RiMS Racing
Plate-forme : Nintendo Switch - PC - PlayStation 4 - Xbox One - PlayStation 5 - Xbox Series X
Date de sortie : 16 Septembre 2021
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Course
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


5/10

Parce qu'une course ne se gagne pas uniquement sur la piste, devenez bien plus qu'un pilote en comprenant le comportement des motos.

Vers la simulation ultime ?

Quel effort. Jouer à RiMS Racing n'est pas l'une des expériences les plus relaxantes du jeu vidéo. Nous avons presque envie de l'appeler "le Dark Souls des jeux de course à deux roues" parce que RiMS Racing est tout simplement un défi du début à la fin, il faut une concentration constante pour ramener un bon résultat et chaque erreur est chèrement payée. Le modèle de conduite s'oriente résolument vers la simulation complète, non seulement en termes de précision de la simulation des lois physiques, mais aussi de la manière dont elle est mise en place. Même lorsque la simulation physique est au plus bas, contrôler notre bolide et le lancer vers les trajectoires les plus performantes selon des lignes aussi douces qu'un Monet et aussi précises qu'un Giotto est tout sauf immédiat. Chaque tour doit être équilibré avec l'habileté d'un chimiste, et le moment de s'appuyer doit être dicté par un chef d'orchestre. Il est facile de voir qu'arriver trop longtemps à l'apex de la courbe est un désastre, mais être trop lent rend aussi les choses difficiles, car l'inertie de la moto et de la trajectoire joue contre nous, nous devons changer l'inclinaison et par conséquent nous nous trouvons obligés d'effectuer d'autres corrections qui compromettront la sortie optimale de la courbe et l'ouverture suivante du marteau à gaz.

Le seul aspect sur lequel nous avons quelques réserves est l'efficacité de la transmission de la sensation de vitesse : on se rend compte qu'on a dépassé les deux cents à l'heure seulement en regardant le compteur de vitesse, tandis qu'il manque des effets à l'écran qui font comprendre au joueur qu'il ne faut pas longtemps pour franchir le mur du son. Peut-être qu'une vision plus étroite aurait aidé ? Un mouvement ou une vibration plus importante de la caméra ? Si vous passez les cinq ou six premiers tours de chaque circuit sans être capable de rester debout pendant plus de deux tours d'affilée, ne vous inquiétez pas. C'est normal. C'est tout à fait normal. Moins normal, en revanche, est le comportement de l'intelligence artificielle, qui, par moments, a rappelé les schémas des ennemis dans Serious Sam. Dark Souls, Serious Sam... tellement de culture aujourd'hui ! Oui, parce que les pilotes contrôlés par le CPU sont d'excellents détacheurs, mais se soucient peu de leur sécurité et de celle des autres, surtout quand ces "autres" sont nous. Les adversaires s'entrechoquent aussi à quelques reprises, mais ce n'est pas notre problème. Ce qui me dérange vraiment, c'est leur propension innée à vous renverser dès que votre freinage n'est pas aussi précis que le leur. Et l'absence de fonctionnalité rembobinage dans RiMS Racing a conduit à ce que des courses entières soient compromises sans que nous ayons fait quoi que ce soit de mal. Pour couronner le tout, les pilotes rivaux étaient plutôt rapides lorsqu'ils étaient loin devant, mais ils commençaient à faire de grosses erreurs dès qu'ils étaient dans notre ligne de mire, créant ainsi une dynamique de course irréaliste.

RiMS Racing accorde une grande attention aux détails.

Les italiens de Raceward Studio ne se sont pas limités à caractériser RiMS Racing par l'un des modèles de conduite les plus difficiles du marché, mais ils ont ajouté une composante de gestion des motos importante et approfondie, dont les pièces sont sujettes à l'usure et doivent donc être remplacées, peut-être par des pièces plus performantes. Il existe des dizaines de composants que nous pouvons équiper, et chacun d'entre eux a un impact qui dépend non seulement de ses propres caractéristiques, mais aussi du reste de la configuration de la moto. La recherche d'un certain modèle de levier d'embrayage ou d'un carénage en fibre de carbone devient un véritable plaisir, et la quantité de détails disponibles donne un sentiment de plus grand réalisme à chaque achat, comme si nous achetions un véritable équipement. Il est cependant dommage que cette grande attention portée à la personnalisation reste confinée au mode Carrière et ne trouve aucun espace dans les courses simples ou, plus encore, dans le multijoueur, où il aurait été agréable de voir les différences entre les configurations des joueurs. C'est vraiment dommage.

RiMS Racing fait du souci obsessionnel du détail sa raison d'être, et le revers de la médaille est aussi évident que compréhensible : huit motos et quatorze circuits peuvent sembler trop peu. Cependant, ce ne serait pas un défaut en soi, grâce à la haute qualité, mais cela nous fait tiquer sur la politique de DLC le premier jour, qui pour un prix plus élevé fournissent une bonne quantité de composants, en plus de livrer le circuit de Barhein gratuitement seulement jusqu'au 2 septembre. Le jeu de base est vendu au prix fort, et il aurait été plus juste que tout ce qui a été développé jusqu'à présent fasse partie du produit final sans coût supplémentaire. Comment ça tourne sur Switch ? La résolution est floue, les textures sont basiques, la distance d'affichage est médiocre, les pop-in sont endémiques et l'anti-aliasing est presque inexistant. Ces problèmes sont ensuite exacerbés lorsque vous essayez de jouer en mode portable. Il est difficile de voir ce qui se passe sur la piste alors que les objets apparaissent soudainement et que la route se brise et fusionne avec le paysage dans un désordre pixelisé. C'est mieux sur le dock, mais encore loin d'être idéal. La fréquence d'images aussi, bien que relativement correcte lorsque vous êtes en solo sur la route, a tendance à vraiment souffrir lorsqu'il y a d'autres concurrents dans les parages, c'est-à-dire tout le temps en mode carrière. Les effets météorologiques mettent également une pression très évidente sur les performances.

VERDICT

-

En bref, conduire une moto est une expérience physique, presque viscérale, et dans le jargon des jeux vidéo, le mouvement continu du centre de gravité est totalement confié à l'interaction de notre pouce gauche sur le stick analogique. Tout le mérite de RaceWard Studio est de recréer une simulation comme il en existe peu, même si d'autres parties du système de jeu sont dérangeantes et empêchent l'expérience globale de briller comme elle le devrait. Et sur Nintendo Switch, la qualité du portage n'est clairement pas le point fort du jeu, affectant très fortement les performances.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés