Harvest Moon : Un Monde à Cultiver
Plate-forme : Nintendo Switch
Date de sortie : 05 Mars 2021
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


6/10

Gérez et faites grandir votre ferme tout en explorant un monde riche en aventures, en cultures variées et en liens à tisser.

La ferme habituelle ?

Le chemin du Harvest Moon de Natsume (rappelons qu'il ne s'agit pas du même Harvest Moon d'il y a quelques décennies et qu'il est aujourd'hui connu sous le nom de Story of Seasons) ne semble pas très clair. En effet, ce dernier volet ne semblait pas avoir l'approbation des fans de la franchise, bien que Natsume semble avoir gardé confiance en son produit. La vérité est que le ton de ce jeu de gestion agricole varie un peu, il se tourne vers l'exploration dans une certaine mesure, mais c'est à mi-chemin... un chemin plutôt vide si l'on regarde ce que le jeu reflète. Nous commençons par créer notre alter ego avec peu d'aspects à choisir : sexe, type de cheveux, yeux, peau et peu d'autres. Nous entrons bientôt dans l'intrigue de Harvest Moon : Un Monde à Cultiver, qui nous présente une réalité où les gens semblent avoir oublié comment récolter et ce qui peut être récolté. En fait, dans notre petit village (qui ne compte que deux maisons, dont la nôtre), ils ne survivent que grâce aux pommes de terre. Bientôt, le scientifique de l'autre maison nous aide et, grâce à un livre de cultures que nous possédons, nous nous lançons dans un voyage autour du monde pour découvrir de nouvelles cultures et de nouveaux défis. Et nous allons rencontrer des personnages clés : les elfes et les génies de la moisson. Ils nous disent que le monde doit réveiller la déesse de la moisson pour retrouver l'abondance et nous devrons les aider en collectant les six médaillons pour la réveiller. C'est drôle parce que les petits génies de la récolte apparaissent sous forme de lumières pendant les étapes pour nous donner ces graines que nous allons ensuite cultiver. Donc, nous allons planter notre ferme dans le monde entier.

Comment faire ? Eh bien, avec l'invention de notre ami scientifique, qui nous permet de transporter une ferme portable dans notre poche et de l'établir dans d'autres endroits une fois que nous aurons trouvé la station correspondante. Dans le cadre de la fantaisie et de la façon dont cela peut sembler excentrique au premier abord, Harvest Moon : Un Monde à Cultiver n'a pas de mauvaises idées, mais le problème est la façon dont il les exécute : des couloirs vraiment vides pour passer d'un monde à l'autre, le caractère aléatoire pour trouver ces graines sous la forme de génies ou la simplicité de ses missions et tâches, jettent tout à la poubelle. Et oui, tant les missions de l'intrigue principale que les demandes des personnages secondaires qui arrivent dans notre boîte aux lettres consistent essentiellement à planter quelque chose, à l'apporter à ce personnage en appuyant sur un bouton et c'est tout. Logiquement, nous sommes face à un jeu de ferme, nous n'allons pas demander du stress ou des missions risquées, mais quelque chose qui nous incite un peu plus ne serait pas mal. En fait, même ce système pour pouvoir semer ce que nous devons obtenir boite, devant "rencontrer" ces génies de la récolte pour obtenir les graines en question. En ce qui concerne la ferme, on peut acheter des animaux dans un magasin et s'en occuper. Ceux-ci nous donneront des produits à vendre, à manger et même à remplir des missions : lait de vache, laine de mouton, œufs de poule... ce qu'il y a dans une ferme, allez-y. On peut aussi avoir un animal de compagnie, mais il est choquant de constater d'avoir un chien à la maison qui ne peut pas aller à l'extérieur, comme c'est le cas de notre bétail pour paître.

Un tableau à moitié peint.

Dans la section graphique, Harvest Moon : Un Monde à Cultiver a beaucoup de place pour l'amélioration. On pourrait dire que ce n'est pas très unique. C'est un style coloré, standard, manquant de personnalité, et seul le design des personnages secondaires le sauve. Le clipping et le popping sont fréquents, et cela est aggravé par un framerate instable, qui se remarque principalement lorsque nous traversons les couloirs des scénarios. Et pendant que nous sommes sur le sujet, il est bon de noter qu'elles sont assez vides, on ne trouve presque rien sur ces routes et, quand nous arrivons aux villages en question, nous avons à peine deux ou trois bâtiments en dehors de notre propre établissement. Quant au son, il n'y a pas grand-chose à dire. Ce sont des mélodies qui correspondent à l'atmosphère de l'agriculteur, simples, détendues... mais vous ne vous en souviendrez pas pour quoi que ce soit de spécial. Nous avons également des effets sonores courants, tels que le meuglement des vaches, l'aboiement du chien, le gloussement de la poule ou l'impact de la houe sur le sol. Harvest Moon : Un Monde à Cultiver ne complique pas le joueur avec sa dynamique de jeu. En gros, on fait des allers-retours et on accomplit des missions en appuyant sur un bouton. Le bouton qui sert à semer, à arroser, à interagir et à délivrer ce qui nous est demandé. En fait, c'est le but de toutes les missions : ils ont besoin de quelque chose qui provient d'une culture ou d'un élevage, nous l'obtenons, nous le leur apportons, ils reviennent nous demander quelque chose et l'histoire progresse.

En ce qui concerne les relations personnelles, comme certains d'entre vous le savent peut-être déjà, dans Harvest Moon : Un Monde à Cultiver, nous pouvons nous marier, mais il y a deux choses à garder à l'esprit : la première est que cela ne se produit pas avant la fin de l'histoire principale, donc si nous voulons nous marier, nous devons d'abord réveiller la déesse de la moisson ; la seconde est que dans ce jeu, il n'y a pas de possibilité d'établir une relation homosexuelle, donc si vous le souhaitiez, vous devriez en tenir compte. Le titre est traduit en français et, à vrai dire, il est plutôt bien exécuté. Vous pouvez voir comment ils veulent transmettre le caractère de certains personnages à travers leurs dialogues et certaines expressions de notre langue sont utilisées de manière appropriée qui lui conviennent bien parmi tant d'aspects génériques. Rassembler les six médaillons et terminer l'intrigue principale de Harvest Moon : Un Monde à Cultiver, en remplissant quelques demandes secondaires en cours de route, nous a pris environ vingt heures, mais il faut noter que toutes ces heures n'ont pas été amusantes. La vacuité des scénarios, la simplicité du développement et le manque de personnalité font qu'on peut tomber dans l'ennui. Bien sûr, si sa dynamique vous attire et que vous souhaitez continuer à remplir ce type de demandes simples, le nombre d'heures peut être étendu autant que nous le souhaitons. A noter que si le jeu semble exclusif sur Nintendo Switch en Europe, cet épisode est également disponible sur PS4 et Xbox One en Amérique du Nord ...

VERDICT

-

Harvest Moon : Un Monde à Cultiver est un jeu de gestion agricole discret qui a encore beaucoup de travail à faire. Il a quelques bonnes idées, comme la possibilité d'être un agriculteur nomade et de transporter sa ferme dans sa poche, mais il ne les exécute pas bien. Ses lacunes techniques et sa simplicité, qui peut conduire à l'ennui, assombrissent l'expérience de ce qui aurait pu être un bon jeu. Ce n'est pas non plus un jeu horrible, mais si vous recherchez des jeux de ce genre, vous avez de meilleures options.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés