These Savage Shores
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 19 Août 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8.5/10

Scénario : Ram V
Dessin : Sumit Kumar
Couleurs : Vittorio Astone

Le mythe de la création du christianisme, celui qui marque la soi-disant civilisation occidentale, est celui qui nous appelle à la soumission à des autorités inaccessibles et à la punition pour la désobéissance à ces absolus pré-existentiels. Jouez selon mes règles, suivez mes ordres ou subissez les conséquences humiliantes et douloureuses. D'autres mythes de création d'origines diverses partagent également l'élément de docilité et d'assujettissement par le pouvoir, acceptant l'infériorité de l'espèce humaine au sein de la force de la nature ou du cosmos. Et c'est ce complexe d'infériorité qui conduit l'être humain à rechercher le pouvoir, comme une faim insatiable, à s'imposer au reste et à gratter un morceau de divinité. "Comment es-tu venu dans ce monde?" est la question récurrente que reçoit la créature primitive mettant en vedette Wild Shores. Et l'histoire varie avec chaque réponse, mais la violence, la lourdeur tragique de la conscience et le désir irrépressible d'ascension (même à travers le cannibalisme) sont présents dans toutes. La prédation des égaux, la xénophobie et la misanthropie explicites pour faciliter le processus, sont les fondements du pouvoir absolu, l'origine de tout empire. Ainsi, se déroulant lors de la première guerre anglo-Mysore de 1767, l'œuvre du scénariste Ram V et du dessinateur Sumit Kumar (tous deux d'origine indienne), accompagnée de l'impressionnant travail du coloriste Vittorio Astone, nous propose un conte de monstres et de masques au milieu de la lutte impérialiste pour le contrôle de la Route de la Soie par la Compagnie britannique des Indes orientales. Et s'il peut sembler que la période qui se situe dans l'Inde du 18e siècle ou la charge critique et réfléchie des thèmes susmentionnés couvrira une grande partie de l'œuvre, la vérité est que le scénario de Ram V est intelligemment soutenu par des bases solides pour raconter un drame d'horreur avec des notes de romance qui établit le choc entre la civilisation et la barbarie à travers ses créatures monstrueuses.

D'une part, le vampirisme représente la fierté impérialiste britannique, la pompe et l'arrogance occidentales, et la conquête comme un outil de pouvoir et de domination. De l'autre, l'Asura ou Rakshasa, l'entité démoniaque mangeuse d'hommes de la mythologie hindoue, apparaît comme la recherche de la rédemption de la terre, une allégorie des guerres indigènes qui rappellent qu'il n'était pas nécessaire d'avoir des envahisseurs pour faire face à la violence des hommes assoiffés du pouvoir. Les deux créatures trouvent leur mana dans la chair et le sang de leur proie, comme des généraux qui trouvent le triomphe dans le sacrifice de vies ennemies. Le conflit entre les deux aspects de la monstruosité est enveloppé par une atmosphère de mystère et d'ominosité, typique du conte gothique constamment honoré. De cet environnement, Kumar tire ses figures grotesques et son encrage sélectivement disgracieux, combinant cet air de la vieille Europe avec le mysticisme et l'exubérance orientale, où le symbolisme, la nature imposante et les espaces ouverts prennent le contrôle. Ainsi, ses personnages acquièrent des formes variées, en compagnie de la narration, selon le décor qui les entoure, jouant avec la lourdeur des encres, détaillant ou brouillant à volonté, pour représenter ce choc des cultures qui soutient l'œuvre. Cependant, rien de tout cela ne se démarquerait suffisamment sans le travail explosif d'Astone. Sa palette de couleurs suggestive, à mi-chemin entre la sombre froideur britannique et la magie du paysage indien brûlant, insuffle la vie à l'ensemble. Des brumes denses qui absorbent la scène lors de la peinture des lignes de Kumar. Ombres et paysages nocturnes dans lesquels le noir représente à la fois danger et sécurité autour de violets puissants (représentant, encore une fois, le monstre protagoniste sur son terrain). Et enfin les couleurs terreuses, qui servent à brûler les personnages, à la fois entre les éclats de la scène orientale, et entre les étreintes de l'intimité sensuelle. Il n'y a pas deux cieux identiques, aucune forêt ne se ressemble, et il n'y a pas deux nuits identiques, car il ne semble y avoir aucune égalité entre les deux cultures en collision. Et Astone dépeint de façon dramatique cet inévitable affrontement.

VERDICT

-

Drame d'horreur, romance gothique ou conte folklorique, Ram V, Kumar et Astone ont construit leur œuvre la plus significative, solide et authentique. Un tournant surnaturel vers un conflit historique inconnu de beaucoup de gens (pas tant parce qu'il est obscur qu'à cause de la tendance nombriliste de notre éducation) qui génère un intérêt au-delà de son statut de travail d'époque précisément à cause du choc culturel de ses influences. Mais comme dans tous les accidents, ses effets doivent être dramatiques. Ainsi, le scénariste clôt son travail par une réflexion amère sur la victoire et ses conséquences, correspondant à l'évolution de la région indienne dans l'histoire que l'on connaît. Qu'elle soit primitive et naturelle, ou qu'elle soit déguisée et hypocrite, la violence est la violence et elle place un miroir sur ses protagonistes pour réfléchir à ce que sont vraiment les Savage Shores.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés