Mario Golf : Super Rush
Plate-forme : Nintendo Switch
Date de sortie : 25 Juin 2021
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Sport
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


8/10

Retrouvez le fairway avec Mario Golf: Super Rush, le nouvel épisode de la série Mario Golf qui arrive sur Nintendo Switch !

Un retour attendu.

Le golf est vraiment tout ce qui rend un sport passionnant. La puissance, la précision, le flair, la délicatesse de savoir gérer la physique d'un objet sphérique sur une surface sinueuse, irrégulière, traîtresse, voire poilue ! Et puis, oui, la nature, la brise, les swoops qui pleuvent à merveille sur le green dans la zone du drapeau, les plantes piranhas, les éclairs attirés par nos fers levés vers le ciel avant de frapper, la lave au bord du fairway, la course effrénée pour boucler le trou avant les autres, en trébuchant les uns sur les autres et en gardant toujours un œil sur le chronomètre : fini la détente et les caddies, faites vos valises et partez ! Parce que jouer au golf au royaume de la princesse Peach n'a rien à voir avec la Ryder Cup, il faut être un peu fou et prêt à tout, surtout à des règles inventées de toutes pièces. Alors mettez les pieds sur le tee, Mario Golf : Super Rush commence ! Alors, qu'est-ce que Camelot a inventé cette fois ? Si dans Aces ils ont réussi à transformer le tennis en un sport à la limite de l'action stylisée, avec une fluidité d'action que même Nadal n'a pas sur la terre battue, dans Super Rush ils ont voulu donner un choc au rythme typiquement soporifique et réfléchi du golf, en ajoutant le piquant de l'horloge qui d'une part effectue un compte à rebours angoissant pour nous obliger à tirer rapidement, et d'autre part continue à ajouter des secondes au compte à rebours pour devenir un score. Il compte le nombre de coups utilisés et il compte la fermeture du trou en premier, en bref, si le temps n'est pas de l'argent, c'est certainement du score, et cela suffit à faire monter l'adrénaline comme jamais nous n'aurions pensé pouvoir le faire sur ces parcours.

Car il faut alors courir, tirer, sprinter, mettre les bâtons (sinon les massues) entre les roues des autres joueurs, qu'il s'agisse de CPU, d'amis, d'inconnus jetés dans la marmite du online (qui lors de notre test a montré un bon cachet), utiliser des pouvoirs spéciaux, "prendre le sillage" comme dans n'importe quel Mario Kart, sauter et vivre les chemins comme s'il s'agissait presque de niveaux d'un Mario en trois dimensions, y compris les ennemis connus et les obstacles environnementaux. Un plaisir authentique ce Speed Golf ! Des règles simples, une barre d'endurance, avec les cœurs éparpillés sur le terrain à collecter pour réapprovisionner le type de stamina tandis que les pièces iront dans la tirelire du tir spécial, à utiliser stratégiquement selon le personnage, pour balayer les boules des adversaires type bowling, geler la zone d'impact (n'est-ce pas Luigi ?) ou créer un rideau de fumée qui empêche de voir le trou sur le HUD, obligeant les adversaires à se fier à leur instinct. Et en parlant d'interface, Mario Golf : Super Rush modifie le rituel sacré de la préparation d'un coup, à la fois par rapport au précédent World Tour sur 3DS et par rapport à son rival de toujours, Everybody's Golf de Clap Hanz (et il y a toujours un derby en cours entre les deux studios).

Si vous vous attendiez à un jeu relaxant, vous n'avez pas de chance !

Adieu la triple pression, une tape pour lancer l'indicateur et une autre pour régler la puissance / la distance / l'inertie (selon la touche utilisée, par exemple, le B signifie toujours Backspin), puis tout dépend du stick gauche pour donner l'effet (plus prononcé selon le temps d'inclinaison), qui est un virage latéral, un tir à parabole haut et doux ou bas et sec. La précision est à 90% dans les mains du joueur et à 10% dans les mains du hasard, avec la barre chargée au maximum ce qui implique une probabilité de "salir" le tir tout à fait aléatoire, et pour cela jamais dramatique. Tout est plus facile alors ? Imaginez ça ! Parce qu'en excluant les deux premiers parcours à apprendre, les choses sont tout de suite complexes au niveau planimétrique, avec des pentes infâmes, des dénivelés, des bunkers placés de façon maléfique, des cours d'eau et des barrières architecturales typiquement "mariesque", avec un résultat à applaudir, qui témoigne d'un grand soin dans la conception des six parcours. Bien sûr, il n'y a presque pas de circuits complètement dépourvus de style World Tour, qui, il faut bien l'avouer, avait une toute autre personnalité en termes de style, avec des plateformes rebondissantes, des fairways "turbo", des environnements sous-marins et des forêts "macro" ; mais d'une part le Direct de l'E3 a déjà révélé le secret du DLC à venir (avec beaucoup de New Donk City sur l'affichage, pour faire Pauline se sentir à la maison, nouvelle entrée sur le roster) et l'autre fait un titre de sport beaucoup mieux, parce que les chemins plus "réaliste" (ajouter plus de guillemets à volonté) laissent respirer tout le bon travail fait sur la physique. Nous verrons ce qu'ils proposeront dans les mois à venir.

Mais à ce stade, vous vous demandez si le golf est soudainement devenu un sport stressant, et la réponse varie de "absolument pas" à "encore pire que ça". Parce que le golf classique, tout en détente et étude du terrain est là comme un totem au milieu de l'offre de jeu, incassable, tandis que d'autre part vous obtenez même un mode bataille joué en plein champ sur une arène conçue spécifiquement et qui récompensera le premier joueur à fermer trois trous avec tous les moyens disponibles, combinant vitesse, stratégie et méchanceté dans des jeux de tachycardie, devenant le paradis du multijoueur et un récipient d'insultes plus ou moins méritées. Mais quand on veut faire une pause et être seul, il y a toujours l'Aventure. Un Mii en herbe, un classement à gravir au son de Birdie, Eagle et Albatross et de nombreux clubs de golf dispersés dans les plus beaux coins du Royaume Champignon peuplés des personnages les plus bizarres, tels que Goomba, Koopa, Boo, Birdo et ainsi de suite. Des personnages hauts en couleurs d'une aventure qui commence comme une épopée sportive pour ensuite nous voir, nous, héros du destin, empêtrés à déjouer une grave menace climatique. Un scénario décalé et adorable qui vous met dans l'ambiance pour apprendre les bases (au début) et vous retrouver ensuite au milieu de combats de boss absurdes, comme si de rien n'était, capable d'exploiter le gameplay de manière totalement inédite et imprévisible.

Un mode aventure sympathique malgré quelques écueils techniques.

Rien de frappant pour arracher le pantalon kaki classique du golfeur, mais il y a de la vivacité, de la sympathie, du jeu, avec quelques façons uniques de comprendre le golf, comme la version "country" inventée à Valle del Lago, peu pratique à cause du mauvais temps pour un tournoi classique mais utilisée pour des exhibitions vraiment spéciales, où il compte de finir dans un "tot" nombre de coups, sans le temps ou le score pour nous ennuyer. Très intriguant, notamment parce que le parcours se situe sur la crête d'une montagne, avec des trous disposés des rives du lac jusqu'au sommet de la pente, laissant le joueur libre de choisir dans quel ordre les réaliser : de haut en bas, vice versa, au hasard, vous le faites ! L'aventure est un mode convaincant en général, bien construit et parsemé d'éléments classiques de jeu de rôle ancrés dans le sempiternel épisode du Game Boy, avec des montées de niveau, des magasins de vêtements et des revendeurs de clubs, jusqu'à l'apprentissage de véritables techniques secrètes que même le Jedi ne pouvait maîtriser. Il y a cependant quelque chose qui ne rentre pas dans l'œil, incapable d'épanouir pleinement l'atmosphère et qui va renouer avec la mauvaise personnalité esthétique que nous avons évoqué précédemment. Parce qu'en bref, on peut voir par ici, les couleurs sont les bonnes, les belles formes douces, les animations des personnages excellentes, super-caractéristiques et en général la fluidité est juste rafraîchissante. Peut-être, cependant, pour maintenir les 60 images par seconde, il y a un certain compromis aussi.

La résolution a tendance à perturber un peu l'horizon lorsque votre joueur voltige autour des particules, de la pluie et d'autres agents atmosphériques et semble rogner un peu sur les shaders et les textures, donnant à tout un look moins net que vous pourriez vous attendre, avec peu de détails et de fioritues qui ont plutôt caractérisé, malgré le matériel infiniment plus limité, l'épisode pour 3DS. On le remarque surtout en se promenant dans les environnements qui forment la toile de fond de l'aventure, un peu " cheap ", peu Nintendo en somme. Ce ne sont pas des choix incompréhensibles, en effet, car le Speed Golf demande une fluidité granitique surtout en multijoueur et les terrains, habituellement découpés en trous individuels, vivent ici en temps réel comme des macro-zones toujours bien éclairées. Des compromis donc, un "Par" technique qui choisit de risquer peu pour donner aux joueurs un produit solide plus que visuellement brillant. L'audio, en revanche, est inattaquable, à commencer par ce qui est peut-être le plus beau claquement "club contre balle" jamais entendu dans un jeu de golf, très savoureux, pour servir de métronome à une sélection de morceaux drôles, entraînants, tous à fredonner et siffler sous la douche, de l'écran de démarrage au dernier trou !

VERDICT

-

Mario Golf : Super Rush transforme le sport le plus décontracté de tous en une course à l'arrivée sur les parcours du Royaume Champignon, avec des tirs précis vers le trou et des coups bas aux adversaires ! De nombreux modes, de nombreuses façons de comprendre le golf, y compris les batailles et la relaxation, l'aventure et les combats de boss, le tout reposant sur un excellent système de contrôle, qui ne révolutionne pas mais affine le genre classique (et puis il y a aussi les contrôles de mouvement style Wii Sports !) pour dominer les six parcours disponibles au lancement. Techniquement, nous avons fait quelques compromis au profit de la fluidité, avec des visuels manquant un peu de détails, mais Camelot compense cela par la conception du parcours où chaque trou a sa propre personnalité. En solo, entre amis et en ligne, la certitude est que le dernier épreuve de golf Super Mario reste une expérience exaltante et sincère, agréable à vivre, qui va enrichir le parterre de sports de la Nintendo Switch.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés