Les enfants de la résistance tome 7 : Tombés du ciel
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 12 Mars 2021
Résumé | Test Complet | Images
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Vincent Dugomier
Dessin : Benoît Ers

Au printemps 1943, un avion allié s'écrase près de Pontain l'Écluse, village où François, Lisa et Eusèbe fondent leur réseau de résistance, Le Lynx. Les Allemands parcourent la zone à la recherche des pilotes qui semblent avoir disparu. Le Lynx fera tout ce qu'il faut pour trouver les pilotes plus tôt et les aider à rentrer en Angleterre.

En se donnant une mission précise, liée au titre de l’album, les trois enfants doivent (ré)organiser leur réseau, son fonctionnement au quotidien, en cherchant à prendre comme modèle le tout nouveau Conseil National de Résistance (CNR) qui se créée alors péniblement sous la direction de Jean Moulin. Tout en agissant de manière enfantine lorsqu’il s’agit de narguer les forces d’occupation, petit plaisir (frisson ?) logique compte-tenu de leur âge, ils doivent également se confronter à un paradoxe intéressant, qui devrait les faire grandir. Pour passer le plus inaperçus possible, ils sont en effet obligés de se conformer aux desiderata allemands, sans discuter. Rester dans le rang, obéir, savoir attendre, patienter. Sans faire de vagues. Pourtant, durant tout le récit, leur détestation affichée de l’autorité (de manière générale, mais avec une préférence contre le vert-de-gris) se manifeste constamment, comme une tentation, parfois au risque de les trahir. Or, en qualité de chefs de réseau incarnant une autorité aussi secrète qu’indiscutable dans la lutte contre l’occupant, ils sont obligés de réclamer, eux aussi, une obéissance absolue à leurs ouailles. Puisse ne jamais venir le temps où ils devront sévir à titre "définitif" contre un éventuel traître... Vincent Dugomier entraîne cette fois-ci ses jeunes héros sur les pentes glissantes de la stratégie politique, celle qui stabilise aussi une société pour plusieurs décennies. Sans simplification hasardeuse, il prouve encore une fois qu’il reste possible d’aborder des sujets complexes avec intelligence, en offrant la bonne dose de divertissement pour l'accompagner. Benoît Ers poursuit son travail graphique. Les personnages agissent comme ils le doivent le faire. Son trait doux et rond sait capter la détermination farouche de tous les personnages, sans pour autant glorifier l’héroïsme ni diaboliser l’ennemi à outrance.

VERDICT

-

Un épisode plus politique d'une série de plus en plus indispensable à l’heure de la simplification éhontée de l’Histoire.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés