Star Wars : Squadrons
Plate-forme : PlayStation 4 - PC - Xbox One
Date de sortie : 02 Octobre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


7.5/10

Maîtrisez l'art du combat de chasseurs stellaires dans une authentique expérience de pilotage avec Star Wars: Squadrons.

Il était une fois ...

Dans la dernière mise en œuvre de la licence, l'éditeur Electronic Arts et le studio interne Motive ne se concentrent pas sur les Jedi, mais sur les simples pilotes qui continuent le combat pour la suprématie dans la galaxie au service de la Nouvelle République et de l'Empire, ou ce qu'il en reste après la bataille d'Endor. Mis à part le prologue, la campagne de mission de Star Wars: Squadrons a lieu peu de temps après les événements de Return of the Jedi. L'Empereur est vaincu, Dark Vador est mort. La structure du pouvoir dans la galaxie est complètement bouleversée après la bataille pour Endor et la destruction de la deuxième étoile de la mort. Les anciens rebelles ont proclamé la Nouvelle République, tandis que les plus hauts rangs de l'Empire sont divisés et peinent à trouver une voie commune. De nombreux généraux, cependant, interprètent leurs tâches selon leurs propres points de vue et se séparent partiellement. Cette période a rarement été couverte par des histoires dans le gigantesque cosmos de la Guerre des étoiles, mais les conflits et surtout les vues intérieures des deux camps offrent en fait suffisamment de matière pour des histoires potentiellement passionnantes.

À ses meilleurs moments, Star Wars: Squadrons le prouve également. Un pilote de chasseur Tie nous raconte son rêve de quitter la guerre et de chercher un endroit tranquille quelque part au bord d'un lac avec son mari. Un autre pilote est consterné par l'incapacité de l'Empire restant à unir l'ancienne puissance dans la galaxie et à s'opposer à la Nouvelle République. De l'autre côté de la Nouvelle République, vous pouvez également entendre des pensées et des problèmes quotidiens similaires. Et voici aussi une particularité de la campagne, qui tente de montrer les deux côtés de manière égale. Vous vous glissez dans le rôle d'un pilote aussi bien du côté «bon» que du côté «mauvais». Et même avec ce schéma, la campagne est beaucoup plus ambivalente que dans de nombreuses autres histoires de Star Wars. Malheureusement, l'histoire de base ne vaut guère la peine d'être mentionnée et les deux protagonistes n'ont pas non plus de profondeurs, ce ne sont que des observateurs silencieux. En conséquence, les conversations réellement intéressantes entre les missions semblent rigides et les scènes cinématiques parviennent rarement à créer une réelle tension.

Immersif - même sans VR.

Pour les grands moments de Star Wars, Squadrons vous offre la possibilité de prendre le volant vous-même. Il y a quatre vaisseaux spatiaux de chaque côté, que vous pilotez au moins une fois pendant la campagne. L'orientation tend étonnamment fortement vers la simulation, ce qui rend Star Wars : Squadrons beaucoup plus proche de la série X-Wing vs. Tie-Fighter que les jeux Rogue Squadron plus arcade. Si le matériel approprié est disponible, vous pouvez même jouer au jeu sur votre PC avec des joystick et de la réalité virtuelle. Le support VR est également disponible sur la PlayStation 4. Même sans cela, une expérience de jeu incroyablement immersive se déroule. Non seulement chaque vaisseau se comporte différemment en vol, mais il offre également des fonctions, des équipements et des valeurs de base différents. Alors que les X-Wings et les A-Wings, par exemple, ont un bouclier de protection, vous devez vous en passer dans le Tie-Fighter. Au lieu de cela, les Ties sont - au moins au toucher - un peu plus maniables que les vaisseaux spatiaux de la Nouvelle République. Il est étonnant de constater l'étendue des possibilités. Il faut se réorienter dans le combat et utiliser les ressources disponibles en fonction de la situation actuelle. Si vous lancez une attaque, il est possible de détourner l'alimentation en énergie vers le blaster pour lui donner plus de puissance. Mais cela vous laisse presque sans protection et vous pouvez difficilement résister au feu ennemi. Bien sûr, vous pouvez aussi rediriger l'énergie vers la défense du navire spatial, mais de cette façon, vous faites moins de dégâts et le vaisseau n'est plus aussi rapide. Si vous voulez vous échapper rapidement de situations dangereuses ou simplement parcourir une distance plus rapidement, vous pouvez également détourner l'énergie vers la poussée. Rien qu'en gérant l'énergie, un gameplay beaucoup plus complexe émerge que le combat aérien de Star Wars Battlefront II, qui a servi de base et a été étendu.

Il existe également des armes adaptées et moins adaptées aux missions agréablement différentes. Si vous devez affronter de grandes flottes, les bombardiers et les blasters ioniques, qui paralysent plus rapidement les systèmes adverses, conviennent. Les bombardiers lourds sont des proies faciles dans un combat aérien rapide, c'est pourquoi vous préférez vous mettre à l'aise dans un intercepteur et aller chasser avec différents blasters et missiles. Déjà dans la campagne, vous pouvez ajuster l'équipement des vaisseaux. Surtout sur les deux niveaux de difficulté élevés, vous devriez vraiment comparer les avantages et les inconvénients individuels des différentes armes et systèmes de protection, car même si vous pouvez traverser le jeu relativement facilement en difficulté facile et normale (et vous permettre une ou deux erreurs), il faut être précis et prudent aux niveaux supérieurs. Incidemment, vous pouvez également compter sur les compagnons IA compétents, qui peuvent également recevoir des ordres.

Un multijoueurs compétent ?

Il existe deux modes pour commencer avec "Dogfights" et "Fleet Battles". Le premier est ce qu'il suggère:  il se joue à cinq contre cinq, l'équipe qui a réalisé le plus de tueries ou qui a atteint trente éliminations après quinze minutes est la gagnante. Les batailles à grande échelle dans "Fleet Battles" sont un peu plus impressionnantes, car vous combattez des navires ennemis, et la bataille est divisée en plusieurs phases. Et c'est vraiment divertissant quand vous travaillez en équipe et que vous décimez progressivement un Stardestroyer. Comme les combats aérien, le facteur "wow" vient après quelques parties. Ne vous méprenez pas, Star Wars : Squadrons fait aussi bonne figure sur Internet. Cependant, l'attrait diminue à chaque match terminé, d'autant plus qu'il y a un manque de variété. Les développeurs auront-ils le temps d'investir plus de temps ici par la suite ? Après tout, Star Wars : Squadrons est libre de toute micro transaction au moment de son lancement. Vous pouvez acheter de nouveaux casques, des couleurs pour les vaisseaux spatiaux et des décorations pour le cockpit. Cependant, on le fait exclusivement avec une monnaie gagnée.

C'est formidable de voir comment chaque vaisseau se joue un peu différemment et à quel point la différence dépend de la mission. Le fait que la campagne soit au mieux médiocre en termes de narration est pardonnable, bien que regrettable. Il y a encore beaucoup de potentiel inutilisé dans ce genre de récit simple dans l'univers de Star Wars. Il ne s'agit pas forcément des Jedis et du Clan Skywalker. Le mode multijoueur est maintenant un beau bonus, mais Electronic Arts ne prévoit pas d'apporter de contenu additionnel à ce titre considéré comme un produit fini et vendu à prix modeste (40€). Aucune mise à jour next gen n'est également programmée à l'heure actuelle.

VERDICT

-

Star Wars : Squadrons est une surprise tout à fait agréable. Cela est principalement dû au gameplay, qui est étonnamment très proche de celui d'une simulation, et les concessions faites à un public de masse sont gérables. Si vous le souhaitez, vous pouvez personnaliser l'expérience de jeu et désactiver tous les Hubs et les écrans d'interface ennuyeux. Ensuite, il faut vraiment se fier au radar, aux sons et à sa propre intuition, ce qui est particulièrement amusant avec la VR et les joystick. Même sur la télévision et uniquement avec un contrôleur, l'expérience était quand même très immersive.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés