Hyperdevotion Noire : Goddess Black Heart
Plate-forme : PlayStation Vita - PC
Date de sortie : 27 Février 2015
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
RPG
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7/10

Après Hyperdimension Neptunia, voici le spin off Hyperdevotion Noire sur Vita, un titre qui fait évoluer la franchise.

Il était une fois.

Développé conjointement par Idea Factory, Compile Heart et Sting, Hyperdevotion Noire : Goddess Black Heart est un spin-off de la série Hyperdimension Neptunia. L'intrigue de ce jeu de rôles ne se déroule pas à Gameindustri, mais dans l'univers parallèle de Gamarket, où quatre déesses dont les noms s'inspirent des consoles actuelles (Purple Heart alias Neptune, gardienne de Planeptune ; White Heart alias Blanc, gardienne de Lowee ; Green Heart alias Vert, gardienne de Leanbox  ; et Black Heart alias Noire, gardienne de Lastation) luttent pour accroître leur pouvoir sur l'industrie et saisir le maximum de parts de marché.  Alors que Noire est sur le point de remporter la bataille et se prépare à unifier le monde, son souhait devant le cristal magique (Sharicite) n'a pas l'effet souhaité, et une force inconnue vole les pouvoirs des CPUs. Les déesses n'ont pas d'autres choix de coopérer et d'unir Gamarket pour sauver le monde de la dévastation. Quand tout semble perdu, le joueur (vous oui) entre en jeu pour assister Noire et repousser l'ennemi. Vous deviendrez ensuite son secrétaire particulier. Bref, en apparence Hyperdevotion ne change pas les rouages de la saga Hyperdimension Neptunia. Et pourtant, le gameplay a considérablement évolué. Nous sommes désormais face à un jeu de rôles tactique sur lequel s'est greffé des phases dating sim très proche de ce que l'on trouvait dans Hyperdimension Neptunia PP (déjà sur Vita). Certains passages sont un peu plus suggestifs, ce qui expliquera sans doute la classification d'âge qui monte à 16+ cette fois.

Dans ce RPG déjanté, vous pouvez personnaliser votre personnage avec des équipements pour améliorer vos statistiques et invoquer des figures emblématiques du jeu vidéo sous forme d’attaques spéciales surpuissantes.  Le casting a du provoquer quelques migraines aux scénaristes,  car comment faire cohabiter tous ces personnages autour d'une histoire crédible ? Le scénario se découpe en chapitre au cours desquels vous rencontrerez des protagonistes hauts en couleurs et qui pourront rejoindre votre équipe. Chacun d'entre eux dispose de sa propre histoire et parodie sans vergogne certaines licences très connues (Street Fighter ou Metal Gear pour ne citer qu'elles). La ville de Lastation sert de hub principal et comporte de nombreux personnages non jouables rendant également hommage aux grandes licences nippones. C'est également là que vous accéderez aux modes Sim Noire (qui permet de décorer la chambre de Noire) et CPU Hotel (permettant de gentillement draguer l'héroïne). Cela a son importance, car le système de Lily Rank permet de renforcer les personnages en fonction des liens qui les unit, ce qui s'avère utile sur le champ de bataille.

Une réalisation en progression.

La série Hyperdimension ne brillait pas par sa réalisation sur PS3, mais ce nouvel épisode sur Vita s'en sort un peu mieux.  Non pas que les graphismes soient véritablement dignes du support, mais on distingue une évolution évidente. Les scènes de dialogues en 2D sont plutôt réussies et bénéficient d'un character design abouti, mais dès que le jeu passe en 3D (lors des combats), le visuel passe alors en 3D isométrique et manque singulièrement d'attention avec des décors pauvres en textures et des personnages aux grosses têtes (ou Super Deformed). Le système de combat se montre très complet, et se rapproche d'un Disgaea du tactical pur jus. Avec le Lily Boost, vous pourrez augmenter l'affinité avec vos alliés, en effectuant une skill sur une case adjacente à la leur. A terme, vous pourrez transformer les déesses dans leur forme ultime. En les utilisant, vous serez à même de lancer des combos pour le moins impressionnant, encore faudra t-il s'en sortir dans les menus en anglais, le jeu ne bénéficiant d'aucune localisation française, tandis que les voix des personnages sont également dans la langue de Shakespeare, mais aussi en japonais.

Si vous êtes trop en difficulté, il est possible de baisser le niveau des ennemis grâce au système de mémoire introduit dans Re;Birth 1. Le réel point fort du jeu reste sa durée de vie, qui dépasse allègrement les quarante heures. Encore faudra t-il avoir l'envie d'aller jusque là, ce qui n'est absolument pas garanti, tant l'aspect fan service demeure présent. Les musiques affichent un léger progrès depuis Re;Birth 2, mais manque encore de charme pour un jeu de rôles, avec très peu de thèmes marquants. On retrouve pourtant quelques altérations d'états amusants tel que la transformation en personnage 8 bits (avec tous les pixels apparents) ou en bloc de tofu, et de nombreuses missions secondaires sont présentes.

VERDICT

-

Hyperdevotion Noire : Goddess Black Heart apporte enfin une aventure inédite sur PS Vita. L'intrigue n'est pas des plus palpitantes, mais le jeu comporte beaucoup d'humour, et chaque chapitre introduit un personnage iconique de l'univers vidéo-ludique. Le mélange tactical / dating sim est plutôt efficace, mais certains joueurs n'apprécieront clairement pas le positionnement fan service nettement plus présent que dans la trilogie Hyperdimension Netpunia. Quant à la réalisation technique, elle s'avère un peu plus aboutie que précédemment, même si ce n'est pas encore Byzance.

© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés