Chez nous - Paroles de réfugiés
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 10 Février 2021
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Marco Rizzo
Dessin : Lelio Bonaccorso

Marco Rizzo et Lelio Bonaccorso travaillent ensemble depuis dix ans. Ils ont toujours traité des thèmes importants en Italie et il est tout à fait clair que la question sur laquelle il y a le plus de confusion et de partialité aujourd'hui est celle de l'immigration. Le cas de Riace est emblématique. Une ville célèbre dans toute l'Italie pour ses statues de bronze, mais petite, et presque abandonnée à elle-même, comme tant de banlieues au Sud et au Nord du pays. Les auteurs, après "À bord de l’Aquarius", parlent d'un de leurs débarquements, et le font avec un autre exemple de journalisme graphique. Ou, si l'on veut éviter la novlangue, avec une bande dessinée qui est faite d'actualité, de vraies personnes, de vrais dialogues. Un ouvrage qui est en fait né comme une chronique d'un voyage de quelques jours en Calabre, début janvier 2019. L'"APRÈS" qui le conclut n'est qu'à partir du 4 juillet. Et certaines des choses dessinées et écrites semblent déjà lointaines. Dans un pays qui dévore tout, qui n'a ni mémoire (plus ?), ni projets à long terme, mais semble vivre dans l'instant. Mais les vraies histoires, les gens, nous maintiennent attachés à la réalité : Blessing, Mimmo, Peppe (qui raconte San Ferdinando), Ishak, Buba, les gens de Riace.

Des visages dessinés, des mots concrets dans les nuages. Il serait intéressant de demander à Rizzo et Buonaccorso combien de mots ils ont ajoutés ou enlevés à ceux qu'ils ont entendus, ou dans quelle mesure les dessins sont réalistes. Si quelque chose a été édulcoré, où sont les accents que vous ne pouvez pas percevoir de l'extérieur. Le texte prend réellement la forme d'une enquête. Les mots sont recueillis physiquement (plusieurs fois les dessins encadrent la caméra de Marco, tandis que Lelio essaie de faire des croquis en direct). La seule concession est celle d'un récit sans inflexions et sans mots dialectales ou étrangers. Même si parfois, dans la lecture, il semble saisir des accents et des incertitudes. Le travail est journalistique : Il ne raconte pas seulement l'actualité, mais aussi le contexte social et législatif. Avant l'histoire d'Ishak, Alessia, un opérateur de ReCoSol (Rete dei Comuni Solidali) raconte aussi la législation et comment 2019 a été une année qui a compliqué beaucoup de choses. Les personnages sont réels, ils ne tombent jamais dans la rhétorique ou le manichéisme, même pas lorsque deux personnes âgées parlent des perspectives de la ville et en font une analyse minutieuse et impitoyable, en parlant notamment des mafieux et de l'argent. Puis ils voient dans le tourisme le moyen de relancer économiquement la ville, où beaucoup (d'Italiens) ont perdu leur emploi à cause des nouvelles lois. Les deux auteurs incarnent un peu les deux positions concernant le modèle Riace. Avec ce dispositif, outre l'histoire, le débat dans la société civile est raconté. Même si en Italie, il est maintenant difficile de faire une comparaison avec des données disponibles, qui ne sont pas fondées sur l'idéologie.

L'introduction, bien qu'en couleurs, est morne. Comme si l'endroit ne permettait rien d'autre. La seule concession est le signe du pays de l'hospitalité, et le drapeau de la paix (qui ne reste que dans la bande dessinée, car enlevé depuis par la municipalité). Tout le reste du travail est en nuances de gris, même s'il est abordé avec des couleurs légèrement différentes, pour séparer l'histoire de l'actualité. Entre le rouge et le marron. Pas de couleur pleine, sauf pour le sang, quand il apparaît. Même les ombres sur les légendes indiquent la voix off dans les histoires des migrants. La ligne et les couleurs de Bonaccorso (avec l'aide de Fabio Franchi) sont efficaces. Le trait est toujours subtil et, à l'aide de l'aquarelle, il caractérise bien les personnages, raconte leurs expressions. Il permet également de saisir de nombreux détails, sans alourdir les pages. Les dessins sont méticuleux, riches en détails, même si les lignes peuvent parfois sembler imprécises, presque sommaires. Les décors, mais aussi les personnages apportent beaucoup d'informations, ce qui permet de donner plus de profondeur et de vérité aux histoires et aux personnes.

VERDICT

-

Une fois de plus, la bande dessinée est au service de la civilisation : de la culture, des valeurs sociales et constitutionnelles. Pour que vous vous sentiez bien chez vous.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés