Lucky Luke se recycle
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 04 Juin 2021
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin: Mawil

Le cow-boy solitaire rencontre l'inventeur Albert Obermann, qui est un vrai blanc-bec. Lucky Luke devient rapidement son protecteur et se retrouve au milieu d'un conflit entre deux constructeurs de vélos. D'un côté, Obermann, qui veut révolutionner le marché de la bicyclette et qui, au lieu d'un vélo à un sou, a mis au point un vélo moderne en fil de fer avec deux roues de taille égale. De l'autre côté, Augustus Pope, un industriel pour les grand-bi, une bicyclette avec une roue avan très grande et une roue arrière beaucoup plus petite. Tous deux sont en désaccord et veulent participer à une course cycliste à San Francisco. Lorsqu'Obermann et Lucky sont séparés, le cow-boy doit, à lui seul, emmener le deux-roues filaire sur la côte ouest. Et puis il y a Jolly Jumper, qui doit vivre sa première aventure sans son cavalier. La jalousie et le chaos suivent leur cours.

Nous étions très enthousiaste à l'idée de lire ce volume hommage de Mawil. Flix avait montré avec Spirou que les artistes allemands n'ont pas à craindre les grands pas de leurs collègues franco-belges. Mawil montre qu'il est pleinement à la hauteur de la grande responsabilité que représente le traitement d'un classique du neuvième art. L'idée de base de l'aventure est tellement absurde que déjà un murmure a parcouru l'industrie lorsque l'éditeur a parlé dans ses premières annonces de Lucky Luke montant sur un vélo. Mais lorsque l'on sait que son créateur, Mawil, est un cycliste passionné, cela prend tout son sens. Ce que l'on trouve remarquable, c'est la façon dont l'artiste allemand parvient à s'intégrer dans le cosmos de Lucky Luke en termes de contenu. Hormis la rupture stylistique dans les dessins, la narration est une continuité sans faille. Tout ce qui fait une histoire de Lucky Luke, nous le trouvons avec Mawil. Par exemple, "Lucky Luke se recycle" dépeint le voyage du cow-boy à travers le Far West, dans la meilleure tradition franco-belge. En outre, d'autres ingrédients ne manquent pas, tels que les puissants clients du saloon, les Indiens, les idiots du village, les méchants grandioses qui veulent empêcher ce voyage même, les employés des chemins de fer et du télégraphe. Et bien sûr, l'image finale obligatoire avec la chanson ne doit pas manquer à Mawil. Mais sans anticiper le gag, il faut seulement mentionner que Mawil a créé ici aussi sa propre version. En ce qui concerne les gags, ils sont nombreux dans ce volume et témoignent d'une verbosité que le bédéiste allemand laissait déjà entrevoir dans ses œuvres précédentes. L'un des nombreux exemples est le panneau dans lequel Jolly Jumper regarde fixement le dernier wagon du train dans lequel se trouve notre héros, qui vient d'être largué. Ce recueil de commentaires de compagnons de voyage aurait pu venir sous cette forme du grand Goscinny. Gag au point. Tout comme les scènes avec les Indiens, qui ne sont pas toujours les plus intelligents de la série. Ce n'est qu'au dernier panneau de la scène que la phrase qui résume tout est prononcée : "Bien sûr ! Les Indiens sont encore les plus stupides ! Vous pouvez nous le faire !" Allez droit au but ! Et ainsi de suite ! En ce qui concerne le dessin, Mawil, avec son esthétique de bras tubulaire qui ne connaît pas d'articulations, d'extrémités ou de perspectives exactes, il est vrai qu'il innove complètement pour Lucky Luke. Mais le cow-boy solitaire se débrouille bien dans un monde où ses bras et ses jambes bougent comme des mannequins en plastique gonflables.

VERDICT

-

La première aventure "allemande" de Lucky Luke est amusante. Les gags font mouche et l'histoire est suffisamment absconse pour correspondre aux dessins sauvages de Mawil. Si c'était un ballon d'essai, il y en aura peut-être d'autres.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés