Timespinner
Plate-forme : PlayStation 4 - Nintendo Switch
Date de sortie : 02 Août 2019
Résumé | Test Complet | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Remontez dans le temps pour changer le destin dans cette aventure dotée d'une intrigue inspirée par les jeux des années 1990.

Voyage, voyage.

Ah, le voyage dans le temps. La façon la plus simple de rendre une histoire simple beaucoup plus compliquée qu'elle ne devrait l'être. Bien sûr, le voyage dans le temps n'est pas seulement génial pour raconter des histoires ; le voyage dans le temps est une mécanique de jeu classique, et beaucoup de jeux se sont amusés en jouant avec le temps. Timespinner est là pour tenter une nouvelle fois sa chance. Timespinner est un jeu à défilement latéral classique qui prend beaucoup d'inspirations des Metroidvania old-school. Plus précisément, il reprend beaucoup de repères de titres Castlevania comme Aria of Sorrow et Symphony of the Night. Comme beaucoup de sidescrollers classiques, il s'ouvre sur une scène calme avec un groupe de citadins célébrant un anniversaire. Bien sûr, dans le monde des jeux vidéo, "la scène idyllique heureuse" est souvent le signe que "les mauvaises choses sont sur le point d'arriver" et c'est tout à fait le cas. Après avoir assisté au meurtre de sa famille et à la destruction du Timespinner, un artefact ancien, Lunais est transportée dans un monde inconnu, sans espoir de revenir. Grâce à sa capacité à contrôler le temps, Lunais promet de se venger du terrible Empire Lachiem, mais l'histoire n'est pas toujours aussi simple qu'il n'y paraît. Heureusement, Timespinner a la décence de ne pas passer trop de temps sur cette séquence d'ouverture. Vous obtenez un bref tutoriel pour vos orbes, qui servent en quelque sorte d'arme de mêlée à courte portée, et vous obtenez un petit collier qui vous permet de déclencher des éclats de magie. Plus tard, bien sûr, vous obtenez différents styles d'armes que vous pouvez mélanger et assortir à la Aria of Sorrow.

Étonnamment, vous ne tirez pas beaucoup de profit de ce temps, et il y a eu des moments dans les premiers niveaux où vous pourrez légitimement oublié d'utiliser le timespinner parce que vous vous concentrerez davantage sur le combat, l'exploration et la plate-forme. Cela s'avère toutefois utile, et certains des combats de boss l'utilisent de manière très intelligente. En gros, c'est une des nombreuses capacités que vous avez. En termes de structure, Timespinner est si similaire à Castlevania qu'il le reconnaît plusieurs fois avec des petits œufs de Pâques. Cependant, le jeu parvient toujours à avoir sa propre esthétique et sa propre sensation. En fait, les traditions entourant l'empire de Lachiem sont insensées pour un projet indépendant. En recueillant des blocs de données, vous obtenez une petite histoire qui s'avère vraiment très étoffée. De plus, le pixel art habile donne une impression de grandeur au monde, et dans les scènes montrant les villes de l'empire, vous avez vraiment le sentiment que ces gars sont un gros problème.

Un jeu indéniablement soigné.

En parlant d'échelle, Timespinner parvient vraiment à offrir beaucoup de contenu. Une plainte courante à propos des jeux indépendants est qu'ils sont généralement trop courts, mais avec Timespinner, nous avons l'impression que la longueur était beaucoup plus raisonnable, et plus important encore, le rythme était bien construit. Il y a une tonne de retour en arrière possible à travers les anciens environnements, mais bien sûr, c'est un Metroidvania donc c'est tout à fait normal. Généralement, vous ne tournerez pas en rond durant l'aventure, bien que dans certains niveaux, le pixel art finit par masquer certains endroits importants où vous avez besoin d'aller. Ce n'est rien de trop inquiétant, mais on pouvait certainement s'attendre à ce que le design mette un peu plus l'accent sur les points d'intérêt. Dans l'ensemble, si l'on devait trouver un point de critique pour Timespinner, ce serait son relatif manque d'inspiration. Le jeu est un méli-mélo d'idées anciennes. Nous avons parlé de Castlevania pour décrire la structure générale du gameplay, mais la mécanique temporelle a aussi été faite auparavant. En fait, le voyage dans le temps est beaucoup plus important dans l'histoire, et l'histoire du jeu finit par devenir assez folle. Ce n'est donc pas vraiment un jeu révolutionnaire.

Mais c'est un jeu très soigné, et si vous le passiez sur un CD PlayStation, il passerait pour un Metroidvania classique des consoles 32 bits. Parfois, vous blâmer les jeux pour leur côté rétro exacerbé, mais les sidescrollers demandent beaucoup d'efforts pour être réussis, donc c'est le type de rétro qui finit par prendre beaucoup de travail et qui reste très élégant. Sans parler de la bande son qui semble tout droit sortie de Symphony of the Night et de ses descendants. Les gens parlent de la saturation du genre Metroidvania, mais nous avons vraiment l’impression que chaque représentant du genre finit par trouver sa propre voie parce que c'est un genre qui offre beaucoup de perspective. Et le travail fourni à Timespinner finit par lui faire une place dans le temple de la renommée Metroidvania. A noter que la version physique proposée par Limited Run Games comporte le jeu sur disque et un manuel en couleurs.

VERDICT

-

Timespinner ne dissimule pas ses influences, mais il les porte fièrement et parvient à rendre hommage aux jeux 2D Castlevania et autres grands Metroidvania. Il crée un nouveau monde unique et souvent captivant, et à la fin, nous avons l'impression d'avoir vraiment revécu les classiques du genre et pas dans un mauvais sens.

© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés