GreedFall
Plate-forme : PlayStation 4 - PC - Xbox One
Date de sortie : 10 Septembre 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
RPG
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Parcourez les terres inexplorées d'une île imprégnée de magie, abritant trésors perdus, secrets ancestraux, et créatures fantastiques.

Il(e) était une fois.

Développé par le studio français Spiders, GreedFall prend place dans les années 1700. Au lancement du jeu, vous êtes chargé de créer votre personnage et de choisir parmi les classes de base d'un RPG et une apparence, y compris votre sexe, mais votre rôle est déjà prédéfini. Vous incarnez en effet De Sardet, un noble agissant en tant que diplomate de la Congrégation des Marchands, une des six factions différentes de le jeu. Le jeu est rempli non seulement d'épées, de haches et de quelques armes à feu, mais aussi de différents types de magie, d'alchimie et de science. Au début, ce type de monde imaginaire donne un peu l'impression de connaître une crise d'identité et il ne semble pas évident que tout fonctionnerait de concert. Eh bien, c'est pourtant le cas et vous le découvrirez après une introduction sur le continent qui a duré environ quatre heures, puis une expédition dans le véritable décor du jeu, l'île de Teer Fradee.  Cette île est surnommée comme un nouvel espoir pour le peuple de De Sardet et son cousin devient le gouverneur de New Serene. Vous partez avec votre cousin dans l'espoir d'apporter la stabilité à l'île et de façonner sa nature géopolitique, mais il y a aussi une autre question extrêmement urgente. L'île pourrait détenir la clé d'un remède contre le Malichor, une maladie mortelle et effrayante qui ravage le continent. C'est sur cette île que vous apprenez à quel point les systèmes de jeu de rôle et l'histoire s'avèrent profonds. Cela peut sembler un peu compliqué parfois avec toute la politique impliquée, mais c'est rapidement devenu l'un de nos aspects préférés de l'histoire, alors que nous participions à des missions politiques pour tenter de maintenir la paix entre diverses factions, y compris les indigènes de l'île.

Le jeu aborde également des sujets difficiles, tels que les personnes ayant des croyances différentes qui considèrent les autres comme des menaces et les étrangers (ou tout ce qui est étranger) comme mal. Il existe certains sujets sensibles et les développeurs ne tentent pas de les éviter et donnent plutôt aux joueurs la possibilité de choisir la façon dont les choses se déroulent selon leurs actions. Ensuite, il y a aussi des compagnons, chacun avec sa propre personnalité. Certains vous rejoindront par loyauté, d'autres par opportunisme, ou suite à un concours de circonstances. Si vous ne répondez pas à leurs attentes, ils pourraient quitter vos groupe ou vous affronter. A contrario, les aider renforcera vos liens avec eux, voire développer des relations amoureuses. Bien évidemment, vous ne pouvez tout simplement pas contenter tout le monde et par conséquent, le jeu lance des choix difficiles. Après avoir terminé la partie, vous ne pourrez pas vous empêcher de vous demander si vous avez fait les bons choix. L'histoire est à la fois compliquée et intrigante et vous donnera beaucoup d'options à choisir. Cela dépend non seulement des compagnons que vous emportez avec vous dans une quête donnée, mais aussi des compétences que vous avez choisi d'acquérir. Par exemple, le charisme vous aide à convaincre les autres ou à parler pour sortir d'un imbroglio, tandis que l'intuition permet non seulement de voir les éléments avec lesquels vous pouvez interagir, mais aussi à analyser la salle où vous vous trouvez et à utiliser les détails de ce qui se passait comme une option de conversation.

Un système RPG cohérent.

Cela nous amène au développement du personnage et au combat. Tout d’abord, vous terminez des missions et tuez à la fois des humanoïdes et des bêtes pour passer au niveau supérieur, comme il est courant dans un RPG. Cependant, GreedFall vous permet de jouer à peu près comme vous le souhaitez après la création initiale du personnage. L'endurance permet ainsi de  porter une meilleure armure (de différentes qualités que l'on peut aussi améliorer avec l'habileté Artisanale) et des armes. La vigueur sera utile pour pouvoir grimper dans des zones inaccessibles plus élevées, marcher sur des planches en bois et plus encore. La science servira pour sa part à exploser des portes, des rochers et plus encore, de créer des options d’alchimie allant de vos potions standard de santé et de mana à des potions qui soignent le poison, ce qui vous permet d’équilibrer votre protagoniste et une pléthore d'autres éléments. Dire que le système d'artisanat, d'alchimie et d'habileté est profond est un euphémisme, car il y a plus de quatre-vingt compétences parmi lesquelles vous pouvez choisir à mesure que vous progressez dans le jeu, de la pose de pièges aux ondes de choc de la magie pour assommer et frapper vos ennemis. Vous devez combiner ces compétences, attributs et choix d'objets pour créer un personnage avec lequel vous vous sentez à l'aise, mais ce n'est pas tout. Vous avez deux compagnons avec vous et ces compagnons ont aussi besoin d'objets, vous devez donc les équiper avec du nouveau matériel brillant adapté à leur classe et aux statistiques. Ces compagnons comptent plus que vous ne le pensez au départ et vous vous attacherez à eux, de sorte qu'il est très difficile d'en laisser un derrière soi lorsque vous vous lancez dans une mission où vous savez les compétences d'un autre seraient utiles.

L'île de Teer Fradee est immense, mais ce n'est pas un monde ouvert. Au lieu de cela, vous explorez plusieurs villes et villages, chacun avec sa propre culture. Vous avez également des zones ouvertes à explorer en dehors des villes, qui mènent à des quêtes intéressantes alors que vous fouillez dans chaque caisse pour trouver plus de provisions. Voyager est également facile car vous pouvez vous rendre rapidement à chaque endroit que vous avez déverrouillé et installer votre camp dans plusieurs zones de chaque région. Cela a beaucoup aidé, car le jeu n'a pas de montures à utiliser, mais cela n'a jamais semblé être une corvée de se rendre au prochain emplacement de la quête. GreedFall n'a pas de quêtes de recherche traditionnelles et presque rien ne ressemblait à du contenu de remplissage. Au lieu de cela, chaque quête donnait l'impression de faire avancer l'histoire d'une manière ou d'une autre. Par exemple, à un moment donné, vous enquêterez sur les autochtones, puisque certains PNJ à l'esprit étroit ont découvert que leurs rituels étaient de nature démoniaque. Après votre investigation, avec quelques énigmes que vous ne pourrez résoudre que si vous prêtez attention à l'histoire, vous retournez vers ces individus à l'esprit étroit et mettrez fin à leurs activités, ce qui vous permet d'acquérir une meilleure réputation auprès de la population indigène, de quoi ouvrir plus de possibilités avec un de vos compagnons.

Le joueur à l'épreuve des choix.

Un des premiers exemples du choix que GreedFall donne au joueur lorsqu'il accomplit à peu près toutes les quêtes du jeu est l'endroit où le moment où vous devez infiltrer un entrepôt. Vous pouvez choisir de vous déguiser pour regarder autour de l'entrepôt, vous faufiler entre les PNJ (ou les tuer mais perdre en réputation) ou aller dans un bordel. Dans cette maison close, vous pouvez convaincre quelqu'un de placer, dans les boissons que prendront dans la soirée les gardiens de l'entrepôt, des somnifères que vous avez fabriqué à l'aide de vos compétences en science et en alchimie. Vous pourrez aussi soudoyer quelqu'un pour qu'il glisse ces pilules dans les boissons. C'est à vous de décider et si une des tentatives échoue, vous pouvez toujours choisir une autre approche. Il y a aussi l'aspect combat et même si le système de choix et de conséquences le surpasse, le combat n'est pas si mal. Vous vous sentez parfois un peu maladroit lorsque vous vous déplacez, esquivez les attaques ennemis et essayez de changer d'arme tout en buvant des potions et en jonglant avec plusieurs compétences. Il y a un système de pause tactique en place qui aide à cela, mais vous ne l'utilisez pas souvent afin de rester dans l'action. Heureusement, vos compagnons se battent seuls, ce qui facilite les choses.

Les combats de boss, en particulier, offrent un défi satisfaisant en mode de difficulté normale (il y a facile, normal, difficile et extrême) et vous devez rester conscient des compétences du boss, par exemple vous plonger par-dessus ou lancer des sorts de feu dans la zone d'effet. C’est là que les compagnons échouent un peu car ils demeurent dans le feu de l'action et subissent des dégâts. Cependant, ces quelques problèmes mineurs avec l'IA de combat et l'IA compagnon n'ont rien enlevé à l'expérience alors que vous construisez votre personnage pour résister à de nombreux dégâts tout en lançant des attaques destructrices ou  jeter des sorts pour geler les ennemis. Le combat n'est pas aussi satisfaisant que, par exemple, les jeux Soulsborne, mais il offre suffisamment de variété pour garder les choses intéressantes. Il aurait été appréciable que le jeu comprenne davantage de types d'ennemis, car vous devrez combattre moins d'une douzaine de bêtes et un grand nombre d'humanoïdes pendant plus de vingt heures dans le jeu. Bien sûr, il y a quelques différences dans chaque type et il y a des créatures étranges et uniques, mais il n'y avait pas assez de variété pour un jeu qui dure plus de quarante heures.

Quelques carences techniques.

Il y a aussi des problèmes techniques avec GreedFall qu'il est difficile de négliger. D'abord, le jeu a été gelé environ sept fois lors du chargement dans une nouvelle zone, mais heureusement, je n'ai perdu aucun progrès. Lorsque le dernier ennemi tombe après le combat, vous ne pouvez pas commencer instantanément à piller les cadavres, car appuyer sur la touche "X" sur la PS4, c'est aussi éviter et le jeu prend un certain temps pour enregistrer que le combat est terminé. De plus, quand vous arrivez dans une section où vous pouvez grimper sur une crête, parfois, vos compagnons bloquent l'action et une animation ridicule se produit. Vous ne pouvez tout simplement pas vous rendre à la destination souhaitée, à moins que vous ne reveniez en arrière afin que vos compagnons vous suivent. Enfin, en termes de nombre d'images par seconde, il y a quelques baisses de framerate sur PS4 Pro, mais heureusement, cela se produit rarement. Sur les aspects de conception de jeu, il existe quelques problèmes ennuyeux. Le système d'inventaire, en particulier lorsque vous vous déplacez entre votre personnage principal et vos compagnons, est un peu maladroit lorsque vous utilisez les touches directionnelles du contrôleur. De plus, chaque fois que vous vous rendez rapidement à un autre endroit, vous êtes transporté dans un camp à mi-chemin. Ensuite, vous devez courir jusqu'au bout du camp pour continuer jusqu'à votre destination actuelle. Cela pourrait être un bon choix de conception à certains égards, car cela vous permet de fabriquer des objets ou de parler à des compagnons pendant que vous attendez que le niveau soit chargé. Cependant, cela devient agaçant lorsque vous venez de faire tout cela dans une ville et que vous essayez simplement de vous rendre dans la ville suivante.

Même avec quelques problèmes techniques, le jeu est magnifique et les environnements, en particulier la nuit, s'animent avec des effets de lumière fantastiques, combinés à du brouillard et à des compétences qui créent un magnifique spectacle.  Il y a aussi une tonne de détails dans les villes, des habitants qui s'occupent de leurs affaires quotidiennes aux peintures accrochées aux murs ou dessinées par des indigènes sur les rochers, qui racontent toutes une histoire qui leur est propre. Chaque conversation dans GreedFall est aussi complétée par une réplique vocale et elle s'avère plus que juste, avec quelques personnages, en particulier vos compagnons et De Sardet (homme ou femme) livrant de superbes performances. Au début, tout l'argot et les traditions du jeu pouvaient sembler un peu étrangers, mais après une douzaine d'heures, vous vous sentirez chez vous sur Teer Fradee. Si l'on devait décrire le jeu en une phrase, ce serait que GreedFall ressemble à un mélange de The Witcher 3 et de Dragon Age: Inquisition, rempli d’intrigues politiques, de systèmes RPG robustes et profonds, ainsi que de choix (effectués par le joueur) qui affectent les différentes fins que vous pouvez débloquer. C'est un voyage de plus de quarante heures qui vous fait comprendre à quel point GreedFall est bon.  Il faut noter que Spiders ne prépare aucun contenu additionnel pour le jeu et que si une éventuelle suite voyait le jour, elle aurait besoin d'un autre développeur, Spiders ayant été racheté par Bigben Interactive il y a quelques semaines (la licence GreedFall reste une propriété de Focus Home Interactive).

VERDICT

-

GreedFall est un petit bijou de jeu de rôle auquel il faut un certain temps pour entrer. Après quelques heures de jeu, vous ne voudrez plus le laisser tomber et même lorsque vous avez fini l'histoire, il y a une bonne raison de revenir en arrière et de faire des choix différents et d'obtenir une fin différente. Le jeu a tellement de points d'intrigue intéressants, des trahisons aux missions politiques en passant par les éléments de fantaisie, qu'il vous maintiendra longtemps devant l'écran. GreedFall n'est pas parfait car il y a des défauts techniques. Ces failles, cependant, peuvent être corrigées et elles ne sont ni trop sérieuses ni handicapantes. Même si le combat semble parfois un peu maladroit, le voyage vers Teer Fradee vaut le dépaysement.

© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés