Le dévoreur de souvenirs tome 1
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 26 Août 2020
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Kyoya Origami
Dessin : Nachiyo Murayama

Le dévoreur de souvenirs (Kioku ya Gensaku) est une série en deux tomes publiée au Japon aux éditions Square Enix. Kiokuya est composé de trois kanji et peut être divisé en deux fragments. Kiokuyu, les deux premiers kanji, signifie «mémoire». Ces choses que nous avons vécues auparavant dont nous pouvons ou ne pas nous souvenir pleinement, pour le meilleur ou pour le pire. Des choses compliquées, nous en reparlerons plus tard. Le deuxième kanji est «Ya», ou magasin. Donc ensemble, Kiokuya se lit comme "Memory Store". L'idée d'une petite boutique de souvenirs dans l'arrière-cour semble intéressante. Cela ressemble beaucoup à Xxxholic par CLAMP. Cependant, Kiokuya n'est pas tout à fait un magasin, et n'est pas tout à fait un endroit que l'on peut visiter librement. "Kiokuya", c'est l'histoire de Ryoichi Yoshimori, un étudiant à l'université. Il vit une vie moyenne, et est sur le point d'obtenir son diplôme. Il a récemment demandé en mariage sa petite amie de longue date, Sawada Kyoko. Quelques jours après sa demande en mariage, Ryoichi voit Kyoko à la gare, sans nouvelles d'elle, et découvre avec horreur et terreur qu'elle n'a aucun souvenir de lui. Ryoichi cherche avec son ami d'enfance Kawai Maki, et un détective et chercheur de mémoire Takaharu Chiaki, à découvrir la vérité derrière la soudaine perte de mémoire de Kyoko, tout en recherchant également la légende des "Kiokuya", une légende urbaine qui serait capable d'effacer les souvenirs.

Ne vous laissez pas tromper par la couverture et la description. Bien que cette série ne soit jamais lourde de détails techniques, à part quelques brèves explications sur la façon dont la mémoire se forme au début, elle est assez compliquée. Il y a beaucoup de sous-intrigues à garder à l'esprit. La première étant la relation entre Kyoko et Ryousuke qui s'effondre à cause de la perte de mémoire de Kyoko. Ce n'est pas l'amnésie, qui est une chose trop utilisée et trop facilement effacée dans les films japonais. La perte de mémoire, en particulier celle dont Kyoko se révèle finalement atteinte, est beaucoup plus grave, voire carrément surnaturelle. La partie principale de la série est la recherche du "Kiokuya", qui est d'abord montré comme faisant partie des recherches de Ryoichi, non seulement comme une source possible de la perte de mémoire de Kyoko, mais aussi comme une légende urbaine de longue date en soi.

VERDICT

-

Le dévoreur de souvenirs tient à montrer que, tout comme les souvenirs vont et viennent, la vie continue. Dans l'ensemble, ce premier tome s'avère bien construit. Les décors, en particulier celui du café de Kyoko, ont été bien étudiés et aident vraiment à créer une bonne ambiance. Il y a assez de moments pour faire un impact, mais peut-être pas autant que je l'aurais souhaité.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés