Young Justice tome 1
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 24 Septembre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Brian Michael Bendis
Dessin : Kris Anka, Viktor Bogdanovic, Patrick Gleason, Emanuela Lupacchino, Evan Shaner, John Timms

Super Boy! Wonder Girl! Robin! Impulsion! Améthyste! Ils sont tous unis dans YOUNG JUSTICE # 1, le premier numéro d'une toute nouvelle série qui présente également les nouveaux héros Teen Lantern et Jinny Hex! Lorsque la dimension cauchemardesque connue sous le nom de Gemworld envahit Metropolis, ces héros adolescents se réunissent pour faire face à la situation - mais ils sont choqués de découvrir que la bataille pourrait être la clé du retour de Conner Kent, alias Superboy! Ce mélange de favoris des fans et de nouveaux héros hérités sera le point central de certaines des plus grandes activités de DC! Comme si cela ne suffisait pas, Bendis retrouve l'artiste vedette Patrick Gleason (SUPERMAN, ACTION COMICS, GREEN LANTERN CORPS) pour donner vie aux nouveaux héros de DC's Wonder Comics !

Gemworld, comme son nom l'indique, se déroule presque entièrement sur le Gemworld de la renommée Amethyst. C'est-à-dire que, bien que le noyau de l'équipe de Young Justice se réunisse ici, il n'y a pas de retour à la base, pas de voyage de formation, etc. et les faiblesses de la continuité sont loin d'être expliquées. Ce qui est bien, à certains égards - Bendis veut sûrement donner aux gens ce qu'ils veulent sans faire entièrement l'apologie de Peter David - mais à chaque fois, ce livre se sent pris dans ce qu'il ne peut pas dire ou ne peut pas aborder. Cela s'étend au cadre, et aussi au fait qu'il semble que cette équipe ne rentre toujours pas chez elle, au moins pour un autre volume après celui-ci. Bendis présente bien ces personnages dans l'ensemble bien que le sarcasme ne se traduise pas toujours particulièrement bien. Il y a un exemple vers la fin dans une conversation entre la wonder girl Cassie Sandsmark et Impulse Bart Allen, mais il ne faut pas blâmer non plus Bendis d'essayer de "hip-ifier" ces personnages et de les faire entrer dans l'ère moderne. Bien que Superboy Conner Kent soit celui qui a été perdu et oublié, il semble en fait que Cassie soit le personnage sur lequel Bendis fait le plus de travail de "remodelage" dans l'histoire. Cela reste subtil jusqu'à présent, mais nous avons vu Cassie apparaître à Metropolis pour des raisons que même elle ne peut pas totalement expliquer et qu'elle se décrit comme "bizarre" ; sa nouvelle coéquipière Jinny Hex sait qui est Beast Boy dans le contexte des Teen Titans, mais pas Wonder Girl. Alors que Conner semble être le même, juste oublié, Cassie apparaît depuis quelques années dans le New 52 comme une version plus effrontée et indisciplinée de son ancien moi d'avant Flashpoint. Bendis laisse entendre que ce ne sont pas seulement les souvenirs qui ont changé, mais aussi les personnalités, ou que l'"ancienne" Cassie a récemment remplacé la "nouvelle" Cassie ou que les deux coexistent actuellement, etc. Sans compter que, si l'accolade de l'équipe classique était réconfortante, les retrouvailles de Conner et Cassie étaient sous sédatif au point que  l'on se demande si Bendis veut dire que ces personnages ont été ressuscités à une époque antérieure à la dernière fois que nous les avons vus. Bart Allen est de retour dans son costume d'Impulse pour des raisons qui ne sont pas encore complètement expliquées (non pas que le DCU ait besoin d'un autre Kid Flash à ce stade) et il rassemble l'équipe pour reformer Young Justice, et non les Teen Titans.

Bien que, d'après les personnes présentes dans la vision révélatrice de Robin (une illustration de deux pages de l'équipe originale de Young Justice par Doc Shaner, Slobo et tous), il semble que l'histoire de Young Justice soit intacte, que des événements tels que les Teen Titans de Geoff Johns ou Infinite Crisis le soient encore est discutable. L'histoire du flashback de Robin est ici un point culminant, mais le guest invité dans le reste de ce chapitre est faible, et Bendis jette quelques bribes qui semblaient discordantes. D'abord, Tim Drake appelle le père de Spoiler Stephanie Brown "le maître voleur", ce qui semble être un changement inutile et déroutant par rapport à "Cluemaster". De plus, Tim demande si le père de Stéphanie est en prison, alors que dans la mesure où cette continuité (bien qu'incertaine) est censée être concernée, Cluemaster est mort. De plus, Tim appelle Stephanie "Batgirl" et elle se dit "Robin", ce qui n'est pas vrai dans la continuité de Rebirth. Et nous savons que nous sommes toujours dans cette continuité, puisque Tim et Stephanie parlent d'avoir récemment vu des versions alternatives d'eux-mêmes (dans Batman : Detective Comics Vol. 7 : Batmen Eternal), qui incluaient Stephanie en tant que Batgirl (cela ne peut pas être Batgirl Stephanie si elle fait référence à une aventure où elle a rencontré son alter ego en tant que Batgirl Stephanie). Ce n'est pas très important dans le grand schéma de l'histoire, mais cela souligne le fait que Bendis a beaucoup de choses à faire pour ramener ces personnages, peut-être même plus que lui-même ne peut le faire. L'artiste Patrick Gleason donne le coup d'envoi de ce livre, ce qui est très bien en termes de style semi-animé, imprégné de manga, de Gleason, qui n'essaie pas de faire ressembler les jeunes adultes à des adultes ou autres - et aussi en raison du travail de longue date de Gleason sur les jeunes héros comme Robin Damian Wayne et Superboy Jon Kent, et sur les super-titres avec Bendis. Mais nous sommes aussi particulièrement satisfaits de John Timms, qui se trouve au milieu et dont les représentations de l'équipe, toutes alignées, rappellent Carlo Barberi, membre de Young Justice, et nous permettent de mieux comprendre le passé.

VERDICT

-

Le Young Justice de Brian Michael Bendis va évidemment être différent de celui de Peter David.  Dans la mesure où l'on a jamais envisagé de voir un renouveau de la série, le livre de Brian Michael Bendis, Young Justice Vol. 1 : Gemworld est sacrément bon. Ce qui pourrait entraver la progression, ce sont les énormes arcs de continuité que Bendis doit franchir pour maintenir à flot ce livre hautement ésotérique et l'empêcher de s'effondrer. Mais cela reste très divertissant et c'est sans aucun doute ce dont l'univers DC a besoin en ce moment.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés