Wonder Twins tome 1 : Activation !
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 24 Septembre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Mark Russell
Dessin : Stephen Byrne

Exilés de leur planète natale, les héros extraterrestres Zan et Jayna doivent naviguer dans la vie d'adolescents sur Terre au lycée South Metropolis, où ils sont encore plus étrangers que le jeune adulte maladroit normal. Sous l'œil vigilant de Superman, le frère et la soeur font office de moniteur au Hall of Justice en tant que stagiaires, tout en essayant de surmonter les pièges de la confiance impétueuse de Zan et de la personnalité timide mais streetwise de Jayna. Si vous pensez connaître les Wonder Twins, détrompez-vous, ce livre prend la forme de l'inattendu! Recueille WONDER TWINS # 1-6.

Certains des commentaires les plus mordants de Russell dans Wonder Twins Vol. 1 : Activate ! n'impliquent pas du tout les Wonder Twins, ce qui est un problème ; en même temps, Russell est tellement maître dans l'art de frapper avec sa plume si précisément que l'éclat de celle-ci suffit à pardonner toutes les autres choses. En ce qui concerne l'empreinte de Wonder Comics, le premier volume de Wonder Twins n'arrive pas avec le même enthousiasme que Dial H for HERO de Sam Humphries, mais en termes de concept viable et de potentiel d'impact sur l'univers de DC, Jayna et Zan volent toutes les scènes dans lesquelles ils apparaissent. Ce qui nous a le plus surpris dans le premier volume de Wonder Twins est qu'il ne s'agit pas, comme le suggère la couverture et l'esthétique générale des débuts de la série, d'une parodie des tropes et des faiblesses du lycée. Il est question rapidement de l'adolescence de Clark Kent et de Bruce Wayne, Zan a l'occasion de se faire un surnom malheureux, et une partie de l'action se déroule dans un lycée, mais Activate ! n'est pas le pendant de Clueless ou Mean Girls. Au contraire, en ce qui concerne Jayna et Zan, Russell trouve son humour et sa poignance dans leur approche "d'étrangers en terre étrangère", tant pour les superhéros que pour la société en général.

Après une victoire précoce contre M. Mxytzptlk, Jayna est déçue par un système carcéral qui, au mieux, profite de ses prisonniers, au pire, les ignore et les maltraite. Se tournant vers Superman, Jayna se demande comment on peut éviter de se décourager face à tous les problèmes du monde. La réponse, plus d'une fois, vient du frère Zan, naïf par rapport au cynisme de Jayna, mais dont l'attitude simpliste s'avère plus d'une fois juste - ce changement se fait simplement par gentillesse,les gains à long terme surpassent les plaisirs à court terme. Mais, pour le meilleur ou pour le pire, Russell devient plus fort et plus vif, tout à fait indépendamment des Wonder Twins. Le troisième numéro présente l'amie et camarade de classe de Jayna, Polly Math, et son père, Filo Math, un scientifique qui, selon nous, est redevable à Lex Luthor et a été forcé de rejoindre les méchants de la League of Annoyance, qui est de second rang. Qu'il s'agisse de la grande et mordante blague d'une page de Russell et de l'artiste Stephen Byrne, dans laquelle Polly trouve presque le remède au cancer des testicules jusqu'à ce qu'elle soit distraite par deux ouvriers du bâtiment ou de la scène où Filo est jugé qualifié pour un emploi sur son CV, puis pas si subtilement écarté lorsque les recruteurs voient qu'il est afro-américain, les discriminations de genre et surtout de race sont de plus en plus présentes dans la vie de la famille Math. Le point culminant est une séquence de six pages dans laquelle Filo refuse de participer à un plan diabolique visant à réarranger les nantis et les démunis du monde, mais est ensuite filmé (avec un projecteur de la Zone Fantôme) par la "Sylvia du téléphone portable" de la League of Annoyance, qui est paranoïaque à propos des adolescents noirs de son quartier. Lors d'événements qui ne lui semblent que trop familiers, Sylvia est précipitée dans le cycle du zappin médiatique et de l'autre côté, sa réputation est réhabilitée. C'est malheureusement trop opportun, et l'humour de Russell souligne bien l'étrangeté des situations tristes.

Encore une fois, c'est Russell dans son élément, et ce qui est dit ici mérite d'être dit (même dans une série plus importante que Wonder Twins de Wonder Comics). Mais ce qui lui manque, c'est Jayna et Zan eux-mêmes. Les Maths sont les amis-tagonistes de la série, les Luthors façon Smallville (la série) de Jayna, mais la place qu'ils obtiennent dans ce qui était à l'origine une série de six numéros et même dans une mini-série de douze numéros semble déséquilibrée. Russell a de bons arguments, mais on aurait aimé qu'il puisse les faire avec les Wonder Twins eux-mêmes, au lieu que les Jumeaux soient moins susceptibles de rester avec le lecteur après coup que la famille Math. Par ailleurs, nous avons eu le plaisir de voir les Wonder Twins se produire dans plusieurs endroits depuis le lancement de cette mini-série - Superman de Brian Michael Bendis et Action Comics, Batgirl. En effet, lorsque DC a besoin de montrer "les problèmes de l'univers DC", les Wonder Twins qui ont l'air inquiets devant un écran d'ordinateur est une manière simple de le faire. Cela leur a permis de se sentir comme de vrais stagiaires de la Justice League, un niveau de "réalisme" que nous aimerions voir durer (cela fait un moment qu'Oberon ou Snapper Carr n'ont pas joué ce même rôle).

VERDICT

-

Dans l'ensemble, Mark Russell se débrouille bien avec Wonder Twins, et ce, d'autant plus qu'il rend le concept des Wonder Twins "cool" et comme s'ils avaient toujours été intégrés dans le DCU. L'annulation de Young Justice rend néanmoins tous les projets futurs incertains, même si des épisodes unitaires sont toujours possible.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés