Famicom Detective Club : The Missing Heir & Famicom Detective Club: The Girl Who Stands Behind
Plate-forme : Nintendo Switch
Date de sortie : 14 Mai 2021
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Aventure
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8.5/10

Préparez-vous à vivre des aventures pleines de suspense, de drames et de rebondissements.

Petit rappel historique.

Ces dernières années, il est de plus en plus fréquent que les jeux vidéo soient lancés dans le monde entier, mais ce n'était pas très courant jusqu'à il n'y a pas longtemps, soit parce que leur genre n'était pas populaire en Occident, soit en raison de problèmes de licence. Le fait est que ce problème a touché l'ensemble du marché, des petites, voire des grandes entreprises comme Nintendo, qui possède des franchises dont aucun titre n'est sorti en Occident jusqu'à aujourd'hui. L'une d'entre elles est la franchise Famicom Tentei Club, désormais appelée Famicom Detective Club en Occident, qui a été l'une des plus influentes dans le genre du jeu d'aventure japonais dans son ensemble, et qui, après presque 33 ans, obtient enfin son premier titre de ce côté de l'océan. Le premier jeu de la série, The Missing Heir, est sorti en 1988 en deux volumes pour le Famicom Disk System (un add-on qui permettait de lire les jeux sur disquette). En termes de gameplay, le jeu peut être considéré comme relativement simple : le joueur interagit avec le monde à travers un menu, avec des options pour ramasser des objets, interagir avec le décor, parler aux personnages présents dans la scène - dont on peut dire qu'elle est le centre d'intérêt. L'histoire a été entièrement écrite par Yoshio Sakamoto. Il s'agit de son premier travail important dans l'industrie, qu'il considère comme un tournant dans sa carrière.

Le deuxième jeu de la série, The Girl Who Stands Behind, est sorti sur le même Famicom Disk System, à un peu plus d'un an d'intervalle. Il utilise la plupart des systèmes de son prédécesseur, mais traite de certains aspects surnaturels, thèmes qui ne sont pas présents (du moins pas de manière concrète) dans le premier jeu.  BS Tantei Club : Yuki ni Kieta Kako : Chuuhen est le troisième et le plus obscur des jeux de la série, disponible exclusivement par le biais de 3 émissions sur Nintendo Satellaview (un accessoire exclusivement japonais pour la Super Famicom, qui était une sorte de "streaming" de jeux par satellite). La rareté des informations sur ce titre de la série est évidente, le fait que chacune de ses 3 parties n'ait été disponible que deux fois - transmission officielle, entre le 9 et le 23 février 1997, et sa rediffusion, entre le 13 avril et le 3 mai 1997 - fait que nous n'avons aucun moyen d'accéder au jeu. Très grossièrement, et brièvement, c'est l'histoire de la franchise Famicom Detective Club, du moins jusqu'au Nintendo Direct japonais du 4 septembre 2019, où Nintendo a annoncé des remakes des deux premiers jeux de la série. Au départ, la sortie des deux jeux n'avait été confirmée qu'au Japon, mais lors du Nintendo Direct du 17 février 2021, il a été confirmé que pour la première fois en près de 33 ans d'histoire, Famicom Detective Club verrait ses premiers titres sortir en Occident.

L'héritier disparu.

Le remake du premier jeu de la série, Famicom Detective Club : The Missing Heir, commence de manière très générique : vous êtes retrouvé inconscient juste en dessous d'une falaise, mais sans vos souvenirs, apparemment à cause de l'impact de la chute. On se rend vite compte qu'il ne s'agit que d'un gadget pour présenter le monde au joueur progressivement, mais sans trop tarder, puisqu'on y introduit bientôt l'histoire du jeu. Le récit met en scène un jeune détective adjoint et sa partenaire d'enquête Ayumi Tachibana, qui travaille avec lui dans une agence de détectives qui enquête sur la mort mystérieuse de Kiku Ayashiro, la matriarche de la famille Ayashiro. Les Ayashiro ont des racines dans le Japon féodal, une des raisons de leur tradition et de leur pouvoir, transmis de génération en génération, jusqu'au moment présent du jeu, où il y a plusieurs conflits internes, y compris l'entreprise familiale, qui, bien sûr, deviendra encore plus évidente et accentuée grâce à la mort de Kiku. L'histoire est racontée à travers 11 jours, durant lesquels le joueur doit résoudre le mystère autour de la mort, et c'est ici que le gameplay se fait enfin réellement présent. Nous parlerons littéralement à tous ceux qui peuvent avoir un rapport avec votre enquête, et pour cela, nous utilisons un menu simple mais efficace, énumérant une série de questions que vous pouvez poser aux personnages. Même si cela semble simple et facile, en plus de devoir poser toutes les questions possibles pour progresser dans le jeu, nous devrons parfois répéter la même question plusieurs fois, ce qui souvent ne semble pas évident du tout. Il est toujours possible qu'aucune des réponses ne soit utile, du moins pour le moment, et nous faisons appel à une autre mécanique du jeu : l'investigation des scénarios. D'ailleurs, ils sont extrêmement bien faits et détaillés, tout comme l'art des personnages, qui au lieu d'être simplement de l'art statique en deux dimensions, ont des animations faites par la technique connue sous le nom de Live2D - qui est suprêmement difficile à décrire. Les qualités graphiques et techniques des animations de Famicom Detective Club : The Missing Heir sont bien supérieures à la moyenne, surtout si on les compare à celles d'autres romans visuels japonais.

Le jeu a encore quelques fonctionnalités qui, bien que pas essentiel, sont les bienvenus, par exemple : Toujours en entrant dans le jeu sera disponible l'option de recevoir un résumé de l'intrigue du jeu jusqu'à présent dans l'histoire, en outre vous avez un bloc-notes, où vous pouvez examiner les informations que vous avez découvert au cours de leur enquête, ainsi que nous le faisons dans la vie réelle de se situer ou de revoir quelque chose. On peut toujours passer librement de la bande-son du remake à celle de la Famicom originale.  En résumé, Famicom Detective Club : The Missing Heir est une expérience intéressante, mais il est clair qu'elle est un produit de son époque. Il est honnêtement intéressant de voir comment, dès les premiers jours de l'enquête, le jeu parvient à vous laisser des doutes sur la direction de l'histoire, mais, ironiquement, c'est génial, puisque nous avons affaire à un jeu d'enquête. Personnellement, je pense que le plus gros problème est le fait que vous ne savez souvent pas quoi faire. Parfois, il ne suffit pas de sélectionner la même option de dialogue 2 fois pour progresser, vous devez sélectionner toutes les options de dialogue possibles et ensuite seulement sélectionner à nouveau la même option, ce qui nuit à la façon dont vous appréciez le jeu, étant plus frustrant que passionnant, même si le développement des personnages est très bien fait. Du côté visuel, le jeu est étonnamment expressif, les personnages ont des réactions uniques à leurs actions et questions, "adoucissant" un peu l'expérience, nous faisant presque oublier le discours de flux logique de progression.

La fille qui se tient derrière.

Bien qu'il soit sorti après le premier jeu de la franchise, Famicom Detective Club : The Girl Who Stands Behind est un prequel, c'est-à-dire qu'il raconte une histoire qui précède les faits du premier titre. Il se déroule environ 3 ans avant son prédécesseur, et commence avec le protagoniste du premier jeu qui fuit deux flics, jusqu'à ce qu'il rencontre un homme, qui prend la responsabilité du garçon. On découvre bientôt qu'il s'appelle Shunsuke Utsugi, un détective privé, qui dit se reconnaître dans le jeune garçon de 15 ans à la recherche de ses parents, disparus dans son enfance. Après avoir découvert que le garçon n'a pas d'endroit où vivre, Utsugi l'invite à devenir son assistant dans son bureau. Quelque temps plus tard, tous deux reçoivent un appel pour enquêter sur une scène de crime dont la victime est une jeune fille nommée Yoko Kojima, étudiante au lycée Ushimitsu. Deux amis et camarades de classe de Yoko nous aideront dans l'enquête : un garçon nommé Hitomi Kawaii et une fille nommée Ayumi Tachibana. Tout au long des 11 chapitres, vous réutiliserez toutes les mécaniques utilisées dans le jeu précédent, c'est-à-dire que vous continuerez à interroger toute personne qui pourrait avoir un lien avec votre enquête, et avec cela, les problèmes du jeu précédent sont également présents dans celui-ci, c'est-à-dire, préparez-vous à vous perdre dans votre enquête. Vous remarquerez sans doute très tôt que l'accent est mis un peu plus sur les sessions de pointer-cliquer, ce qui est un changement bienvenu. Honnêtement, les sessions où vous devez enquêter sur un élément de preuve possible pour votre enquête étaient l'une des plus captivantes de tout le jeu. Cela peut paraître édulcoré, mais regarder une scène pendant des minutes et essayer de comprendre ce qui ne va pas correspond parfaitement au thème de l'enquête du jeu.

Tout comme le premier jeu, Famicom : Detective Club The Girl Who Stands Behind bénéficie d'une direction artistique exceptionnelle, encore accentuée par les thèmes macabres que le jeu aborde par moments. Comme The Missing Heir, The Girl Who Stands Behind possédait quelques extras qui ne sont pas essentiels au jeu, vous disposez toujours d'un carnet et pouvez passer d'une version à l'autre de la bande sonore du jeu, mais dans ce cas, vous pouvez non seulement passer de la bande sonore de la Famicom à celle du remake, mais vous avez également la possibilité d'utiliser la bande sonore d'un autre remake du jeu, le Super Famicom, sorti en 1998. En bref, voici Famicom Detective Club : The Girl Who Stands Behind, une suite qui, bien qu'elle soit sortie seulement un an après son prédécesseur, parvient à être étonnamment unique. Le récit parvient à apporter une sorte de suspense macabre qui s'écarte pas mal des thèmes du premier jeu, donc malgré le recyclage des mécaniques, il parvient à avoir suffisamment de personnalité pour se démarquer. L'idée d'apporter une préquelle est excellente, car les histoires de l'auteur se sont permis de développer davantage les personnages, magnifiant l'œuvre dans son ensemble, même si vous n'avez pas joué à L'héritier disparu.

VERDICT

-

La duologie du Famicom Detective Club semble avoir été réalisée en un seul jeu. Les histoires, bien que divergentes dans leur thème, parviennent à se compléter parfaitement, fonctionnant comme des histoires indépendantes, ce qui est le meilleur des deux mondes. Bien qu'il s'agisse de deux jeux entièrement refaits, ne vous méprenez pas, Famicom Detective Club est un produit de son époque et ne sera pas une expérience aussi conviviale que vos romans visuels typiques. Cependant, la partie qui n'a pas pris une ride est son histoire, qui, bien qu'elle ne construise pas des personnages aux multiples couches de complexité, parvient à les rendre suffisamment profonds pour être intéressants. La direction artistique dans les jeux est honnêtement exceptionnel, à un niveau tel qu'il est difficile de trouver des points dignes de critique. Les personnages sont extrêmement expressifs - ce qui est très difficile à réaliser en art bidimensionnel - les décors sont riches en détails, et vous pouvez inspecter individuellement chaque objet du décor, car il aura une description même s'il n'a aucune fonction dans l'histoire. Oh, chaque ligne de dialogue dans le jeu comporte des voix japonaises, qui sont entièrement doublées ! Même si vous ne parlez pas japonais, il témoigne de l'affection, de l'attention et de la fantaisie, élevant ainsi l'expérience d'un cran. La sortie occidentale de la franchise Famicom Detective Club, 33 ans après son premier titre, revêt une grande importance. Cela montre que Nintendo réalise de plus en plus l'importance des sorties mondiales de franchises, auparavant exclusives aux terres japonaises. Avec l'expansion de l'industrie du jeu vidéo, de plus en plus de genres, qui étaient autrefois des niches, démontrent un potentiel gigantesque, et ne passe pas inaperçu.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés