jonah, qui a été (à juste titre) relégué à un rôle de personnage secondaire au fur et à mesure que la série avançait. De plus, l'intrigue ne repose pas tant sur le génie de Koko et sa capacité à garder une longueur d'avance sur la concurrence que sur la connaissance qu'a Tojo de son ancienne organisation. En fin de compte, ni les plans de Koko ni les connaissances de Tojo n'ont beaucoup d'importance, car il s'avère que le spymaster joue avec tout le monde pour obtenir ce qu'il veut vraiment : la paix, enfin.

Le sentiment général est plutôt anticlimatique, et il n'y a qu'une seule séquence d'action majeure, qui implique principalement une poursuite en voiture et quelques combats à l'intérieur d'un bâtiment. Pour une raison quelconque, les enjeux ne semblaient pas aussi élevés cette fois, et l'action ne s'est pas construite toute seule. Il n'y avait pas de leçon morale à donner ou à sous-entendre, à part peut-être faire attention à ce que l'on souhaite. Le pire, c'est que le sentiment de plaisir dangereux (ou inapproprié) semblait manquer ici. Ce n'était pas l'Agence tous risques dans sa fierté autant que le Magnum d'hier et espérons que ce ne soit pas une tendance. Les visuels de Takahashi sont restés aussi forts que jamais, et l'action était claire, bien qu'un peu ennuyeuse aussi.

VERDICT

-

Il y a quelques bonnes lignes et scènes, mais dans l'ensemble, Jormungand 8 n'était pas aussi bon qu'il aurait pu l'être. La série conserve un bon niveau, mais alors que nous entrons dans le neuvième volume, nous voyons quelques signes de faiblesse se profiler. A moins que les actions de cette histoire ne s'enchaînent de façon importante plus tard, ce volume peut probablement être ignoré.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés