Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau
Plate-forme : Nintendo Switch
Date de sortie : 20 Novembre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Voyagez dans le passé et tentez d'empêcher la destruction du royaume dans Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau sur Nintendo Switch !

Une nouvelle chronologie.

En 2017, le monde du jeu vidéo a été surpris par The Legend of Zelda: Breath of the Wild . Le titre a agi de manière ambitieuse, donnant un nouveau cadre à la série bien-aimée de Nintendo. L'aventure, divisée en donjons et moments clés, classés par ordre historique, a fini par céder la place à une exploration massive et à la liberté dans la manière de terminer l'intrigue. Même avec ceux qui n'aimaient pas la nouvelle direction, l'entreprise a été un succès et les fans anxieux ont demandé un autre chapitre de cette nouvelle saga. Ainsi, après quelques mois d'annonce, Nintendo a publié Hyrule Warriors: L'ère du fléau. Le jeu, développé par KOEI TECMO, sauve l'univers présenté dans BOTW, mais il fait clairement suite à une autre proposition de gameplay, amenant les batailles de Link et de ses compagnons au genre Musou. Popularisé par la série de jeux Dynasty Warriors, le style de jeu Musou se compose de combats d'armées avec différentes unités. Parmi les différents combattants, il y a les officiers, les combattants les plus puissants qui sont les personnages bien connus de la série. L'un d'eux est celui que l'utilisateur choisit pour le représenter. Le personnage jouable est contrôlé d'une manière commune aux jeux d'action et d'aventure avec plusieurs combos et attaques spéciales, parfois utilisé pour causer de gros dégâts à un officier ennemi, parfois utilisé pour vaincre plusieurs adversaires plus faibles à la fois. Ainsi, le gameplay consiste à vaincre l'armée ennemie, à atteindre des objectifs tels que vaincre un officier important, s'assurer qu'un personnage atteigne une destination ou détruire une structure stratégique du scénario.

L'histoire de l'ère du fléau commence par le voyage dans le temps d'un petit robot gardien, nous emmenant dans une ère de guerre, 100 ans avant le début de Breath of The Wild. L'inclusion du nouveau personnage mécanique finit par soulever des questions sur l'intrigue du jeu et s'il ne s'agit que d'une préquelle à ce que nous savons du jeu précédent. C'est déjà un point positif, qui nous motive à observer l'histoire de près et à nous demander si nous en savons déjà autant sur la fin que nous l'imaginons. Quoi qu'il en soit, dépeindre une guerre fonctionne parfaitement dans le style de jeu proposé par le Musou, avec des alliés et des ennemis courant sur la carte et nos personnages étant capables d'exécuter des techniques qui dévastent des dizaines de soldats ennemis en même temps. Le fan de Breath of The Wild aura une assiette remplie d'événements et d'éléments permettant de mieux connaître des personnages qui avaient leur importance, mais peu de profondeur dans le jeu précédent, comme les quatre champions d'Hyrule. La nature du jeu permet également quelque chose de rare dans la série Zelda : être témoin des compétences d'autres personnages, en plus du protagoniste.

Au-delà du jeu d'action basique.

Bien qu'à première vue, Hyrule Warriors: L'Ère du Fléau apporte un gameplay répétitif, avec des personnages jouables battant des hordes et des hordes d'ennemis peu variés, la vérité est qu'il y a un effort visible et réussi de la part des développeurs pour créer une expérience agréable sur la longueur. Le titre offre la possibilité d'expérimenter un gameplay varié, chaque personnage jouable (un total de dix) ayant son propre style de combat et des mécanismes uniques, ce qui supprime le sentiment d'ennui résultant de la lutte contre les mêmes adversaires plusieurs fois. Bien qu'ils fonctionnent tous essentiellement de la même manière de base, avec des combos et des mouvements spéciaux. Revali, une guerrière de la race d'oiseaux Rito, peut alterner entre les frappes terrestres et aériennes, tandis que la princesse Zora Mipha a la capacité de se téléporter à travers la scène et de soigner ses alliés. Même Link, le personnage principal, a une mécanique créative, qui peut varier ses mouvements lorsque nous l'équipons d'armes différentes, ce qui donne au héros la possibilité d'être plusieurs personnages en un. Chacun des personnages apporte une expérience unique et alterner entre eux, ainsi que découvrir la façon la plus efficace de jouer avec chacun, garantit que la sensation de répétition ne se fait jamais pleinement.

En plus des héros, il y a des étapes dans lesquelles nous contrôlons les quatre bêtes divines. Essentiellement des robots géants avec divers arsenaux d'armes magiques. Ainsi, le niveau de destruction et le nombre d'ennemis vaincus atteint un nouveau niveau, en plus d'ajouter un autre outil de variété à l'expérience en général. Les missions en jeu nécessitent souvent le contrôle de plus d'un personnage, ce qui supprime également l'ennui de répéter les mêmes coups pendant une longue période. Les héros choisis pour chaque tâche peuvent être changés à tout moment et, bien qu'ils ne soient pas contrôlés par le joueur, ils peuvent être programmés pour suivre une certaine destination. Ainsi, pendant que nous résolvons l'objectif A, notre partenaire s'attaque déjà à une autre tâche, et nous pouvons en prendre rapidement le contrôle le moment venu. Ainsi, un autre problème courant dans les jeux musou est résolu: perdre beaucoup de temps à parcourir une carte géante entre des points d'intérêt.

Beaucoup à faire.

Malgré la grande concentration sur l'histoire, le jeu propose plusieurs activités non obligatoires à effectuer. On nous présente une carte complète, qui contient des missions secondaires aux demandes de PNJ pour les objets que nous trouvons au milieu des étapes. En plus de l'avantage évident de renforcer les personnages jouables, d'acquérir de l'expérience et des niveaux, ces tâches peuvent débloquer de nouvelles techniques et augmenter la durée de vie. Nous pouvons même trouver de nouveaux héros jouables dans certaines de ces aventures. Il existe également des espaces spéciaux qui vous permettent d'acheter des objets, d'améliorer votre équipement ou même de former nos combos. Dans un autre parallèle encore avec Breath of The Wild, Hyrule Warriors nous permet de résoudre l'histoire rapidement, mais propose un univers d'autres aventures, explorations et recherches d'objets. Cela nous donne certainement une chance d'approfondir notre expérience. La difficulté générale du jeu suit un chemin similaire en matière de liberté. Nous pouvons facilement nous défier à des niveaux de difficulté plus élevés, affronter des ennemis que nous n'aurions pas besoin de vaincre ou même, de manière plus simple, amener les personnages de bas niveau à un stade avancé. Le défi en général, ainsi que la vitesse à laquelle vous terminez le jeu sont hautement réglables, certainement le meilleur moyen d'imposer des défis à un jeu vidéo.

Même avec la différence radicale entre le gameplay d'Hyrule Warriors et celui de son prédécesseur, le respect de l'univers est remarquable. Plusieurs éléments d'importance dans le gameplay de Breath of The Wild sont revenus de manière percutante. Les runes Sheikah, qui donnaient au héros des pouvoirs spéciaux, tels que l'arrêt du temps ou la création d'explosifs, sont également de retour et chaque personnage les utilise de manière unique, ce qui ajoute encore plus à l'individualité de chaque héros jouable. Le "Flurry Rush", la technique utilisée dans le jeu précédent, dans lequel nous avons esquivé une attaque juste avant qu'elle ne nous frappe et reçu une fenêtre pour causer de gros dégâts à l'ennemi, est également de retour. Les ennemis, selon la série, ont également des points faibles et subissent des dégâts supplémentaires de certains objets, que nous pouvons collecter. Les monstres de glace, par exemple, seront immobilisés par un coup de canon qui contrôle le feu. D'autres éléments se traduisent par moins d'impact sur le gameplay, mais sont tout de même intéressants et soulignent le soin des développeurs de rendre hommage à la série. Link, par exemple, peut surfer sur son bouclier et faire rebondir les lasers Gardien, tandis que la nourriture est à nouveau utilisée en tant qu'améliorateurs d'attributs et moyens de récupérer de l'énergie pendant les batailles. Le combat est dynamique et plus profond qu'il n'y paraît. Connaître les faiblesses des adversaires, ainsi que les fenêtres de leurs attaques afin que nous puissions esquiver correctement permet même aux personnages de bas niveau et aux mauvaises armes de gagner des batailles bien au-dessus de leurs niveaux. Le jeu combine bien la logique des batailles contre les boss de la série Zelda avec le combat de Musou, ce qui donne un gameplay amusant et stimulant.

Une technique en progression.

Il est indéniable que tant la démo que le titre final fonctionnent dans le dock dans une résolution variable entre 1440 x 810 et 1013 x 570 et, en mode portable, il varie de 960 x 540 à 676 x 380, et tout cela avec un framerate qui varie de 30 à 20 fps. Ces chutes d'images deviendront plus présentes dès que quelque chose commencera à exploser ou que nous effectuons des attaques spéciales qui affectent de nombreux ennemis en même temps. Cela affecte-t-il le gameplay ? Heureusement pas vraiment, tout simplement parce que là où nous les remarquerons le plus, ce sera à des moments précis où nous effectuerons des attaques spéciales ou des finitions sur des ennemis, où le temps ralentit déjà un peu. Pour le reste, ce nouvel épisode affiche des effets lumineux convaincants, une modélisation des personnages plutôt crédible, des décors assez variés et des mouvements très proches de ce que l'on peut découvrir dans Breath of the Wild. D'un point de vue musical, on retrouve heureusement des musiques tirées de la série, avec quelques remix très appréciables (une quarantaine de morceaux au total), et bien sur des doublages en français (là aussi repris de BOTW). Le multijoueur augmente encore plus le plaisir, vous permettant de partager la gloire des batailles avec un ami, même si plusieurs ennemis à l'écran en même temps que d'énormes mouvements spéciaux peuvent en demander trop à la Switch, ce qui entraîne un décalage temporaire. Rien qui puisse nuire au gameplay en général. Il ne reste que le désir d'une option en ligne pour ceux qui n'ont personne avec qui jouer.

En ce sens, et bien que cela vienne présenter un certain défi, nous avons remarqué qu'en quantité, par rapport à Hyrule Warriors: Definitive Edition, la quantité de contenu est bien moindre. Terminer le mode histoire, avec la mission secondaire occasionnelle, nous prendra environ dix-huit heures , qui peuvent être prolongées de huit heures supplémentaires juste pour une mission offerte à la fin. Dans Hyrule Warriors: Definitive Edition, vous pouviez passer des centaines d'heures devant l'écran mais les quêtes étaient autrement moins développées.

VERDICT

-

Dans l'ensemble, Hyrule Warriors : L'Ère du fléau fait un excellent travail en combinant l'essence d'un jeu bien établi avec le genre Musou. Le gameplay, à première vue, contient des complexités amusantes à explorer. Les amateurs du genre Musou et les fans de Breath of The Wild (en particulier les amateurs de combats pour ce titre) devraient considérer ce jeu comme un must. En revanche, même les joueurs qui ne connaissent pas la série ou le genre, mais qui aiment se lancer dans des sessions de jeu relaxantes avec des personnages qui rasent plusieurs ennemis à la fois peuvent avoir de bonnes surprises lors de la partie.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés