Blue Reflection : Second Light
Plate-forme : Nintendo Switch
Date de sortie : 09 Novembre 2021
Résumé | Test Complet | Images
Editeur :
Développeur :
Genre :
RPG
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7/10

Blue Reflection : Second Light suit les aventures de trois étudiantes qui se retrouvent transportées dans une mystérieuse académie flottante.

Un retour inattendu.

Lorsque l'on parle de GUST, la première chose qui vient à l'esprit - si l'on est familier avec le studio - est la saga Atelier. Avec ses différentes itérations et sous-séries, le studio s'est imposé comme le paradigme du JRPG léger, avec généralement des protagonistes féminins et une forte dose de fanservice pour le joueur. Mais il n'y a pas qu'Atelier à vivre, et il y a quelques années, le développeur a présenté un nouveau projet, Beautiful Girls Festival, où il a dévoilé ses futures sagas. Parmi eux se trouvait - non seulement avec un, mais avec trois jeux - BLUE REFLECTION, dont le premier épisode est sorti en 2017, pour avoir ensuite un anime associé, et dont nous avons maintenant sa deuxième partie : BLUE REFLECTION : Second Light. Nous commençons ce nouvel épisode en rencontrant Ao Hoshizaki. Ao est une fille normale, avec une vie ennuyeuse et sans ambitions particulières. Elle n'a qu'un seul problème : mener une vie ennuyeuse est... ennuyeux. Elle passe donc ses journées à souhaiter que quelque chose de spécial lui arrive, quelque chose qui la marquera et créera des souvenirs à chérir. Et comme il s'agit d'un jeu vidéo et qu'elle en est le personnage principal, il se passe effectivement quelque chose : sans manger ni boire, la bonne vieille Ao se réveille dans un autre monde, où il n'y a qu'un lycée à moitié vide entouré du néant absolu. Elle ne sera pas seule. Lorsqu'elle se réveille, elle trouve trois autres filles du même âge qui sont là depuis un certain temps. Cependant, elles ne se souviennent de rien de leur vie passée, ce qui signifie que leur ancien monde ne leur manque même pas. Le contact avec Ao - qui a des souvenirs - va les amener à repenser la situation et à commencer à ressentir une certaine nostalgie pour un passé qu'elles ne connaissent pas. Presque au même moment, le néant qui entoure l'institut va changer, avec l'apparition du Faraway, un nouveau territoire inconnu. Et, évidemment, nos protagonistes décident d'aller l'explorer.

Dans les grandes lignes, c'est ainsi que commence l'histoire de BLUE REFLECTION : Second Light. Une histoire qui, sans être particulièrement surprenante, va progressivement nous donner juste ce qu'il faut d'informations pour nous tenir en haleine ou, du moins, pour nous rendre curieux de savoir ce qui se passe vraiment. Il offre également quelques rebondissements intéressants. Avant de poursuivre, cette deuxième partie ne nécessite pas d'avoir joué à la première, étant une histoire autonome, mais sans être totalement indépendante de la saga. Si vous êtes familier avec le premier volet ou l'anime, vous serez en mesure de reconnaître plusieurs des personnages principaux qui apparaissent, ainsi que de mieux comprendre le contexte du monde, et comment ce titre s'intègre dans l'histoire globale de la saga. Oui, Second Light n'est pas une histoire totalement indépendante dans le monde de BLUE REFLECTION. Pourtant, c'en est une assez importante pour qu'on puisse y jouer parfaitement sans avoir le premier épisode qui n'est d'ailleurs pas (encore ?) disponible sur Switch. Bref, BLUE REFLECTION : Second Light est divisé en deux parties clairement distinctes : les donjons et le lycée, un peu comme dans la série Persona. Au début du jeu, nous découvrirons que chacun des donjons qui apparaissent est une sorte de subconscient de chacune des filles que nous rencontrerons, un peu dans le style des palais de Persona 5. Par conséquent, notre objectif sera d'explorer chacun de ces donjons - appelés Heartscape - pour trouver les souvenirs qu'ils contiennent et, avec un peu de chance, trouver également comment retourner dans notre monde. Nos protagonistes auront également le pouvoir de matérialiser des armes à partir de rien afin de combattre les ennemis qui sévissent dans chacun des Pays du Cœur.

Un système de jeu facile d'accès.

Le combat ne sera pas différent des autres JRPG, mais avec quelques particularités : pendant toute la durée du combat, nous collecterons automatiquement des points d'éther sur chaque personnage, jusqu'à un maximum. L'exécution d'attaques consommera des points d'éther. En pratique, cela fonctionne comme la barre ATB typique de Final Fantasy, mais vous pouvez choisir d'attaquer ou d'attendre un peu plus longtemps pour faire une attaque plus puissante. Par exemple, si l'attaque simple coûte 1000 points d'éther, on peut l'exécuter dès qu'elle a été collectée, ou on peut attendre un peu plus longtemps et utiliser une attaque spéciale qui consomme 1500 points d'éther. On peut aussi attendre d'atteindre 2000 points d'éther et effectuer deux attaques simples en une seule fois, qui peuvent être utilisées pour étourdir l'ennemi, par exemple. La vitesse à laquelle nous accumulons des points d'éther est déterminée par chaque personnage, ou par le nombre de coups que nous avons portés dans ce combat, sous la forme d'un combo. Chaque fois que nous touchons un ennemi avec un personnage, le nombre de coups dans le combo augmente, et avec lui, la vitesse de collecte des points d'éther. De même qu'elle augmente, elle peut diminuer avec certaines actions de l'ennemi, mais c'est quelque chose qui peut être atténué de notre part. Notre objectif n'est donc pas seulement de faire des dégâts à l'ennemi, mais d'augmenter le combo afin de charger des points d'éther de plus en plus rapidement. Mais nous avons dit que ces points d'éther ont un maximum. Ce n'est pas tout à fait exact. Il y a plusieurs maximums, marqués par les engrenages, ou "gears". Au premier tour, nous démarrons toujours - il y a des modificateurs qui changent cela - sur la première vitesse. Avec cela, notre limite de points d'éther sera de 1000. En utilisant une attaque, nous passerons à la deuxième vitesse, où la limite sera de 2000. Ensuite, en fonction de certaines conditions, nous passerons à la troisième vitesse, avec une limite de points d'éther de 3000, et nous pourrons effectuer des attaques plus puissantes au cours du combat.

Lorsque nous atteindrons le troisième gear, non seulement nous serons capables d'effectuer des attaques plus puissantes, mais nous nous transformerons également. Dans le plus pur style sailor-moon, nous prendrons la forme d'un réflecteur - attention aux spoilers - qui augmentera nos statistiques générales et nous permettra d'effectuer des attaques que nous ne pourrons pas faire en forme normale. Chacun de nos protagonistes a une forme de réflecteur différente. Un mode "un contre un" a également été ajouté au combat, dans lequel nous pouvons presque librement attaquer un ennemi avec l'un de nos protagonistes, qui peut à son tour nous attaquer en retour, en temps semi-réel. C'est un ajout intéressant, mais il n'est pas bien implémenté et, après plusieurs heures de jeu, nous n'avions toujours pas le timing de l'esquive ou de l'attaque. Cela est dû au fait que, de manière générale, le retour d'information du jeu en matière de combat est médiocre. Souvent, nous saurons que nous avons été attaqués par un ennemi parce que nous verrons la barre de vie diminuer, sans même avoir vu l'attaque en question. Cela se produit parce que les attaques peuvent être presque simultanées, et l'ennemi peut attaquer pendant que nous attaquons, avec beaucoup de changements de caméra pour essayer de rendre cela spectaculaire mais ne réussissent qu'à donner le tournis au joueur. Malgré cela, le combat est généralement divertissant et ne devient pas particulièrement difficile tout au long de l'aventure.

Une réalisation encore mitigée ?

La conception des donjons n'est pas non plus particulièrement inventive, ce qui n'est pas aidé par le côté technique limité du jeu. À l'exception de certains environnements spécifiques, les donjons sont plutôt vides et ennuyeux, et ne présentent pas de mécanismes particulièrement révolutionnaires. Cependant, la pire partie du jeu dans les heartscapes est la furtivité. La furtivité n'est pas particulièrement bien implémentée et n'indique souvent même pas les cônes de vision des ennemis - encore une fois, le feedback du jeu est défaillant -. Heureusement, les sections furtives obligatoires sont assez rares dans l'aventure principale, apparaissant plutôt dans les quêtes secondaires. Quand nous n'explorerons pas les donjons, nous nous promènerons dans l'école. Ici, Ao pourra interagir avec ses compagnons, gagnant des points d'affinité - encore une fois, très dans le style Persona - entre eux qui nous permettront de débloquer de nouvelles techniques ou d'augmenter les attributs. De temps en temps, nous aurons l'occasion de sortir avec les autres filles, ce qui nous permettra d'en savoir un peu plus sur leur vie et leurs goûts. A ce sujet, précisons que le jeu est une fois encore uniquement en anglais (doublage en japonais), ce qui n'aidera pas un large public à s'y intéresser.

En plus de cela, dans l'institut, nous pourrons fabriquer des matériaux qui seront utiles dans les donjons, comme de la nourriture qui redonne des points de vie, ou des objets qui peuvent modifier l'état de l'ennemi, par exemple. Ce n'est pas nécessaire, et nous ne l'avons pas beaucoup utilisé tout au long de l'aventure, mais il est là. Ce qui sera nécessaire, c'est de moderniser les installations du bâtiment scolaire, ce qui nous permettra de construire différents endroits autour du bâtiment principal, comme un café ou une salle d'étude. Chacun de ces endroits augmentera les statistiques du groupe, donc les avoir installés et, si possible, améliorés, sera essentiel dans notre quête. Ils serviront également de sites de rencontre, et seront donc nécessaires si nous voulons augmenter notre affinité avec les filles. Dans l'ensemble, BLUE REFLECTION : Second Light n'innove pas, mais il ne semble pas non plus nécessaire. Le public cible du jeu sait ce qu'il veut : un JRPG léger, avec un peu de fanservice et une bonne dose d'interaction entre les filles. Et en ce sens, il est à la hauteur. Il n'entrera pas dans l'Olympe des JRPG, et ce n'est même pas le meilleur JRPG GUST, mais il ne prétend pas l'être. Et ce qu'il prétend faire, il le fait très bien, ce qui est ce qui compte au final.

VERDICT

-

Blue Reflection : Second Light est un JRPG léger, avec beaucoup de filles, et un peu de fanservice. Il ne plaira pas aux masses, mais le public cible l'appréciera. Cependant, si vous n'êtes pas un fan de ce que l'on appelle les "trucs japonais", ne vous en approchez même pas, car le caractère nippon est très fort dans le jeu.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés