Dragon Ball Super tome 14
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 07 Juillet 2021
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Akira Toriyama          
Dessin : Toyotarô

Dragon Ball Super (Dragon Ball Chou) est une série toujours en cours de publication au Japon et qui a connu seize tomes à ce jour aux éditions Shueisha. L'intrigue prend place après la saga d'origine, et donc la victoire de Goku contre Majin Boo. Il ne s'agit pas toutefois d'une suite directe, puisque le scénario d'Akira Toriyama tient compte des événements passés dans les films d'animation "Battle of Gods" (le combat contre Beerus) et "La Résurrection de F" (le retour de Freezer), tous deux disponibles en anime comics chez Glénat Manga. Désormais loin (et très loin) des événements de la série animée et du vingtième long métrage de la saga, le travail sur papier semble avoir pris une direction qui lui est propre, indépendante, et surtout plus liée à un simple phénomène "sommaire" par rapport à son homologue animé. Après le tournoi du pouvoir et la bataille contre Broly, Goku et Vegeta se sont retrouvés à collaborer avec la patrouille galactique pour arrêter Moro, une créature millénaire capable d'absorber l'énergie vitale des planètes, qui s'est échappée de la prison de la patrouille après une condamnation à vie qui a duré dix millions d'années. Après nous avoir permis de connaître le nouveau méchant, en posant les bases de l'arc narratif du Prisonnier de la Patrouille Galactique, le manga entre enfin dans les mérites de cette saga, dans un petit volume plein de surprises et de batailles spectaculaires, entre grands retours et clins d'œil au premier ouvrage du sensei Toriyama.

On pouvait s'attendre à un volume avec 200 pages d’affrontement contre Moro, et c’est ce que c’est. Sauf qu'il y a autre chose. Visuellement, c’est la première fois, qu’on apprécie ou pas, que vers la moitié du tome, on n'a plus Toyotaro qui singe Toriyama mais Toyotaro qui fait du Toyotaro. Et ça ne dérange pas, l'artiste semble enfin assumer son style. C’est subtil, mais on a des cadrages qu’on a jamais eu, des plans qui ne font pas partie de la grammaire ultra codifiée de Dragon Ball. Ce ressenti a été accentué par plusieurs autres éléments. On a un chouette combat avec Merus, personnage d'intérêt qui se bat avec une arme tournoyante, élément visuel qu’on ne rencontre jamais et qui a permis des cadrages différents. La dernière fois où nous avons eu un "nouvel héros" affrontant un ennemi remonte à très loin dans la série ! L’autre élément intéressant, mais perturbant car ça arrive des années après coup, c’est l'emphase verbalisée par les protagonistes sur le criminel qu’a été Vegeta et le fait qu’il tente de se racheter par ses actions, au-delà de la concurrence avec Goku. Ça n’avait jamais été dit ainsi, on faisait même tout pour tenter de le faire oublier (que Végéta avait massacré des populations entières) et c’est étonnant, dans l’écriture « un peu puérile » de Dragon Ball Super, d’avoir ce discours. Pour enfoncer le clou, le temps d'un dialogue avec Jaco, Goku verbalise sans détours le fait de laisser leurs ennemis en vie pour toujours être plus fort. Ça avait déjà été dit (mais pas souligné) mais ça semble marquer ici une prise de conscience chez Goku... Tout ça a donné l’impression que quelqu’un d’autre écrivait les personnages, et c'est intéressant. Etrange mais plaisant. Bon, vivement la fin contre Moro car 2-3 tomes pour un combat, c'est toujours trop... À l'inverse, nous n'aurions rien contre un spin-off centré sur la Patrouille Galactique, ses agents, les extraterrestres, des blagues et des petites bastons pour rythmer le tout.

VERDICT

-

Un tome « étrange »de Dragon Ball Super mais très appréciable. Il semble y avoir une évolution à tous les plans et ce n'est pas un mal.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés