Mes 4 saisons tome 1
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 02 Octobre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin : Nicoby

Résumé : Le temps passe et avec lui l'oubli s'installe. Ce sont sans doute les premiers signes de la maladie d'Alzheimer dont souffre sa mère qui ont conduit Nicoby à 43 ans, à réécrire sous la forme de petites saynètes un journal intime de sa carrière, un mémorandum en quatre saisons qui réunit dans une juxtaposition de séquences douces-amères le bilan de sa vie d'auteur à l'abri du succès. Depuis le printemps de la création à la fin des années 1990, l'artiste partage ses enthousiasmes et ses expériences avec humour et autodérision à partir de bouts recousus de situations vécues et d'hommages rendus aux artistes qu'il aime comme Jean-Claude Fournier, Yvan Delporte, Marcel Gotlib, Frank Margerin ou encore Patrice Leconte et tous ceux de l'Association. Au détour des anecdotes, le quotidien se dessine dans un pot-pourri de souvenirs offerts sans nostalgie. Au contraire, l'artiste profite de ce nouvel espace de liberté pour réparer les occasions manquées, exposer les "nus académiques" en échappées ou les croquis réalisés dans une casse qui lui permettent de concrétiser son rêve de dessiner, comme Blutch, un épisode de Tif et Tondu. Un récit qu'il livre ainsi dans ce recueil, en témoignage de son amour de l'art.

Un récit autobiographique doux-amer sur la condition de dessinateur de BD. Outre quelques très belles pages émouvantes illustrant concrètement les ravages de la maladie d’Alzheimer, Nicoby relate sa carrière d’auteur et d'historien du Neuvième Art dans des anecdotes décalées couvrant plusieurs étapes importantes de sa carrière. L’idée intéressante ne séduira pas forcément le (très) grand public. Le genre autobiographique possédant un aspect inhérent décousu. Autour de diverses saynètes vécues, Nicoby fait ainsi revivre avec du recul ce qu’a été la Nouvelle BD, mouvement qui a tellement marqué les rayons librairiques d’aujourd’hui. De la R&D expérimentale avec beaucoup d’ambitions, énormément de certitudes, quelques vrais talents, énormément de tâcherons, une volonté manifeste et bruyante de faire rase d’un passé jugé ringard, bref tuer le père, pour au final en reprendre tous les canons, les cadres, les personnages et surtout accéder (aussi) au succès (grand) public. Le succès critique faisant rarement manger. Ils l'ont menée leur révolution. Avec retour flamboyant à la case départ : reprise de Blueberry, Tif Et Tondu, adoption des codes narratifs honnis, jadis mis au ban, etc. A bien y réfléchir, ce mouvement ressemble furieusement au Nouveau Roman des années 1960 (aujourd’hui oublié) qui voulait réinventer le roman mais sans raconter d’histoires, voire à de la Nouvelle Vague finissant elle aussi par rentrer dans le rang pour éblouir ce grand public tant oublié. Changer les choses ne signifie pas casser un moule pour le remplacer par un autre, mais savoir adapter l’ancien aux nouveautés. Pas l'inverse.

VERDICT

-

Un album à conseiller aux aficionados qui aiment découvrir les petites histoires qui peuvent parfois se jouer en coulisses de la grande.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés