Joker - Mauvaises fréquentations
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 16 Juin 2021
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7.5/10

Scénario : Brian Azzarello et Ed Brubaker
Dessin : Lee Bermejo et Doug Mahnke

Résumé : Le Joker rit. Il vient tout juste d'être libéré de l'asile d'Arkham. Pourtant, le célèbre baron du crime est loin d'être euphorique. En son absence, les fripouilles de son petit gang se sont partagé son territoire avant de revendre leur part pour une bouchée de pain. Mais aujourd'hui, le patron est de retour en ville, bien décidé à récupérer ce qui lui appartient. Entraînant dans son sillage le loyal Johnny Frost, la sanglante parade du clown farceur pour la reconquête se met en marche. (contient "Joker" de Azzarello & Bermejo et "L'homme qui rit" de Brubaker & Mahnke).

C'est le retour de l'opération comics d'Urban à 4,90€ avec des titres DC essentiellement dédiés à Batman et à son environnement proche. Le récit est correct, hyper bien mis en scène par Bermejo, et se lit bien sans être très original non plus. Le one-shot s'attarde à dépeindre le Joker sous l'angle du criminel mafieux taré et c'est tout pour le personnage qui donne pourtant son nom au récit. L'intérêt se trouve dans Frost, petite frappe qui se rêve plus grande, qui voit dans le clown un "ascenseur social criminel", le récit se dédiant à raconter en filigrane comment tous, alliés comme ennemis, sont broyés au sein de la confrontation perpétuelle entre le Joker et Batman. Pas révolutionnaire mais ça fonctionne. Le travail de Bermejo est si unique et exceptionnel qu'on se croirait presque assis au cinéma. Il ne s'appuie même pas sur un niveau de réalisme particulièrement élevé. Et c'est tout aussi bien. Parce que toute l'histoire semble à la fois réaliste et abstraite. Cela se reflète également dans les dessins. La surprise inattendue, c'est le second récit, qui est tout aussi classique mais permet aux amateurs de Mahnke de voir le dessinateur illustrer un one-shot écrit par Brubaker. L'univers de Batman est un nouveau territoire pour l'américain et une atmosphère atypique s'installe donc immédiatement. Les personnages principaux en particulier sont, comme toujours, très détaillées et variées. Là encore rien de dantesque scénaristiquement mais le récit est efficace et dense dans sa pagination. À ce prix-là, pour deux histoires, ça vaut la lecture malgré un papier fortement chargé en hydrocarbures. Le meilleur de ces deux récits se trouve principalement dans le visuel, alors qu'elles sont pourtant écrites par deux très bons scénaristes.

VERDICT

-

Si « The Dark Knight » au cinéma ne vous a pas suffi, ce tome est la suite idéale. À proprement parler, Azzarello n'a même pas écrit d'histoire sur le Joker, mais en fait sur son bras droit Jonny Prost. Il peut tout regarder d'un point de vue semi-neutre, comme le fait le lecteur et permet de s'immerger totalement dans l'univers du Joker.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés