Werewolf : The Apocalypse - Earthblood
Plate-forme : PlayStation 5 - PC - PlayStation 4 - Xbox One
Date de sortie : 04 Février 2021
Résumé | Test Complet | Images
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


6/10

Werewolf : The Apocalypse - Earthblood est le premier jeu d'action-RPG adapté du jeu de rôle éponyme.

Inspiré du jeu de rôle papier.

Les esprits créatifs du Studio Cyanide et de Nacon ont créé Werewolf : The Apocalypse - Earthblood. Pour ceux qui ne connaissent pas la franchise, Werewolf : The Apocaylpse fait partie de l'univers élargi du "World of Darkness" qui comprend également le titre sans doute plus célèbre : Vampire - The Mascarade. Werewolf : The Apocalypse - Earthblood suit l'histoire de l'éco-terroriste Cahal, un guerrier Fianna garou (loup-garou). Werewolf : The Apocalypse - Earthblood commence par une mission de tutorat assez simple. Les joueurs sont initiés aux mécanismes du jeu dans une mission furtive très approximative qui vous présente les principaux personnages du jeu. La mission d'ouverture consiste à faire un raid sur une installation d'Endron, mais les choses tournent mal en cours de route. Cahal succombe à sa rage intérieure et finit par s'exiler pendant cinq ans. Inspiré du lore de l'ouvrage Werewolf : The Apocalypse, le récit établit le contexte assez tôt. Gaia, le Wyld, le Weaver et le Wyrm sont les éléments centraux qui font avancer l'intrigue. Gaia étant la planète Terre, le Wyld étant la nature elle-même, le Weaver étant "l'ordre" et le Wyrm étant le chaos ou la destruction. Tout cela est très apocalyptique et l'on parle beaucoup de la fin du monde aux mains de sociétés comme Endron.

La mission d'introduction vous apprend à échanger entre les formes humaine et loup et vous permet également de vous transformer en Crinos. Le Crinos est ce que l'on pourrait considérer comme une forme de loup-garou plus traditionnelle et il est aussi puissant que vous pouvez l'imaginer. La mission d'introduction met en place l'histoire, mais elle est extrêmement déconcertante lorsque la mission suivante se déroule cinq ans plus tard et que les personnages ne semblent pas vraiment être très en phase avec ce qui vient de se passer. Cela peut cependant être dû au fait que la voix du jeu est plate et semble parfois incohérente ou sans émotion. Néanmoins, cinq ans se sont écoulés depuis qu'un terrible événement s'est produit et notre protagoniste Cahal est de nouveau sous les feux de la rampe. En prenant le rôle de Cahal, les joueurs aborderont des missions qui utilisent une formule éprouvée de furtivité et d'action tout au long de la mission. Les joueurs utiliseront leur forme humaine ou de loup pour se faufiler dans les installations, pour attraper les gardes, pour activer les claviers et pour désactiver les caméras de sécurité. Vous finirez par vous retrouver face à des vagues d'ennemis. C'est assez simple et ça marche. Mais ce qui ne fonctionne pas, c'est le fait que vous ne pouvez pas être complètement furtif dans les niveaux. Il y a des ennemis qui doivent être engagés sous la forme de loups-garous, donc même si vous parvenez à éliminer tous les autres en les abattant silencieusement, tout ce dur labeur donne l'impression d'avoir été jeté par la fenêtre quand vous êtes de toute façon forcé de combattre.

Human ou animal.

Sous forme humaine, les joueurs auront accès à une arbalète avec un nombre limité de boulons. Ces boulons peuvent faire tomber silencieusement des ennemis à une distance considérable et vous pourrez éventuellement améliorer votre personnage pour qu'il puisse porter plus de boulons. L'arbre d'amélioration des personnages comporte de nombreuses capacités utiles à investir avec des points d'esprit. Les points d'esprit se gagnent en accomplissant des missions ou en activant la "Penumbra Vision" de Cahal et en interagissant avec des objets spirituels cachés dans le monde. Penumbra Vision met également en évidence tous les ennemis proches et fait passer l'écran au rouge cramoisi. Les objets interactifs tels que les claviers sont également mis en évidence, ce qui est incroyablement utile pour infiltrer les bases ennemies dans les niveaux. Le combat dans Werewolf : The Apocalypse - Earthblood est l'occasion pour le jeu de se racheter de ses autres aspects peu polis. Jouer en tant que Crinos est incroyablement amusant simplement parce qu'on se sent puissant. La forme des Crinos peut être échangée entre des positions d'agilité et de force qui affectent les combos que vous pouvez faire. Il est tout à fait possible de se frayer un chemin jusqu'à la victoire, mais si vous enchaînez les combos et que vous utilisez les positions des Crinos, les attaques en piqué, les soins et les rugissements, combattre des vagues d'ennemis est tout à fait satisfaisant. Cahal peut également entrer en mode "Frénésie" sous la forme de Crinos, ce qui augmente encore sa puissance. Si vous avez déjà joué à Devil May Cry, considérez que vous entrez dans votre forme de démon. Ce jeu ressemble beaucoup plus à un loup-garou.

Une fois les missions terminées, vous retournerez dans une zone de hub où vous pourrez interagir avec les PNJs et trouver des notes à lire qui expliquent plus en détail l'histoire. Vous pouvez également effectuer des quêtes secondaires très simples, comme trouver des esprits. Les zones centrales ne sont pas si grandes et leur exploration ne vous prendra pas trop de temps. Ces zones servent de distraction pour rompre la furtivité et l'action et nous aurions aimé qu'on puisse en faire plus avec elles pour peut-être étoffer davantage l'histoire et rendre le jeu moins linéaire. Graphiquement, Werewolf : The Apocalypse - Earthblood est plutôt terne. Cahal lui-même est incroyablement détaillé, mais tous les autres ont l'air plutôt sobres. C'est assez troublant de voir cela dans le jeu et le manque de finition dans les PNJs est troublant. Heureusement, les formes du loup et du loup-garou sont très belles. Les environnements, cependant, ne sont pas si détaillés et on vous pardonnerait de penser que ce titre date de quelques années au lieu de 2021 (et encore moins un titre PS5). Il faut également noter que ce jeu jette des tonnes de sang partout, bien qu'aucun démembrement réel n'ait lieu lors des batailles. La bande-son de Werewolf : The Apocalypse - Earthblood comporte un morceau de métal maori sur l'écran de titre, ce qui est un choix plutôt intéressant étant donné que le jeu se déroule entièrement en Amérique du Nord. La voix des acteurs, présente tout au long du jeu, est étrange, les personnages n'étant pas vraiment convaincants, mais ayant en même temps des accents stéréotypés.

VERDICT

-

Dans l'ensemble, Werewolf : The Apocalypse - Earthblood est un produit brut sur les bords. Il y a beaucoup de contenu dans le jeu pour vous divertir pendant environ dix heures selon votre style de jeu et il y a beaucoup de mécanismes de jeu éprouvés et fiables qui fonctionnent tout simplement. Le jeu souffre en fin de compte de son manque de finition et de son apparence de travail bâclé et précipité. Nous ne pouvons pas nous empêcher de penser que si ce jeu avait bénéficié de plus de temps en développement pour affiner une partie de son gameplay et de son histoire, il aurait excellé. Au lieu de cela, ce que nous avons ici est un titre moyen.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés