Omega Quintet
Plate-forme : PC
Date de sortie : 15 Décembre 2017
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
RPG
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7/10

Omega Quintet affiche différentes facettes : RPG au tour par tour, Visual Novel, et même simulation d'Idoles !

Il était une fois.

Développé par Galapagos RPG, une filiale de Compile Heart, Omega Quintet est un jeu hybride mélangeant le RPG et la simulation d'idole. L'intrigue prend place dans un monde assiégé par une mystérieuse entitée nommée "The Blare", une brume pourpre dont s'échappe de nombreuses créatures sanguinaires qui s'attaquent aux humains. Les derniers survivants sont désormais regroupés au sein d'une ville en ébullition. Le seul espoir de l'humanité repose dans la musique chantée par des idoles, les "Verse Maidens", un groupe de cinq jeunes femmes (Otoha, Kyôka, Kanadeko, Nene et Aria) capable d'invoquer de puissants sorts et de dissiper la brume à l'aide de leurs voix mélodieuses. Hélas, le groupe est aujourd'hui décimé, et la seule chanteuse encore en activité va devoir former une équipe de débutantes pour reprendre le flambeau. Chaque intervention des Verse Maidens sera filmée en direct et commentée par leur manager, Ayumi.

L'intrigue met l'accent sur la jeune Otoha, désireuse d'intégrer les Verse Maidens, malgré une capacité vocale pour le moins limitée. Lors d'une intervention de Momoka, Otoha montre un talent insoupçonné pour sauver son ami d'enfance Takt, et est alors embauchée par Ayumi. Il faut savoir qu'une large partie d'Omega Quintet tient du visual novel pur et dur. De nombreux dialogues seront donc à lire, parfois trop, et on a souvent l'impression d'évoluer dans une sitcom. Les chapitres sont d'ailleurs découpés comme une série télé, avec générique à la clé. Au siège des Verse Maiden, vous accéderez au bureau du Manager, aux chambres des filles, à une zone d'entraînement (pour monter en niveau) mais aussi à différents salles (une pour les quêtes, une pour acquérir du contenu, et une pour changer de tenues mais aussi pour les réparer).

Une réalisation en progression.

La série Hyperdimension ne brillait pas par sa réalisation sur PlayStation 3. Omega Quintet apporte déjà un léger mieux. Les scènes de dialogues en 2D sont plutôt réussies, mais dès que le jeu passe en 3D (durant les phases d'exploration), le rendu manque singulièrement de précision, d'autant plus que deux ans et demi sont passées depuis la sortie du jeu sur PS4 et qu'excepté un gain de résolution, rien n'a véritablement changé sur PC. Heureusement, vous disposez de davantage de libertés que dans les précédents productions Compile Heart, et pouvez explorer la carte du monde, même si certaines zones sont verrouillées et demandent d'avoir la bonne compétence pour avancer. On retrouve peu de cinématiques en images de synthèse, la plupart des interactions se feront pas des dialogues sur des images fixes. On notera que les vêtements des héroïnes s'usent au fil des combats (pas autant que Senran Kagura cela étant). A l'instar de nombreux jeux de rôles japonais, les affrontements ont lieu au tour par tour avec un système de jeu rappelant beaucoup Final Fantasy X. Les cinq personnages apparaissent à droite de l'écran, les monstres à gauche. Chaque camp évolue sur plusieurs lignes (trois au total) et une barre de temps affiche l'ordre de passage des différents protagonistes. Bien évidemment, ces niveaux de profondeur ont une importance dans la gestion des dégâts. Outre les attaques physiques, on retrouve de la Magie, mais aussi les Mic qui dépendent de l'arme employée. Il est possible de faire des combats, et si Takt ne peut pas être joué directement, il peut être associé à une Verse Maiden pour lui venir en aide pendant les affrontements. La commande Harmonic permettra pour sa part de lancer une attaque simultanée avec toutes les filles. Plus étrangement, le Concert Mode se caractérise par une augmentation temporaire des statistiques, conditionnée par la teneur de la jauge d'excitation du public.

Au fil de la progression, les héroïnes gagneront des points à dépenser sur un damier de compétences, commun (ou presque) à toutes les filles. Encore faudra t-il s'en sortir dans les menus en anglais, le jeu ne bénéficiant d'aucune localisation française (à l'exception du manuel) tandis que les voix des personnages sont également dans la langue de Shakespeare, mais aussi en japonais. Le réel point fort du jeu reste sa durée de vie, qui dépasse allègrement les cinquante heures, deux épilogues sont présents, sans compter que de nombreux DLC sont gratuits sur PC. Un mode annexe est également de la partie, permettant de se produire en concert. Heureusement, les musiques s'avèrent beaucoup plus mélodiques que dans Hyperdimension Netpunia.

VERDICT

-

Omega Quintet marque une certaine évolution depuis les précédents titres de l'éditeur, même si l'avalanche de dialogues aura peut être raison des moins patients. Le jeu offre un système de combat plus confortable que par le passé, et une partie musicale sympathique. Les amateurs du genre apprécieront, le grand public risque de ne pas s'y retrouver tant l'approche s'avère beaucoup plus complexe que dans un Final Fantasy, et surtout la réalisation technique n'apparaît pas toujours particulièrement poussée.

© 2004-2018 Jeuxpo.com - Tous droits réservés