Flying Witch tome 8
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 21 Octobre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin : Chihiro Ishizuka

Flying Witch (Furaingu Uitchi) est un manga toujours en cours de parution au Japon et qui a connu neuf tomes à ce jour aux éditions Kodansha. Makoto Kowata est une sorcière de 15 ans, et comme le veut la tradition, elle doit quitter ses parents afin de parfaire sa formation. Pour son entrée au lycée, elle s'installe avec son chat Chito dans la petite ville de Shimoyuguchi au nord-est du Japon, chez son cousin Kei et la petite sœur de celui-ci, Chinatsu. Son arrivée ne passe pas inaperçue, Makoto ayant depuis longtemps un très mauvais sens de l'orientation. Nous suivrons des petites tranches de vie avec des personnages globalement très positifs, Makoto la première. L'adolescente respire la bonté, et si ses dons de sorcière sont encore limités, elle peut parler à son chat. Kei s'avère beaucoup plus cartésien que sa cousine et entend reprendre l'exploitation de son père, quant à Chinatsu, elle n'a pas fini d'être étonnée par les habitudes déconcertantes de sa cousine (ah oui elle peut aussi voler sur un balai). Si le quotidien d'une famille de la campagne japonaise se voit chamboulé par cette hôte pas comme les autres, la vie de Makoto va elle aussi être bouleversée par un rythme beaucoup plus paisible qu'à Yokohama. Elle va découvrir les plats régionaux, la culture de la terre, mais aussi le manque de grands magasins.

Makoto, Sayo, Kei et Chinatsu montent sur un bateau et se rendent à Shimokita. Pourquoi ? Pour que Makoto puisse voir Enigumo, une personne qui peut déterminer quel type de kokonotsu, ou élément, elle possède. Comme il est de tradition chez les sorcières de comprendre à quel type d'affinité elles sont adaptées, elle l'utilisera pour savoir ce qu'elle veut vraiment faire et quel type de magie elle doit apprendre. Bien sûr, tout en sachant que c'est simple, le fait de rencontrer la personne derrière cela se transforme en quelque chose de sauvage. Nobi Nobi ayant rattrapé les sorties japonaises de Flying Witch, lire ce manga une fois par an est terrible... parce que c'est tellement relaxant. La façon dont les sorcières agissent ici donne l'impression que c'est une autre profession. C'est évidemment idyllique - tout comme il y a de bonnes sorcières, les mauvaises existent certainement - mais revenir à Flying Witch est toujours génial. Et dans ce tome, Makoto finit par découvrir le type d'élément qu'elle possède... grâce à des pièces de monnaie tombées plusieurs fois dans du sable ! Alors que le volume huit de Flying Witch consacre pas mal de temps à nous montrer la réaction faciale de Chinatsu face à un coup de vent de Sayo, l'apprentissage d'une race avancée d'un autre monde vivant au Japon, ce qui se passe quand vous rencontrez quelqu'un qui fait exploser des machines une fois par mois; nous avons encore de nombreux événements normaux, juste avec les sorcières. Anzu, celle qui tient le café "abandonné", rencontre un samouraï fantôme d'il y a plusieurs siècles ; Akane revient de sa dernière aventure internationale et apprend à Makoto comment apprendre (et peut-être éventuellement manipuler) son élément nouvellement découvert ; nous avons même la chance de suivre deux jeunes filles qui font équipe pour créer un manga, ce qui incite Kei à tourner un film basé sur ce manga. La séquence se termine avec le joueur de volley-ball vedette Aino, qui frappe au visage un Makoto en zombie. Eh bien, sachez que tout dans ce volume est encore détendu. C'est peut-être aussi cool que cette série l'a été jusqu'à présent. Makoto ne penserait probablement pas qu'une chouette qui l'attaque compte comme un moment de détente, donc elle devra s'en occuper. Donc oui, chaque chapitre continue d'explorer non seulement Makoto mais aussi le reste de la distribution des personnages. On peut voir Chinatsu paniquer quand elle finit par gâcher la recette d'une sorcière (et faire sentir la maison horriblement) ; Makoto effrayé par les hiboux ; et la réaction de Kei quand il découvre qu'il a un harem avec lui à l'école. Donc, comme toujours, le dessin beau et l'expression de chaque personnage est toujours un délice à tous points de vue.

VERDICT

-

Flying Witch est un manga d'une grande douceur et qui invite au voyage. Inutile d'y chercher un raisonnement compliqué ou un synopsis abracabrantesque, il s'agit surtout de transporter le lecteur dans un univers où l'on suit le quotidien d'un adolescente pas comme les autres dans un cadre rural assez charmant. Le seul problème est maintenant d'attendre l'année prochaine pour voir ce que ces personnages vont faire. Peut-être que d'ici là, Makoto aura appris quel type d'ombres elle peut "prendre" pour effrayer quelqu'un. Ou alors, nous pourrons voir le business immobilier géré par la chouette...

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés