Need for Speed Payback
Plate-forme : PlayStation 4 - PC - Xbox One
Date de sortie : 10 Novembre 2017
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
Course
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


6.5/10

Need for Speed est de retour avec Need for Speed Payback, un épisode prenant place dans un monde ouvert inspiré de la West Coast.

Un aspect Fast & Furious notable.

Toujours développé par le studio Ghost, Need for Speed revient sur les écrans après deux ans d'absence. Cet épisode Payback vous entraîne à Fortune Valley, où vous incarnez trois personnages différents unis par un seul et même but : la vengeance. Ensemble, Tyler, Mac et Jess vont se lancer dans une quête de justice, jusqu'à la course ultime qui fera tomber Le Clan, un cartel de mafieux qui règne sur tout ce que la ville compte de casinos, de délinquants et de flics. Si Tyler est à la tête du crew, Mac est le spécialiste du drift, tandis que Jess est ce que l'on pourrait nommer "La Transporteuse". Au programme donc, du drift, du contre-la-montre, du drag, du tuning, de la course poursuite, des sauts et cascades ou encore des missions scénarisées. Comme à l'accoutumée, les icônes respectives des différentes épreuves apparaîtront sur la carte interactive de NFS, mais le jeu évolue cette fois dans un environnement ouvert fortement inspiré de la côté ouest des Etats-Unis. Le jeu propose environ quatre-vingt voitures réparties en cinq catégories (Course, Drift, Tout-terrain, Drag et Runner), et la personnalisation de ceux-ci est étoffée et il y a beaucoup de pièces à acquérir, trouver et gagner car chacune des épreuves réussies vous donnera de nouvelles pièces directement livrées au garage. De nombreuses combinaisons d'éléments sont possibles, ce qui impactera forcément la conduite.

Contrairement à Need for Speed 2015, cet épisode abandonne les courses totalement nocturnes pour un background qui n'est pas sans rappeler Forza Horizon 3. La map comporte des secteurs de vitesse, des radars, des sauts à réaliser, du drift, des panneaux à détruire .... et même des épaves abandonnées à retaper. Le système Autolog vous propose de défier vos amis ou des rivaux potentiels, et avant chaque épreuve, vous pourrez également accepter ou refuser un pari pour gagner davantage d'argent (appelé ici Bank). Pour remporter une course, le principe est simple, il faut rester cent secondes devant votre rival. Et si la police s'en mêle, quoi de mieux que de leur foncer dessus, ce qui provoquer un "takedown" digne de Burnout. Le jeu vous remet fréquemment une speedcarte qui débloque un élément au hasard, et il n'est pas nécessaire de finir premier pour obtenir un élément intéressant. NFS Payback n'a pas échappé au loot boxes, mais le système de micro-transactions a été modifié après la polémique sur Star Wars Battlefront 2. Désormais, le bonus attribué est beaucoup plus pertinent. Enfin, notons que Need For Speed Payback ne nécessite plus d'être obligatoirement connecté à Internet pour jouer en solo. Côté multijoueurs, huit joueurs peuvent se retrouver sur la même carte et interagir. Parfois, vous aurez de mauvaises surprises, puisque les adversaires peuvent gêner la résolution de vos objectifs.

Une réalisation à la hauteur ?

Malgré l'utilisation du Frostbite 3, Need for Speed Payback commence à afficher le poids des années. Le graphisme est en deça des ténors du genre, les décors apparaissent parfois tardivement, et l'aliasing est assez présent. En revanche, la modélisation des voitures est à la hauteur, les effets météo sont parfaitement gérés (notamment l'eau sur l'asphalte) et l'impression de vitesse demeure globalement assez fluide, malgré les 30fps. La jouabilité demeure très simple d'accès et maîtrisée en quelques minutes seulement. La bande son se révèle plutôt convaincante, avec des musiques soignées, des sonorités de moteurs assez réalistes, mais les doublages français sont un peu surjoués. L'intelligence artificielle est également très déséquilibrée, avec des concurrents qui répondent à l'effet élastique (il est quasiment impossible de les semer) et une police qui au contraire est rapidement perdue. PlayStation 4 oblige, le titre propose également une compatibilité Remote Play pour jouer directement sur la PlayStation Vita. Sur la PS4 Pro, le jeu ne tourne pas en 4K native, mais propose un simple upscale 4K. Les problèmes techniques (à commencer par le clipping) sont donc toujours bien présents.

La campagne solo est assez progressive et se termine en une dizaine d'heures environ. En multijoueurs (jusqu'à huit en ligne), le titre prend un autre visage, et vous permet de former votre crew et de participer à des courses entre amis ou bien avec des joueurs anonymes. On pourra d'ailleurs regretter le manque d'options disponibles, puisque vous ne pourrez utiliser que les véhicules débloqués dans la partie principale. Aucun mode multijoueur en écran splitté n'est présent une nouvelle fois.

VERDICT

-

Need for Speed Payback conserve une approche très arcade. Les courses sont plutôt dynamiques, les différents styles de conduite renouvellent assez bien l'exercice et le jeu s'avère très facile d'accès. En revanche, la réalisation technique aurait mérité davantage de soin et surtout NFS peine à afficher une réelle identité, s'inspirant nettement de The Crew et Forza Horizon 3. Un jeu sympathique malgré tout.

© 2004-2017 Jeuxpo.com - Tous droits réservés