Darkwood
Plate-forme : Nintendo Switch
Date de sortie : 08 Octobre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Plongez dans le monde rude et étrange de Darkwood, découvrez les secrets les plus sombres de ses habitants....

Le germe de la terreur.

Dans le passé, au sein du Nindies Showcase Spring 2019, de nombreux titres intéressants sont apparus. Parmi ceux-ci, il y avait un titre de Survival Horror avec une vue aérienne, un jeu qui mesurait beaucoup de pas du joueur, qui devait vraisemblablement se protéger des dangers graves, très bien gérer les ressources et démêler progressivement une histoire intrigante et effrayante. Dans le présent, après une incursion dans les forêts brumeuses de Darkwood, nous avons une opinion plus précise de ce qu'est un jeu qui transmet très bien une sensation de débordement et de lourdeur, de survie difficile, qui correspond parfaitement au sentiment que doit sentir le pauvre protagoniste que nous dirigeons. Dans les faits, Darkwood est un roguelite qui introduit une bonne poignée d'idées du genre pour les mettre en pratique très efficacement. Considérant que c'est un jeu qui doit semer la terreur, quels ingrédients devrait-il y avoir dans le panier des mécaniques de jeu ? Mettez la survie, la gestion des ressources, la construction matérielle (le célèbre artisanat), le système jour et nuit, les hordes, les maladies et les remèdes, la carte en cours, la barre d'endurance, l'éclairage sombre, les labyrinthes, les combats au corps à corps et à distance, les pièges, etc. Toutes les idées énumérées dans le paragraphe précédent ont beaucoup de sens ensemble. Le protagoniste, un prisonnier qui doit s'échapper de la forêt, doit prendre le contrôle de chacune de ces facettes du jeu au fur et à mesure de sa progression et de sa mort, par essais et erreurs. En dépit d'être épargné dans les didacticiels (seulement au début, il y a une zone de sécurité où vous apprenez les bases), la conception de la forêt est bien faite, méticuleusement , et tout joueur expérimenté dans le genre de l'horreur trouvera la clé de quoi il faut faire.

Le principe, comme déjà indiqué, est simple: s'échapper. Cependant, obtenir les éléments nécessaires pour le faire n'est pas si facile. Le personnage passe quelques jours dans la même pièce jusqu'à ce qu'il trouve la clé pour aller encore plus loin dans la forêt. C'est à cette époque dans le même biome que le jeu vous oblige à trouver un hangar et à le protéger des hordes d'ennemis qui se déchaîneront la nuit. Plus vous avez progressé, plus la menace est évidemment grande. En parlant de difficulté : sa courbe est très bien dessinée. Cela commence assez haut, mais cela vous pousse toujours à être plus attentif, à être plus prudent, à vous protéger davantage. D'autre part, il existe trois types de mode de jeu qui peuvent être configurés au démarrage d'une partie. Le mode difficile permet quatre erreurs tandis qu'en cauchemar, il y aura une mort permanente. Tout ce qui est décrit fait du titre un jeu d'horreur de survie complexe et élaboré. Sa pause, ses recherches, ses textes, sa survie et ses mécanismes d'action font de lui un bijou dans le catalogue des jeux vidéo de ce genre sur Switch. Malgré sa vue aérienne, ce titre comporte de nombreuses couches d'éléments qui enrichissent vos jeux d'un point de vue gameplay.

Et qu'en est-il de l'histoire ?

Un bon jeu nécessite une composante narrative, en particulier ceux de nature terrifiante. Dans Resident Evil, au fur et à mesure de votre progression, vous collectez des informations pour compléter le puzzle qui, avec toutes les pièces, finit par avoir un sens. Dans Darkwood c'est pareil : il y a une sorte d'épidémie (on l'appelle aussi la peste, comme dans Resident Evil 4), il y a des mutations et il y a une sorte d'explication biologique. Cependant, le cas en question est légèrement différent du grand succès de Capcom. Darkwood est beaucoup plus subtile dans le récit. Il y a la mécanique du journal, qui permet au protagoniste d'élaborer une série de réflexions qui aident à mettre de l'ordre dans tout le chaos que voit le joueur. Cependant, l'ordre n'est pas entièrement vrai. Au final, le protagoniste est toujours l'un des nombreux personnages qui subit des transformations dans son comportement tout au long du jeu et la folie pourra se manifester dans certaines prises de décision. Comme pour le gameplay, le récit est également superposé. Nous ne découvrirons pas seulement ce qui se passe par le biais du journal; Plutôt, un récit dans la prise d'actions, des dialogues avec les personnages, des vignettes et des illustrations qui élargiront l'horizon narratif, et même une section visuelle très bien développée seront un complément parfait pour satisfaire les demandes du joueur de vouloir en savoir de plus en plus sur ce qui se passe dans ce bosquet maudit.

Ce qu'un jeu roguelite propose, c'est que vous devez progresser dans le jeu plus d'une fois. C'est dans cette situation de réapprentissage que les idées montrées par les développeurs prennent de plus en plus de sens. De plus, en raison du système de ramification de l'histoire, dans lequel, selon la façon dont vous aidez les personnages secondaires, l'avenir de votre personnage change, le contenu narratif de Darkwood s'étend à des endroits inattendus. Et c'est dans l'un de ces endroits insoupçonnés où, après des heures et des heures de jeu, vous vous retrouvez complètement plongé dans une sorte d'extase inversée, de gloire infernale ou d'euphorie austère qui n'est possible qu'avec la combinaison exacte d'un gameplay intense et d'un récit complexe. A noter que cette édition physique publiée par Super Rare Games est limitée à 5000 exemplaires dans le monde. Elle réunit le jeu sur cartouche, un mode d'emploi en couleurs, un sticker exclusif et trois cartes à collectionner.

VERDICT

-

Dans ce jeu d'horreur, vous devez remplir des seringues doseuses qui vous protègent d'une grave épidémie subie par les êtres organiques d'une forêt d'horreur. Comme un bon cliché, Darkwood réunit les doses parfaites de gameplay (survie, aléa, action, déductions) et de narration (prise de décision, chemins différents, narrateurs multiples, un paroxysme). Un exemple de titre préparé avec du temps et du dévouement. De plus, il parvient à vous terrifier sans dépenser plus que nécessaire, ce qui prouve que tous les studios de développement ont une place dans cette industrie très répandue.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés