Bayonetta & Vanquish 10th Anniversary Bundle
Plate-forme : PlayStation 4 - Xbox One
Date de sortie : 18 Février 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8.5/10

Fêtez le 10ème anniversaire de Bayonetta et Vanquish avec cette édition de lancement spéciale contenant un steelbook arborant un artwork inédit.

Bayonetta - Sorcière, sorcière.

Bayonetta est un jeu d'action à la troisième personne mettant en scène une puissante sorcière pas vraiment sympathique ... du moins au commencement. En effet, l'héroïne vient de sortir d'un mystérieux sommeil de 500 ans, et est devenue amnésique. Depuis, elle n'aura de cesse de courir après son passé, afin de découvrir ce dont elle a été victime. Le tout sera raconté sous forme de cinématiques, mais à vrai dire, le scénario n'est pas vraiment très palpitant et on aura parfois du mal à savoir où l'on va. On découvrira cependant que la sorcière peut se transformer en panthère noire et que dans cet état, elle laisse une traînée de fleurs sur son passage. Une touche de douceur dans un monde de brute ? Non, ce qui impressionne dans Bayonetta, c'est son rythme de jeu. Les ennemis pleuvent à l'écran et pour les éliminer vous devrez réaliser de superbes pirouettes tout en utilisant vos puissants pistolets. Et si cela ne suffit pas, vous pourrez faire appel à la magie pour déclencher des sorts assez cruels, mais très efficaces. Concernant les changements apportées par cette conversion, on retrouve une réalisation encore améliorée. Bayonetta tourne en effet en 60 fps sans accrocs, et peut monter jusqu'en 4K sur la PS4 Pro. Dans ce portage signé Armature, certaines textures ont également gagné en précision, et l'aliasing est un peu plus discret. Rappelons que la version PS3 du jeu était très inférieure à son homologue Xbox 360 à l'époque, l'adaptation avait été signée en interne par SEGA Japon.

Malgré les années au compteur, Bayonetta premier du nom affiche toujours un graphisme pour le moins chatoyant, et blindé d'effets spéciaux en tout genre. Ce ballet aérien a d'ailleurs parfois quelques conséquences sur la jouabilité, puisqu'on ne distingue pas toujours où se cache le personnage dans une pareille débauche de couleurs. Mais l'animation s'avère très fluide, et les mouvements brillamment décomposés. Quant au character design, il aura certainement ses réfractaires, mais il ne manque pas d'audace. En réalité, Bayonetta ressemble beaucoup à son ainé, le célèbre Devil May Cry, mais avec deux différences majeures néanmoins : Le ton du jeu n'est absolument pas sérieux, et surtout on retrouve un personnage féminin dont les formes se montrent très avantageuses. Les développeurs joueraient-ils sur la corde sensible ? Quoiqu'il en soit, devant une telle débauche de violence, on ne sera pas surpris de voir que le jeu est interdit aux mineurs. Le gameplay lui demeure assez classique, et se veut très accessible, puisqu'on se contentera de frapper tout ce qui bouge. Bayonna est un jeu ô combien défoulant, mais pas vraiment subtil, bien qu'on sera surpris de retrouver du jazz assez branché en guise de bande son (on retrouve même un remix du célèbre "Fly me to the Moon"), loin de la techno pop habituellement rencontrée dans ce type de production. Les doublages sont quant à eux en anglais ... et en japonais. Quant à la durée de vie, elle assure environ quinze heures de jeux, un bilan tout à fait satisfaisant pour un beat'em all. Les pseudo phases de shoot'em up intégrés dans la partie sont assez basiques, tandis que le mini-jeu de tir aux anges est plutôt amusant. On pourra également débloquer de nouveaux accessoires et costumes pour l'héroïne, ou bien améliorer ses scores en recommençant une mission déjà terminée.

Vanquish - Guerre Froide : acte deux.

Vanquish est un jeu d'action à la troisième personne prenant place dans un lointain future où l'Ordre de l'Étoile Russe (mené par des communistes revanchards) a repris le pouvoir à Moscou et menace désormais les États-Unis. Des paroles aux actes, il n'y a qu'un pas, et c'est désormais un bataillon de robots qui est envoyé pour prendre le contrôle d'une station spatiale américaine, munie d'un gigantesque laser, le SC-01 Providence. Sans exprimer le moindre scrupule, les troupes russes utilisent le canon à micro-ondes pour détruire San Francisco. Les États-Unis doivent désormais déposer les armes, sinon d'autres villes seront rayées de la carte. En tant qu'agent de la DARPA, Sam Gideon dispose d'un armure d'une grande puissance, à l'instar d'une Samus dans Metroid. Votre objectif sera de guider les alliés dans la colonie spatiale pour espérer en reprendre le contrôle, mais aussi retrouver le scientifique qui a créé votre équipement, le Dr Candide, dont les russes ont fait une cible prioritaire.  Vanquish comporte de nombreuses cinématiques, mais à vrai dire, le scénario n'est pas vraiment très palpitant et on aura parfois du mal à savoir où l'on va. Un problème qui touchait déjà Bayonetta il est vrai. Mais bon, ce qui impressionne dans Vanquish, c'est son rythme de jeu. Les ennemis pleuvent à l'écran et pour les éliminer vous devrez faire parler la poudre, tout en vous montrant extrêmement agile avec votre armure. Ce costume permet en effet de se déplacer à haute vitesse, d'utiliser un effet de ralenti (Bullet Time) ou bien d'opter pour le combat en corps-à-corps. Cette nouvelle version PS4 a été portée par Armature, le jeu a été remastérisé et tourne en 4K/60fps sur la PS4 Pro.

Vanquish a le soucis du détails et impose un graphisme pour le moins chatoyant, et blindé d'effets spéciaux en tout genre. Ce ballet aérien a d'ailleurs parfois quelques conséquences sur la jouabilité, puisqu'on ne distingue pas toujours où se cache le personnage dans une pareille débauche d'effets spéciaux. Mais l'animation s'avère très fluide, et les mouvements brillamment décomposés. Quant au character design, il aura certainement ses réfractaires, mais il ne manque pas d'audace. Parfois, cela évoque d'anciennes productions Capcom, à l'instar d'un P.N. 03 par exemple. On appréciera également la présence d'une option permettant de régler la taille de l'affichage du HUD, sinon cela aurait été illisible sur un téléviseur standard. Défoulant, mais pas vraiment subtil, Vanquish reprend une jouabilité proche des ténors du genre, Gears of War en tête. On ne sera donc pas surpris d'y trouver vite ces marques. Les débutants apprécieront également les différents niveaux de difficultés employés, mais même en Normal, le jeu se montre très accessible, et il faudra environ sept heures pour boucler l'aventure, ce qui demeure un peu court. On trouvera également quelques défis supplémentaires pour améliorer un peu cette durée de vie ou bien améliorer ses scores en recommençant une mission déjà terminée. Très nippone, la musique emploie une techno pop assez dynamique qui n'aura pas que ses amateurs. Mais, elle correspond plutôt bien à ce que l'on voit à l'écran. Les doublages sont quant à eux disponibles en plusieurs langues. En français, le rendu est globalement correct, mais on préfèrera encore les voix japonaises.

VERDICT

-

Jouissant d'une réalisation ambitieuse, d'un rythme soutenu et d'un contenu pour le moins appréciable, Bayonetta est un grand jeu d'action. Malgré les années au compteur, le jeu n'a pas perdu de sa superbe, et gagne même en fluidité (merci le 60 fps), et en précision graphique depuis la mouture originale. De son côté, Vanquish est un jeu d'action à la troisième personne d'un rare dynamisme, et qui promet des situations très variées, une réalisation ambitieuse, et un défouloir intense. Bref, malgré une durée de vie un peu réduite, ce TPS est sans aucun doute l'un des poids lourds de sa catégorie. Avec le bundle Bayonetta & Vanquish 10th Anniversary, SEGA a relancé deux titres qui en valent la peine.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés