God Eater 3
Plate-forme : PlayStation 4 - PC - Nintendo Switch
Date de sortie : 08 Février 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


6.5/10

Créez votre personnage et luttez pour la survie de l'humanité dans God Eater 3.

Il était une fois.

Un jour, des formes de vie inconnues appelées "cellules d'oracle" commencèrent à dévorer toute vie sur Terre. Aussi bien terrifiés qu'émerveillés par leur appétit insatiable et leur extraordinaire capacité d'adaptation, les humains les surnommèrent "Aragamis". Face à cet ennemi insensible aux armes conventionnelles, la civilisation urbaine finit par disparaître, et depuis, chaque jour rapproche inexorablement l'humanité de son extinction. Tout l'espoir de l'humanité réside dans les "God Eaters", des humains capables de manier des armes divines créées à partir des cellules d'oracle. Dans un monde ravagé par des dieux déchaînés, les God Eaters mènent une lutte désespérée ...

Après avoir sorti les deux premiers chapitres sur PC, PlayStation 4 et PlayStation Vita, Bandai Namco revient à la charge avec God Eater 3. Il s’agit du premier chapitre de la série, qui a toujours été considéré comme concurrent de Monster Hunter, spécialement conçu pour PlayStation 4, en abandonnant complètement les consoles portables. Le développement a été cette fois pris en charge par Marvelous First Studio, une équipe créée en 2017 et à l'origine de Fate/Extella Link ainsi que du futur Daemon X Machina, car l'éditeur voulait créer un titre très différent des précédents. L'affrontement entre Aragami, monstres redoutables nés des mutations des cellules oracle, et les God Eater, les seuls capables de brandir les armes divines (des armes faites avec les cellules oracle), reprend. Cependant, cette fois-ci, certains Aragami se sont adaptés pour vivre dans des territoires plus hostiles, l’humanité restante se concentrant pour contrer définitivement cette menace, qui a conduit à la naissance de GEA. Les AGE, ou Adaptive God Eater, sont génétiquement modifiés dès leur plus jeune âge pour lutter contre cette nouvelle menace. Ils sont également maintenus en esclavage et libérés exclusivement pour se battre.

Nous nous retrouvons à diriger l'un de ces AGE, en ayant la possibilité de le personnaliser par l'intermédiaire d'un éditeur, et comment sa vie et celle de ses compagnons ont changé après la rencontre fortuite avec Hilda Henriquez, ce qui a complètement faussé leur vie carcérale. Le problème avec God Eater 3 est que, bien que les prémisses soient intéressantes, tout en étant plus sombres que ce qui était vu auparavant dans la série, l'intrigue entière se poursuit sans rebondissements particuliers, exploitant les stéréotypes vus et revus et finissant par perdre de l'intérêt rapidement. L'absence totale de personnalité du protagoniste n'aide pas non plus, qui se limitera à hocher la tête à chaque dialogue. Le joueur n'a même pas la possibilité de faire un choix pour essayer de l'impliquer davantage dans l'histoire dans laquelle, au final, nous ne sommes que de simples spectateurs.

Une réalisation qui n'évolue pas.

En ce qui concerne le gameplay, nous sommes confrontés à un système de combat simple, efficace et très frénétique. Nous disposons d'un vaste arsenal d'armes afin que vous puissiez choisir celles qui répondent le mieux à vos besoins. De plus, toutes les mécaniques vues dans le passé sont de retour plus fluides que jamais, et les affrontements sont vraiment dynamiques. Un gros problème risque de se poser rapidement après quelques heures de jeu pour deux raisons : Le premier est le niveau de difficulté qui, pour la quasi-totalité de l'aventure, est inexistant; le second est la monotonie de base qui caractérise les missions. Les missions disponibles, entre principales et secondaires, sont vraiment nombreuses, mais elles se ressemblent beaucoup et, après en avoir fait certaines, il sera difficile de vouloir en compléter d'autres. De plus, les Aragami, malgré leur design intéressant, ont tendance à devenir superflus après un certain temps, et il en va de même pour les scénarios dans lesquels nous nous trouvons en train de nous battre. A  première vue, ils se montrent très impressionnants mais ils se répètent inlassablement tout au long du jeu (et sont à peine une douzaine). Les cartes sont assez vastes, mais manquent également de contenu. Une façon de faire de God Eater 3 une expérience plus agréable est de compter sur le multijoueur, qui nous permet de continuer l'histoire en ligne, ou de nous jeter dans les Assault Missions, où nous pouvons nous battre en compagnie d'autres joueurs (jusqu'à huit) contre des Aragami qui vous donneront un peu plus de mal que le reste du jeu.

Techniquement parlant, il semble que Bandai Namco n'ait pas voulu oser particulièrement de changement dans la réalisation de ce troisième chapitre, malgré le fait qu'il n'y ait aucun portage Vita cette fois-ci. Nous nous trouvons devant une bonne direction artistique, mais God Eater 3 propose des environnements de jeu au design assez léger. Les décors sont souvent assez avares en textures, l'aliasing est présent et du clipping apparaît parfois. Les Aragami jouissent d'une modélisation impeccable de leur côté, tout comme les personnages. L'animation du jeu est par ailleurs plutôt fluide, et le lag ne se fait pas trop sentir, malgré quelques caméras mal placées cependant. La jouabilité est assez simple d'accès car les développeurs ont inclus un système d'aide à la visée, et bien sur God Eater 3 a été localisé en français. Les doublages sont quant à eux en anglais (ou en japonais), et s'avèrent réussis dans les deux cas, de même que la bande son. La durée de vie s'avère particulièrement longue, il faudra près de quarante heures pour en venir à bout, sans compter les multiples missions annexes. PS4 oblige, il est bien sur possible de jouer aux deux épisodes sur PS Vita via la fonctionnalité Remote Play.

VERDICT

-

God Eater 3 est resté trop ancré dans le passé, échouant à évoluer et à apporter des changements pour rajeunir la série. Comme si cela ne suffisait pas, la partie narrative est plutôt faible et perd rapidement de son intérêt après des premiers chapitres prometteurs. Compte tenu des concurrents sur PS4 (notamment Monster Hunter World), il sera difficile pour les nouveaux joueurs de décider d’approcher cette série, alors que les fans de la franchise pourront quant à eux replonger dans un titre au gameplay particulièrement dynamique.

© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés