Tamarin
Plate-forme : PlayStation 4
Date de sortie : 10 Septembre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


5/10

Explorez, sautez et faites mouche pour sauver votre famille d'une invasion d'insectes dans les régions sauvages du nord.

Par les créateurs de Jet Force Gemini.

Beaucoup d'entre vous n'ont peut-être jamais entendu parler de Tamarin avant sa sortie, mais ce titre a non seulement été développé par un groupe d'anciens employés de Rare, mais il est présenté comme un successeur spirituel de Jet Force Gemini. Au début du jeu, on vous présente une cinématique quelque peu bon marché, mais captivante, mettant en scène la famille de notre titulaire Tamarin, qui est instantanément kidnappée par une armée de fourmis et de coléoptères militarisés. Dès le début du jeu, nous remarquons que les commandes ressemblaient plus à du Banjo-Kazooie qu'à du Jet Force Gemini, du moins au début. Notre Tamarin avait la capacité de faire un saut en hauteur en s'accroupissant, ainsi qu'une attaque en roulant. Les choses ont changé dès que nous avons sauté dans le premier monde et parlé à un hérisson voisin. Sans aucune raison, le hérisson vous confie un Uzi (!) et nous ordonne de tuer toutes les fourmis qui se trouvaient à proximité. Un tout petit tutoriel vidéo expliquera votre objectif principal, qui tuer et qui sauver. Cela nous a semblé familier, très familier. En fait, cela a rapidement fini par être exaspérant : c'était littéralement la même vidéo d'introduction de Jet Force Gemini sur Nintendo 64, presque mot pour mot ! Les fourmis sont aussi appelées drones et elles ont les mêmes effets sonores que ceux qui étaient présents dans ce jeu il y a vingt-et-un ans. Nous avons commencé à découvrir que ce jeu n'était pas simplement un successeur spirituel de JFG, c'était une copie flagrante de celui-ci. Le premier niveau ressemblait ridiculement à Goldwood, au point de présenter la même sous-région sur le thème des mines, remplie de mines de proximité (qui, soit dit en passant, présentaient les mêmes effets sonores que dans le jeu Nintendo 64).

Les choses n'ont fait qu'empirer à partir de ce moment. Le pire dans Jet Force Gemini était de devoir collecter les Tribals, de petits animaux qui se comportaient comme le macguin principal de ce jeu. Au lieu d'essayer d'améliorer les erreurs du passé, Tamarin se contente de présenter des Tribals reskinnés. Vous devrez collecter des oiseaux éparpillés dans les niveaux, et devinez quoi, ils peuvent être tués par vos armes ou par le feu de l'ennemi. De plus, les drones ennemis sont programmés pour les tuer à vue, vous obligeant à refaire un niveau afin de retrouver les oiseaux manquants. Vous devez les collecter afin d'acquérir un autre objet de collection, de petites lucioles qui sont l'équivalent des étoiles de Super Mario 64 dans ce jeu. Elles vous ouvrent de nouveaux mondes à explorer. Ce n'est pas un dérivé de JFG, c'est vrai, mais c'est quand même livré sans originalité. Certains niveaux de Tamarin ne comportent pas de tir à la troisième personne, un grand soulagement étant donné que les combats de ce jeu sont très maladroits et peu soignés. Ces niveaux vous obligent à remettre vos armes au même hérisson vendeur de fusils, en revenant au schéma de contrôle du jeu de plates-formes en 3D, peu inspiré mais fonctionnel, que nous avons mentionné au début de la critique. C'est à ce moment que Tamarin parvient à être moins exaspérant, car ces niveaux sont remplis de petites énigmes à résoudre, mais cela ne veut pas dire que c'était vraiment agréable. Une chose dérangeait tout le temps : ce jeu n'est tout simplement pas charmant du tout.

Une réalisation qui manque de charme.

A l'exception du personnage principal, qui est certes plus qu'adorable, Tamarin n'est pas un jeu charmant, ni un jeu visuellement agréable. Tout, sauf notre adorable protagoniste, ressemble à un tas d'assets aléatoires jetés dans un panier, avec peu ou pas de direction artistique. Les fourmis ressemblent beaucoup à celles de Jet Force Gemini, mais sans le charme. Tout semble complètement déplacé. Pourquoi Tamarin possède-t-il de véritables armes à feu ? Pourquoi les fourmis explosent-elles en un nuage de sang et d'entrailles lorsque vous leur tirez dessus avec des explosifs ? Et pourquoi les niveaux industriels ont-ils l'air d'avoir été conçus pour faire partie d'un tout autre jeu ? Bien sur, la suspension de l'incrédulité est nécessaire pour apprécier un jeu de genre fantastique comme Tamarin, mais la direction artistique est tellement bâclée que l'on ne peut pas s'empêcher de remettre en question presque tout ce que l'on voit devant soi pendant la campagne. Et n'oublions pas que Jet Force Gemini dispose d'une version HD disponible dans la compilation Rare Replay, ce qui permet de comparer rapidement les deux jeux.

Même le fait que David Wise ait composé la bande sonore n'a pas contribué à rendre Tamarin plus agréable. Bien que ce soit l'une de ses compositions les plus faibles, c'est quand même une collection de chansons assez décente. Dommage que la B.O. soit gênée par le fait que les effets sonores sont dérivés et peu inspirés, puisque la majorité d'entre eux sont des copies conformes des effets sonores présents dans Jet Force Gemini. Malheureusement, une bonne bande-son, un protagoniste mignon et un framerate stable ne peuvent pas sauver Tamarin d'une telle déception. Il faut aussi signaler que Tamarin coûte 39,99€ sur le PlayStation Store, un tarif beaucoup trop élevé compte tenu de ce que Chameleon Games nous propose.

VERDICT

-

Présenté comme la suite spirituelle de Jet Force Gemini, Tamarin est clairement une déception. Ce que nous avons fini par obtenir est une copie conforme d'un vieux jeu avec des commandes encore plus maladroites, une réalisation clairement décevante, un cadre terrible, et pas une seule goutte de charme ou d'humour. Si tout ce que nous voulions, c'était de jouer littéralement à Jet Force Gemini sur une console moderne, nous aurions simplement eu recours à Rare Replay.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés