James Bond : Casino Royale
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 04 Novembre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8.5/10

Scénario : Van Jensen
Dessin : Dennis Calero
d'après l'œuvre de Ian Fleming

«L'odeur d'un casino, mélange de fumée et de sueur, devient nauséabonde à trois heures du matin.» C'est par cette description tout sauf lyrique que commence le roman Casino Royale, dans lequel l'agent le plus ancien et le plus célèbre du monde a fait sa première apparition en 1953. C'est également ainsi que Van Jensen commence son adaptation en roman graphique de la première aventure de James Bond : à Royale-Les-Eaux en France, 007 affronte le célèbre agent ennemi Le Chiffre, que Bond n'est pas censé vaincre par la force des armes mais à la table de jeu. Si, selon le plan, Bond parvient à ruiner financièrement son adversaire, alors l'affaire de son client devrait être terminée. Le tueur impitoyable travaille pour Smersh, une organisation secrète russe dont le but est de tuer tous les espions ennemis (d'où le nom, qui est une combinaison des deux mots russes smert shpionam, mort aux espions), qui ne voudraient pas voir Le Chiffre dilapider l'argent qu'il avait destiné à la construction du mouvement communiste français. C'est exactement ce que le joueur expérimenté Bond est censé assurer en jouant au baccarat contre le Russe. Bond explore d'abord le lieu, observe les acteurs et se familiarise avec les lieux. Il est aidé par son contact français Mathis, qui lui fournit des informations et lui fait remarquer que sa couverture a été dévoilée bien avant le début du match. A ses côtés se trouve également la séduisante Vesper Lynd, une employée du MI-6, qui termine sa première mission sur le terrain et échappe de justesse à une tentative d'assassinat avec Bond. À la table, cependant, la chance ne semble pas être du côté de Bond au début : après les premiers succès, il perd tout son capital. Quand il veut partir, un de ses amis, un homme de la CIA nommé Felix Leiter, lui donne une grosse somme d'argent : avec 32 millions de francs, Bond peut maintenant tout donner. Avec un jeu audacieux, il parvient en fait à battre Le Chiffre, qui quitte la table de jeu humilié, tandis que Bond peut repartir avec un chèque volumineux. Mais Le Chiffre ne pense même pas à abandonner : peu de temps après, il kidnappe Vesper, qu'il veut apparemment échanger contre le chèque que Bond a méticuleusement caché. Bond se lance à sa poursuite, mais finit rapidement entre les mains des méchants eux-mêmes, qui sont désormais tout sauf gentils avec lui...

Une approche complètement nouvelle de Dynamite : alors que les romans graphiques de James Bond de Warren Ellis ou Andy Diggle tels que "Vargr", "Hammerhead", "Kill Chain" et "Eidolon" ne racontaient que des histoires de Fleming sur des motifs de ses propres histoires, Van Jensen livre une relecture fidèle à l'ouvrage, qui - comme dans la riche annexe à l'étude - a d'abord été conçue comme un scénario de film, puis mise en œuvre visuellement. Ian Fleming, lui-même agent des services secrets pendant la guerre, a créé dès 1953 le schéma directeur de nombreuses constellations, motifs et personnages qui sont apparus dans les derniers films de Bond, avec son premier film "Casino Royale" qui a connu un énorme succès : La visite du casino, le martini sec (la recette qu'il a lui-même créée), la Bentley, des personnages comme M, Felix Leiter, Le Chiffre et Vesper Lynd, la sinistre organisation Smersh, tout cela se retrouve dans les variations infinies des aventures cinématographiques. Contrairement aux extravagances à l'écran, dans lesquelles Roger Moore en particulier jouait le dandy jovial, le Bond de Fleming apparaît ici complètement différent : Sexiste, brutal, parfois surmené, fatigué, fumeur invétéré, il se traîne dans le jeu. Il tombe dans le piège tendu par Le Chiffre par orgueil et arrogance. Au lieu de paroles en l'air et de glorieuses victoires, le métier d'agent semble ici sale, sournois et inhumain, avec des explosifs, des armes secrètes dans des cannes et les pires méthodes de torture. Ces traits très réalistes, que Fleming connaissait probablement grâce à sa propre histoire de guerre, sont également repris par Van Jensen dans son adaptation, qui reste à chaque instant proche de l'original. Il reprend des passages descriptifs et des dialogues directement tirés du roman, tandis que l'enregistrement intuitif et analytique que Bond fait de son environnement apparaît aussi visuellement séparé comme un monologue intérieur. Dennis Calero transmet des scènes décisives, comme la réalisation de Cipher qu'il a perdu la partie, dans des dessins expressifs et sans paroles, tout comme les scènes de torture transportent symboliquement l'agonie de Bond.

VERDICT

-

En tout point, une version virtuose du roman de Fleming, dont le langage symbolique et métaphorique résonne à chaque page et respire donc aussi l'esprit de l'original. Comme tous les volumes de Bond, le livre a une couverture attrayante et s'intègre parfaitement dans la série de haute qualité de Dynamite.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés