Devil May Cry 5 Special Edition
Plate-forme : PlayStation 5 - Xbox Series X
Date de sortie : 01 Décembre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


8.5/10

Le légendaire jeu d'action à l'élégance stylée repousse toutes les limites avec cette version ultime du hit encensé par la critique.

Il était une fois.

La série Devil May Cry est de retour après son "reboot" discutable de 2013. Au lieu de suivre l'histoire de cet "emo" Dante que nous avons aimé et détesté dans DmC, Capcom et le vétéran de la série Hideaki Itsuno ont développé une suite à Devil May Cry 4. Cela fait dix ans que Nero, Dante et le gang Devil May Cry se sont associés pour combattre Credo, cependant, Devil May Cry 5 a lieu cinq ans après les événements du dernier épisode. Devil May Cry 5 commence à vous jeter dans le grand bain dès l'ouverture. Vous n'avez aucune idée de qui est qui ou quoi dans le monde des démons. Le combat d'ouverture suit Nero, Dante et un nouveau personnage mystérieux nommé "V" affrontant un démon nommé Urizen. Après qu'ils aient tous échoué à affaiblir la créature, l'histoire révèle qu'un arbre géant du monde des démons est apparu avec ce personnage "Urizen". L'intrigue se dévoile au fur et à mesure que vous apprenez que le bras démon de Nero, qui joue un rôle important dans Devil May Cry 4, est arraché par un démon, Dante est assommé lors du combat avec Urizen et ce personnage V peut invoquer trois démons pour l'aider à se battre. Dans l'ensemble, la majeure partie de la progression du jeu consiste à vous diriger vers ces piliers géants en forme d'arbre et à détruire le chef démon qui se trouve à proximité, dans le but d'affaiblir l'emprise de l'arbre principal sur la planète.

Comme dans le passé, Devil May Cry 5 se déroule à travers une série de missions. Certaines d'entre elles ont des personnages prédéterminés à jouer mais d'autres vous permettent de choisir entre Nero, Dante ou V en tant que personnage jouable. Au début de chaque mission, vous pouvez dépenser vos orbes rouges pour obtenir de nouvelles capacités pour ces trois personnages, en fonction de ceux que vous avez choisis. Nero, à la place de son bras démon déchiré, utilise maintenant des bras mécaniques spéciaux appelés Devil Breakers conçus par Nico. Ces Devil Breakers se présentent sous différentes formes et Nero en déverrouille davantage à mesure que vous progressez dans le jeu. Chaque boss démon que vous tuez a une capacité spéciale qui se transforme en Devil Breaker avec un style d'attaque similaire. Ces Devil Breakers peuvent être utilisés en combat en appuyant sur un bouton et en maintenant ce bouton enfoncé, il effectue une attaque ultime avec celui-ci mais détruit également le bras en même temps. Les ennemis peuvent aussi facilement les briser si vous êtes attaqué pendant l'une de vos attaques spéciales.

Des styles de combat différents.

Le style de combat de Nero est peut être le plus varié parmi les trois personnages jouables. Les Devil Breakers et leur variété font en sorte que le fait d'équiper différents bras donnent lieu à une approche de combat différente à chaque fois. Le Punch Line a lancé un missile qui a ébranlé les ennemis dans les airs et permet de se concentrer sur une autre menace tout en les maintenant à distance. Vous pouvez aussi chevaucher la fusée dans les airs, frappant parfois tout ce qui vous entourant et ayant l'air d'un vrai dur à cuire. De son côté, Tomboy vous laisser alimenter au maximum l'épée anti démons Red Queen de Nero, ce qui vous permet ensuite de voler dans les airs en brûlant tout et en mettant en pièces les ennemis. Bien sûr, Nero dispose également de ses attaques de base et ses armes à distance qui, elles aussi, sont améliorées tout au long du jeu. À la fin de Devil May Cry 5, les trois personnages jouables connaissent une croissance considérable en termes de puissance de combat et de capacités. Mais en même temps, chacun d'eux a une approche de combat assez unique, V étant si différent de Dante et Nero.

V a trois démons qu'il utilise au combat. Griffon, un oiseau qui fait pleuvoir de l'électricité du ciel et peut l'aider à sauter deux foisr et à se faufiler à travers les interstices. Shadow, une panthère qui transforme son corps en armes puissantes telles que des pointes et des lames de scie, aide également V à lancer et à esquiver et Nightmare, un colosse géant que V peut invoquer pour l'aider à se battre. V ne fait pas de dégâts du tout par lui-même, à la place, il compte sur ses démons pour faire le travail à sa place. V se lance alors dans la bataille pour achever les démons car ses compagnons ne peuvent pas porter le coup final. L'approche de V au combat repose sur une réflexion rapide et sur la prise en compte de ce que font vos démons avant que vous ne demandiez à V d'effectuer un mouvement. Par exemple, si Griffon vous aide à faire un double saut, il n’attaque pas car il ne peut pas être à deux endroits à la fois. Il en va de même pour Shadow, qui vous aide à vous déplacer à droite et à gauche. Vous pouvez soit esquiver les attaques, soit attaquer avec lui.

Nous avons alors Dante qui n'a pas beaucoup changé mais nous l'aimons pour cela. Son style d'attaque repose en grande partie sur son équipement et si vous êtes un fan du combat du jeu passé, il est votre personnage incontournable. Il exécute de grands combos percutants tout en jonglant avec des démons dans les airs et en tirant des roquettes sur eux à distance. Dante peut aussi se transformer en démon, ce qui lui permet de refaire le plein de santé tout en infligeant des dégâts importants aux adversaires. Bien sûr, ce ne serait pas Devil May Cry sans une arme folle et les charges de Dante sont assez extrêmes. Cavaliere est une moto que Dante coupe en deux et utilise comme scies circulaires géantes et Dr Faust est un chapeau qui permet de tirer des orbes rouges sur les ennemis. Quant à Lady et Trish, elles ne font rien dans le jeu à part exhiber un peu de peau ici et là. Pour être honnête, c'est un peu une occasion manquée, et bien que leur introduction soit géniale, il aurait été génial de les voir contribuer un peu plus au gameplay global de Devil May Cry 5.

Un concept qui évolue ?

Le combat dans le jeu mène chaque mission à sa fin. Si vous ne combattez pas un chef démon géant, vous jonglez avec les énormes variations d'ennemis qui vous défient à chaque tour. Le combat classique «barricade» est de retour: vous devez entrer dans une pièce et tout détruire pour pouvoir continuer. Les ennemis sont fantastiques et offrent tous une approche de combat diversifiée. Ils ont également une apparence très similaire qui résonne avec l'esthétique moderne du jeu. Le Behemoth est un monstre géant ressemblant à un lézard qui se mêle à tout ce qu'il voit. Il n'a pas une charge de santé colossal mais déclenche des globes oculaires géants qui explosent près de vous. Death Scissors est un fantôme bizarre avec un masque blanc pâle qui tient les ciseaux géants et essaie de vous découper. Fury est un lézard rouge doué pour la téléportation. La grande variété des ennemis dans le jeu offre une vision rafraîchissante du combat à chaque fois que vous entrez dans l'une de ces sections ressemblant à des arènes. Certains d'entre eux peuvent être simples à battre, mais la difficulté monte en flèche vers le milieu du parcours. Même si certains de ces ennemis sont utilisés une poignée de fois, ils sont tous amusants à combattre et les trois personnages jouables ainsi que leurs styles de combat vous donnent une façon différente de les combattre à chaque fois.

Ensuite, il y a les combats de boss. Devil May Cry 5 commence très fort avec le premier d'entre eux, le Goliath, qui est l'un des meilleurs combats de la saga DMC. Vous le combattez au sommet d'une cathédrale, vous lui infligez des dégâts, il défonce le toit et lance une gigantesque vague de feu à l'intérieur de la cathédrale qui vous force à sortir en courant du bâtiment. Lorsque vous fuyez, vous pouvez voir l'édifice s'effondrer alors qu'il le détruit à l'intérieur avant de sauter hors du grondement pour continuer à vous poursuivre. C'est tout simplement la perfection. Cependant, comme le Goliath commence en force, le reste des combats n'a tout simplement pas cette magie. En d'autres termes, ils sont toujours remplis d'action, mais ce sont tous des combats de base qui ressemblent à des combats d'arène lorsque vous courez dans un cercle en esquivant et en infligeant des dégâts chaque fois que vous trouvez une ouverture. 

Une réalisation magnifique.

Devil May Cry 5 a toute la personnalité que vous aimez de la série. Les personnages, le travail vocal et les visuels sont de premier ordre et le moteur RE Engine offre des visuels spectaculaires, des personnages superbes et une grande utilisation du HDR qui donne vie aux endroits sombres et tortueux. Le look photo-réaliste de Devil May Cry 5 est tout simplement phénoménal et fonctionne comme un rêve à 60 fps. C'est le deuxième jeu cette année à offrir une expérience qui en vaut chaque centime. Son gameplay plein d'action, son histoire fantastique et ses graphismes magnifiques créent le meilleur Devil May Cry de la série et vous ne voudrez pas le manquer. Les nouveaux arrivants auront peut-être du mal à comprendre ce qui se passe, mais les vétérans de la série vont tout absorber. Le confort visuel est amélioré sur PS5 car Devil May Cry 5 Special Edition vous propose quatre modes d'affichage différents, rapprochant de plus en plus les dernières consoles des PC, qui offrent après tout des réglages différents pour les graphismes. Vous obtenez le mode normal, le mode haute vitesse, le mode performance et le mode qualité de raytracing. Passons-les en revue un par un. En mode normal, le jeu fonctionne avec une résolution de 3840×2160 pixels, en bref en 4K natif. Une révélation pour les joueurs de PlayStation, puisque DMC5 a fonctionné "seulement" en 1800p sur la PS4 Pro (1080p sur le modèle standard). Si vous utilisez un téléviseur à 120 Hz, la fréquence d'images est généralement supérieure à 60 images par seconde, mais elle est inférieure dans les scènes cinématiques. Les utilisateurs d'un téléviseur 60 Hz typique ne remarqueront que la baisse de ces séquences, alors que le gameplay reste à 60 FPS verrouillé, ce qui permet un flux de jeu continuellement agréable. Avec le mode de fréquence d'images élevée, le jeu découple la fréquence d'images de 60 et la laisse tourner librement. Jusqu'à 120 FPS sont possibles, mais sont rarement atteints. En outre, Devil May Cry 5 Special Edition se démarque du 4K natif et offre une résolution dynamique, bien que le comptage des pixels sur la PS5 ne semble jamais descendre en dessous de 1800p. Cependant, la perte de qualité de l'image n'est pas perceptible, ou si elle l'est, alors seulement à la loupe. Le mode est prometteur grâce à des animations douces avec plus de 100 FPS. Malheureusement, la fréquence d'images est globalement instable et peut même tomber à 80 ou 90, ce qui n'affecte pas le déroulement du jeu, mais est notable.

En mode performance raytracing, le jeu ne tourne qu'en 1080p, ce qui se remarque à la résolution des textures, mais il y a le lancer de rayons susmentionné. De plus, vous obtenez une performance similaire à celle du mode normal, ce qui vous permet de jouer avec plus de 60 FPS. Si vous aimez les graphismes forts et que vous avez une télévision 4K, nous ne  recommandons pas ce mode à cause de la perte de qualité graphique malgré le raytracing. Et enfin, il y a le mode de qualité du raytracing. Ici, Devil May Cry 5 Special Edition offre un 4K dynamique et utilise le maximum de détails et de gadgets de lancer de rayons disponibles. Le résultat est impressionnant et semble sensiblement plus agréable que dans tous les autres modes. D'un autre côté, le framerate est très durement touché, car il est presque continuellement en dessous de 60 FPS. Si cela ne vous dérange pas, vous devriez préférer ce mode. En général, on a l'impression que les développeurs n'ont pas passé suffisamment de temps à optimiser le jeu. Spider-Man, par exemple, montre qu'il y a tout simplement plus à faire. Peut-être y aura-t-il un autre patch qui abaissera la résolution à 1440p en mode qualité, puis la fera passer à 4K grâce à des techniques de reconstruction. De cette façon, un débit de trame constant de 60 FPS pourrait certainement être atteint sans perte de qualité. Quoiqu'il en soit, les environnements s'avèrent globalement riches en détails et l'ambiance gothique du plus bel effet. Malgré le ballet incessant de combats, le jeu se montre très dynamique, les enchaînements se font avec assez de naturel, bien que les angles de caméra ne soient pas toujours bien choisis.

Un portage réussi.

La maniabilité, calquée sur les précédents volets, se montre très efficace, et relativement arcade, surtout avec Nero. Devil May Cry 5 vous emmène à travers différentes missions avec différentes choses à voir et à faire. L'exploration est essentielle pour trouver ces orbes bleus cachés afin d'améliorer votre barre de santé et traquer les missions cachées qui vous chargent de mener un combat spécifique ou de courir d'une manière spécifique pour être récompensé par des orbes. Mais tout n’est pas glorieux et sanglant car le rythme du jeu et le manque de variété environnementale ont mis un terme à l'expérience. A partir de la mission douze, vous entrez dans l'arbre géant et tout commence à se ressembler. Les environnements sont ennuyeux et réutilisés à foison. Une grande partie des missions vous permettent d'explorer le même domaine, mais avec un chemin différent et un personnage différent. Le jeu présente de sérieux problèmes de rythme pour environ cinq missions, où les choses prennent un tour lent et ennuyeux. Musicalement la bande son se compose de rock gothique essentiellement, quant aux doublages américains, ils s'avèrent réussis dans l'ensemble (les voix nippones sont également disponibles). Il faudra environ quinze heures pour finir le jeu, une moyenne assez honorable pour une production de ce genre.

Outre les nouveautés graphiques, il y a aussi quelques innovations ludiques. Il est donc possible de jouer Vergil pour la première fois dans la Special Edition. Cela n'a pas été possible pour les consoles de la précédente génération. De plus, vous pouvez jouer en mode Turbo, qui célèbre son retour de Devil May Cry 3 Special Edition. Le jeu se déroulera alors à une vitesse de 1,2x, vous permettant d'aiguiser vos sens. Ce mode donne littéralement l'impression de courir à toute vitesse. En outre, le mode Legendary Dark Knight est de retour. Introduit avec la version PC de la quatrième partie, il vous permet de faucher une énorme horde d'ennemis dans un espace réduit. Et bien sûr, le tout se déroule sur le niveau de difficulté "Son of Sparda", le plus élevé possible. Le défi est donc de taille, le FPS étant parfois à genoux. Enfin, nous voudrions mentionner les temps de chargement ultra-rapide. Alors que les anciennes consoles prenaient parfois quelques minutes, le niveau complet apparaît maintenant en quelques secondes. Nous parlons de 2 à 7. Ainsi, même un game over n'est plus une raison de s'énerver, car l'action se poursuit immédiatement.

VERDICT

-

Avec Devil May Cry 5, Capcom donne aux fans exactement ce dont ils ont envie depuis des années, à savoir un jeu d'action complet dans lequel Dante a tout simplement de nouveau les cheveux blancs. Dante coupe et tire comme à son habitude, le Devil Breaker de Nero offre une grande variété de formes, tandis que l'approche passive mais destructrice de V assure l'équilibre parfait. La conception des niveaux a peut-être quelques faiblesses sur la fin, mais Devil May Cry 5 est incontestablement un grand jeu. Techniquement parlant, la Special Edition est une implémentation réussie sur PS5 (et Xbox Series X). Le nouveau contenu permet de s'amuser encore plus longtemps et, en fin de compte, il reste un cinquième épisode excellent.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés