Je suis un cyborg
Plate-forme : DVD
Date de sortie : 27 Juillet 2008
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Comédie
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8.5/10

Réalisé par Park Chan-Wook

Internée, Young-goon est persuadé d’être un cyborg. Elle refuse de s’alimenter préférant sucer des piles et parler aux distributeurs automatiques. Il-Soon pense que tout va bien! Grâce à son pouvoir qui lui permet de voler des quantités des gens qu’il observe, il est le seul à la comprendre. En tombant fou amoureux d’elle, il va tenter de la ramener à la réalité…

La clé de cette œuvre profondément décalée est de se laisser surprendre. Surprendre par une charte graphique et visuelle foisonnante et irréelle, par un discours résolument anti conformiste et délirant, par une histoire d’amour ô combien attendrissante et divinement délicieuse. Park Chan-Wook vous embarque dans une dimension à des années lumières de ce que l’on connaît, son film est un beau poème surréaliste dédié à la vie, plus exactement à ce qui fait son sens. Le lieu clos qu’est l’hôpital psychiatrique est le théâtre où se joue la représentation de nos peurs, de nos questionnements, de notre place dans une société qui se veut qualibrée, aseptisée, homogénéisée dont la différence est rejetée, déconsidérée. La jeune Cha Young Goon est emblématique à ce sujet, elle confronte sa personnalité à des règles édictées par une voix (la raison sociétale) qui lui interdit entre l’attendrissement, l’imaginaire, la compassion, elle se doit d’être cruelle et sans état d’âme. Elle est interprétée par Lim Shoo-Yung, saisissante de réalisme. Sa rencontre avec Park II Soon (joué par l’étonnant Jung Ji-Hoon/Rain) cleptomane de la vie va bouleverser ses croyances. Ensemble ils mettent au point une lutte organisée qui les amènera à la délivrance, qui n’est autre que l’amour. Tout tient du fabuleux au sens propre (car la fable est géniale) comme au figuré. La mise en scène explose en délires de tous genres. Forcément burlesque au début (la meilleure partie), plus profonde par la suite. L’inspiration intentionnelle de Chan-Wook se trouve du côté de Burton on le sent jusque dans la musique suggérée par Elfman. On peut y retrouver aussi une atmosphère à la « Vol au dessus d’un nid de coucou » de Milos Forman ou encore au « Roi de Cœur » de Philippe de Broca, dont le sujet est assez similaire. Mais le réalisateur reste bien ancré dans la réalité, et c’est dans ce sens qu’il réussit son film.

VERDICT

-

« Je suis un cyborg » est une œuvre à part, foncièrement novatrice et créative, un objet d’art qui vous interroge et nous replace amèrement face à notre propre condition d’homme. Eblouissant, génial et forcément captivant.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés