Max : The Curse of Brotherhood
Plate-forme : Nintendo Switch
Date de sortie : 02 Mai 2018
Résumé | Test Complet | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
Plate-forme
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7/10

Contre toute-attente, Max : The Curse of Brotherhood accueille une adaptation sur Nintendo Switch.

Développé par Press Play, Max : The Curse of Brotherhood (2013) est le successeur de Max and the Magic Marker (PC, Wii, DS), un jeu de plateforme rappelant quelque peu la série Drawn to Life. Difficile de parler de suite car l'univers a beaucoup changé, et est beaucoup plus sombre que dans le titre d'origine. Le titre a gagné en noirceur, et se veut plus sérieux, peut être une conséquence du rachat de Press Play par Microsoft. Alors comment se fait-il que le jeu finisse par être lancé sur PlayStation 4 ? En 2016, Microsoft annonce la fermeture du studio danois, mais les fondateurs de Press Play décident de monter un nouveau studio baptisée Flashbulb Games, et la firme américaine accepte de leur réattribuer la licence "Max", d'où ce portage sur Nintendo Switch. Bref, l'intrigue projette donc Max dans un univers particulièrement hostile. Comme cela peut être le cas dans la saga Scribblenauts, il vous faudra créer les éléments utiles pour progresser. Max est en effet équipé d'un crayon magique qui permet de dessiner n'importe quoi, et de lui donner instantanément vie. Max devra l'utiliser pour pouvoir résoudre de multiples situations, et vous pourrez laisser libre court à votre imagination pour franchir les épreuves. Il n'y a pas de solution type, si ce n'est les limites de votre esprit. Néanmoins, la prise en main manque d'un peu de précision. La faute en revient non seulement au stick analogique qui n'est pas spécialement l'idéal pour dessiner à l'écran, mais aussi à une inertie du personnage exagérée et qui rend la gestion des sauts aléatoires. Fort heureusement, les points de passages sont nombreux et sur Nintendo Switch il est possible de dessiner avec l'écran tactile si vous jouez en mode portable (le stick est également disponible). Il vous faudra par ailleurs trouver régulièrement de l'encre, car le crayon a besoin de carburant. Vous pourrez toutefois récupérer l'encre de vos anciens dessins, lorsqu'ils ne seront plus utiles.

La qualité graphique du jeu est par ailleurs plutôt réussi, avec des jolis décors, un bestiaire plutôt original et le moteur physique assure l'essentiel (même si le comportement de certaines lianes est un peu étrange). Reste que quatre ans après la sortie de la mouture Xbox One, le visuel a forcément un peu vieilli, et cette mouture Nintendo Switch comporte quelques arrières-plans un peu flous mais aussi quelques ralentissements. La durée de vie occupera environ sept heures, et le challenge est au rendez-vous. On pourra par contre regretter que le titre soit assez difficile d'entrée de partie, et que le Joy-Con ne soit pas du tout utilisé pour effectuer les dessins, les contrôles de mouvements fonctionnaient en effet assez bien dans le titre Wii original. La bande son est plutôt adaptée à l'action (les doublages sont anglais), et les bruitages sont très modestes.

VERDICT

-

Max : The Curse of Brotherhood est un titre plutôt sympathique dans l'ensemble, même si on pourra trouver l'ensemble un brin complexe. Malgré les années au compteur, le jeu est bien réalisé et s'avère une expérience agréable à découvrir.

© 2004-2018 Jeuxpo.com - Tous droits réservés