Ghostrunner
Plate-forme : Nintendo Switch - PC - PlayStation 4 - Xbox One
Date de sortie : 10 Novembre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7.5/10

Ghostrunner raconte l'histoire d'un monde déjà terminé et de ses habitants qui luttent pour survivre.

Un cocktail détonnant.

Il ne fait aucun doute que l'esthétique cyberpunk est à la mode ces dernières années. Cyberpunk 2077 est probablement le principal coupable de cela, mais les développeurs nous proposent plusieurs titres agréables avec ce paramètre, tels que The Surge 2 ou le récent Cloudpunk. Il y a un jeu qui fait parler les gens ces dernières semaines et qui embrasse précisément le thème du cyberpunk. On parle de Ghostrunner, développé par One More Level avec l'aide de 3D Realms et Slipgate Ironworks, qui nous met dans la peau d'un ninja cyborg avec des capacités extraordinaires pour le parkour et l'utilisation du katana. Notre objectif ? Montez au sommet de la tour du Dharma, le dernier bastion de l'humanité. Tout commence dans Dharma, une ville futuriste au bord du chaos. Le monde s'éteint à cause du manque de ressources et la violence dans les rues est à son apogée. Cependant, il y a un endroit où vous pouvez encore survivre, la Tour du Dharma. Malheureusement, ce n'est pas un endroit sûr pour tout le monde, car Mara, la propriétaire du complexe, règne d'une main de fer et la loi des règles les plus appropriées. Arrive notre protagoniste, qui est un Ghostrunner, une sorte de garde du corps de l'ancien propriétaire de la tour. Cette escouade a été décimée lorsque Mara a attaqué l'enceinte pour prendre le pouvoir. Heureusement pour l'humanité, l'intelligence artificielle de The Architect parvient à réveiller les signes vitaux du dernier Ghostrunner. Votre mission? Tuez Mara et ses forces de sécurité connues sous le nom de Las Llaves. 

Nous n'allons pas vous en dire beaucoup plus sur l'intrigue, car il y a une certaine surprise et un rebondissement du script qui vaut la peine d'être découvert par vous-même. Notre protagoniste sera assailli de doutes à tout moment, car il s'est réveillé avec des souvenirs effacés. Ce n'est pas non plus que le titre sache comment gagner notre intérêt pour l'histoire, car bien qu'il voue un effort à développer son intrigue et les personnages qui la composent, il donne le sentiment qu'il se déroule en parallèle avec l'action. L'intrigue avance à des moments précis où nous ne sommes pas en combat avec l'ennemi, donc heureusement, nous n'avons pas à lire le dialogue en esquivant les balles. En bref, notre mission principale est de grimper au sommet de la tour du Dharma pendant que notre personnage découvre sa véritable identité.  Avez-vous apprécié la sensation de vertige en faisant du parkour dans Mirror's Edge ? Ou apprécié l'action frénétique et stratégique de Hotline Miami ? Eh bien, Ghostrunner combine parfaitement les deux. Le Parkour est l'axe principal de son gameplay, nous obligeant à le maîtriser pour dépasser les dix-sept niveaux qui composent l'aventure. Dès la première minute, nous commencerons à courir sur les murs, à nous propulser avec l'une de nos compétences ou à utiliser notre crochet aux points de prise pour couper de grandes distances. Chaque niveau regorge de pièges, tels que des murs électrifiés ou des turbines pleine puissance, mais le développement linéaire nous permet de surmonter les difficultés sans trop de maux de tête. Cet aspect est celui qui nous a le plus rappelé Mirror's Edge , et son influence n'est jamais cachée. 

Un challenge évident.

Ghostrunner est très difficile dans ses phases d'action - un coup et vous êtes mort. C'est la règle principale pour l'ennemi et pour nous. Bien entendu, le nombre constant de points de contrôle favorise la mécanique d'essais et d'erreurs. Le contrôle de notre personnage est très polyvalent aussi bien au sol que dans les airs, ce qui nous permet d'effectuer toutes sortes de figures acrobatiques pour détruire des groupes d'ennemis, comme se donner une impulsion vers l'avant ou activer un temps de balle de quelques secondes. Tout va porter le coup fatal à l'ennemi. Assez violent, il faut le dire, avec beaucoup d'abats. Bien qu'il soit facile de paniquer quand on a un combo incroyable. Cependant, mourir est une fonctionnalité agréable dans Ghostrunner . Nous allons tomber d'innombrables fois aux mains de l'ennemi, mais un seul bouton suffit pour se remettre en action. Il n'y a pas de temps de chargement lorsque nous mourons. De la mort au retour sur le champ de bataille, il y a moins d'une seconde de transition. C'est génial, car alors que nous sommes confrontés à un match difficile, cela nous motive à continuer à perfectionner nos compétences jusqu'à ce que nous surmontions le défi. Sinon, nous parlerions d'un jeu injuste et désespéré. Comme nous l'avons dit précédemment, le développement de l'aventure est complètement linéaire, il n'y a pas de place pour se perdre. Il existe des sections de plates-formes pures, mais aussi des sections d'action dans lesquelles nous devons tuer un nombre spécifique d'ennemis pour déverrouiller la sortie vers la zone suivante. Le jeu nous motive à surmonter les niveaux montrant notre ingéniosité et notre capacité à résoudre les confrontations, même si nous choisirons probablement toujours la voie la plus facile, qui est de mourir sans s'arrêter jusqu'à ce que nous trouvions le moyen facile de condamner nos ennemis. C'est là que Ghostrunner devient le plus prévisible et itératif. Cependant, le mécanisme de disparition est tellement addictif que nous négligerons cette faille. Il est vrai qu'il y a des phases qui peuvent devenir désespérées, surtout dans la deuxième partie du jeu, où apparaissent les boss finaux. Ils ne sont pas très inspirés mécaniquement, et même injustes. Cela ne nous dérangerait pas de me passer des boss et d'avoir plus de sections avec des soldats de base. En fin de compte, Ghostrunner est un jeu "intimidateur" qui exigera que le meilleur d'entre nous nous récompense avec le sentiment chaleureux de satisfaction. 

Mais si nous avons des difficultés au combat, nous pouvons utiliser les capacités que nous débloquons avec notre progression, comme une coupure qui coupe plusieurs ennemis en deux à distance ou la possibilité de laver le cerveau d'un ennemi pour attaquer ses compagnons. Ces capacités spéciales seront essentielles au combat, car si nous nous positionnons correctement, elles affecteront plus d'un ennemi et nous en tirerons le meilleur parti. Elles ne seront pas toujours disponibles, mais nous pouvons réduire leur temps de recharge en tuant plus d'ennemis. De plus, nous avons un système de personnalisation des compétences spéciales intéressant qui nous rappelle Tetris. Nous devons placer plusieurs pièces, qui servent de bénéfices de combat pour notre personnage, de manière à ce qu'elles occupent les bonnes lacunes dans notre panneau de calibrage. Au début, nous aurons peu de nœuds disponibles, mais au fur et à mesure que nous progressons, nous débloquerons plus d'emplacements.  Ce que nous avons le moins aimé chez Ghostrunner, c'est le manque de points de sauvegarde. Nous avons de très nombreux points de contrôle, mais aucune sauvegarde. Si pour une raison quelconque vous devez éteindre la console, vous perdrez tout bonnement la progression jusqu'au niveau auquel vous étiez. Mesurer la durée du jeu complet est compliqué, chaque niveau est long, mais cela dépendra de notre capacité à commander. L'aventure prend une douzaine d'heures, mais aller chercher les objets de collection prend beaucoup plus de temps. Explorer tous les coins et recoins nous récompensera avec des textes ou des audios qui nous placent dans le contexte de ce qui se passe dans la ville. Nous pouvons également changer l'apparence de notre katana, mais ses dessins sont cachés dans les niveaux et comptent également comme des objets de collection.

Une réalisation attrayante ?

Sur le plan visuel, Ghostrunner est un plaisir à regarder sur PC, surtout si vous êtes un amateur de néons et de décors de science-fiction dystopique. Un événement cataclysmique majeur connu sous le nom de «sursaut» a laissé la majorité de la surface de la Terre inhabitable, les humains survivants doivent vivre dans des super tours géantes. Vous incarnez un Ghostrunner, une sorte de pacificateur surpuissant pour ces villes. Après une mission qui a mal tourné, vous vous réveillez au pied d'une tour sans aucun souvenir de qui vous êtes. Tout ce que vous savez, c'est que vous cherchez à vous venger contre le Keymaker, qui a pris le contrôle de la tour, et par extension, des vestiges de l'humanité. Vous êtes assisté par une IA connue sous le nom d'architecte et le dernier combattant de la résistance survivant. La lueur des néons pendant la nuit est merveilleuse à regarder, tout comme certaines des sections les plus industrielles. Sur Nintendo Switch, le jeu reste globalement stable à 30 fps, bien que nous ayons vu quelques baisses (particulièrement en mode portable). Heureusement, cela ne nous est jamais arrivé au combat. Nonobstant, le rendu graphique a sérieusement été affecté sur la console hybride, l'aliasing est omniprésent et surtout la colorimétrie a drastiquement changé, affectant le rendu cyberpunk. Peut être qu'un patch permettra de rendre une partie du charme nocturne du jeu, après tout l'Unreal Engine 4 nous a habitué à être très flexible. David Deluxe, spécialiste de la musique électronique, est en charge de la bande originale. Ces compositions s'intègrent parfaitement au jeu et au combat ils coulent au rythme de nos coups, mais à la longue ils deviennent répétitifs. Malheureusement, cela nous vient sans doublage en français, donc lire les dialogues en pleine action sera un défi de plus. Bien sûr, les textes sont parfaitement traduits.

VERDICT

-

Ghostrunner est ce que l'on appelle un sleeper hit de l'année. Le jeu nous a donné suffisamment de raisons pour le considérer comme l'un des meilleurs jeux d'action de ces derniers mois: frénésie, adrénaline, jouabilité, challenge, amusement .... Si vous n'aimez pas les défis compliqués, Ghostrunner ne vous séduira pas du tout. Maintenant, si vous aimez les jeux d'action effrénés et exigeants, c'est un achat garanti. Quid de la version Switch dans tout cela ? Eh bien, la partie graphique a été sérieusement affecté dans le portage, éclipsant une grande partie de l'esprit cyberpunk. Cela étant, le jeu reste parfaitement jouable et toujours aussi amusant.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés