The Twelve : Réveils
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 17 Mars 2021
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Joe Michaël Straczynski
Dessin : Chris Weston

L'un des concepts fondamentaux de The Twelve est que les personnages principaux ne forment pas vraiment une équipe. Marvel aime présenter les Defenders comme une " non-équipe ", mais les Douze vont bien au-delà : il s'agit littéralement d'un groupe de super-héros sans lien entre eux, regroupés par commodité depuis que tant de héros sont venus combattre en Europe. Tous sont des héros extrêmement mineurs, dont beaucoup n'ont que quelques apparitions classiques de l'âge d'or. Cette obscurité aide en fait à faire avancer l'intrigue, comme nous l'expliquerons plus tard. La plus remarquable est sans doute la Veuve noire originale ; cette version ressemble plus à une version blonde du Spectre de DC qu'à quelque chose qui ressemble à Natasha Romanova. Beaucoup ne sont que des gars ordinaires portant des capes et ayant le courage d'entrer dans une guerre brutale. Comme son nom l'indique, il y a beaucoup de personnages. Notre narrateur et leader est le Reporter Fantôme ; lorsque les Douze ont été cryogénisés par un scientifique nazi et retrouvés à l'époque moderne, il est l'un des plus rapides à s'adapter à son réveil. Le Reporter est un personnage un peu fade ; il n'a pas d'autres pouvoirs qu'un esprit brillant. Cela permet aux personnalités plus dynamiques de ses camarades de se révéler au fil de l'histoire.

L'histoire des Douze a peut-être été conçue pour faire écho au destin des Sept Soldats de la Victoire. Ces héros DC ont été catapultés dans le temps lors d'un combat contre l'Homme Nébuleux et ont fini par s'adapter assez bien. En revanche, les Douze ont été assommés et réveillés en l'espace de quelques secondes. La majeure partie de l'histoire tourne autour de leur adaptation à leur nouvel environnement ; ce n'est pas une tâche facile. L'un des destins les plus tristes est celui de "Mister E", dont le vrai nom serait "Victor Jay". Straczynski a décidé de faire de ce pseudonyme évident une couverture pour son vrai nom -- Victor Goldstein, modifié pour qu'il puisse progresser dans un monde des affaires antisémite. Ses retrouvailles avec ce qui reste de sa famille - une femme mourante et un fils plus âgé que lui et qui le déteste - deviennent encore plus déchirantes lorsqu'il est établi qu'il est le seul survivant de sa famille. Rockman et Captain Wonder commencent tous deux à perdre la raison à cause du chagrin. On insiste beaucoup sur le fait que le monde est différent aujourd'hui, mais ni les années 1940 ni les années 2010 ne sont présentées comme étant nettement meilleures ou pires. Une intrigue secondaire importante suit le proto-Punisher Laughing Mask qui se fait attraper pour avoir tué un criminel lors d'un cambriolage. Ses armes ont été enregistrées comme ayant été utilisées pour tuer des gangsters dans les années 1940. Blue Blade, un acteur usé qui cherche à tirer profit de sa réputation de guerre, se trouve incapable d'attirer l'attention du public moderne. Amadeus Cho (Mastermind Excello), qui peut lire dans les pensées et intercepter les signaux radio, se trouve dépassé par l'assaut des transmissions modernes.

Le personnage le plus fascinant du livre est peut-être Dynamic Man, un héros dans le moule du surhomme aryen. Non seulement il est blond aux yeux bleus, mais il exprime une doctrine nationaliste tout en débitant racisme et homophobie. Il est sous-entendu qu'il couvre ses propres désirs sexuels... mais c'est en fait l'une des plus grandes erreurs d'aiguillage que nous ayons vues depuis Thunderbolts : Justice, Like Lightning. Ne cherchez pas l'origine de Dynamic Man, connaître son secret gâchera l'intrigue, même si elle est tout à fait lisible sans la surprise. C'est un exploit que The Twelve soit même terminé. JMS et l'artiste Chris Weston ont fait une pause après le huitième numéro pour travailler sur d'autres projets. La série s'est finalement terminée en 2012, et l'attente en valait certainement la peine, notamment sur le plan artistique. Le dessin de Weston utilise parfaitement les ombres ; il est également très habile dans l'utilisation des couleurs en bloc pour illustrer les flashbacks sans perdre de détails. L'intrigue a été très peu affectée par cette interruption ; quelques lignes de dialogue au début indiquent que l'histoire se déroule juste après Civil War, mais aucun super-héros n'apparaît dans les segments modernes. La seule chose qui ressort comme un changement possible est l'orientation sexuelle de Black Widow. JMS laisse clairement entendre qu'elle est lesbienne dans les premiers numéros ; plus tard, elle commence à retourner l'affection du Reporter Fantôme ; peut-être a-t-il l'intention qu'elle soit plutôt bisexuelle, bien que cela ne soit pas clair. À la toute fin de la collection Twelve se trouve Spearhead, une amusante histoire écrite et dessinée par Weston, qui montre comment les héros se sont réunis dans les années 1940. Marvel a toujours dû faire face à l'énorme fossé éditorial entre les années 40 et 60 et The Twelve est une étape importante dans la définition de son passé.

VERDICT

-

The Twelve est une mini-série plutôt divertissante. Le dessin est solide, et l'histoire réserve quelques surprises. Il serait intéressant que les personnages reviennent un jour, mais comme il y a peu de livres d'anthologie, il n'est pas évident que cela se produise... mais on ne sait jamais quand un vieux héros peut se relever.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés