Tom Clancy's The Division 2
Plate-forme : Xbox One - PC - PlayStation 4
Date de sortie : 15 Mars 2019
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


8.5/10

En tant qu'Agent de la Division sur le terrain depuis sept mois, vous et votre équipe êtes le dernier espoir d'arrêter la chute de la société.

Retour au front.

Cela fait environ sept mois qu'une épidémie de variole a anéanti la majeure partie de la population de New York, des États-Unis et probablement d'autres pays également, mais cela n'a pas d'importance, car il s'agit d'un jeu estampillé Tom Clancy. Une fois la situation réglée à Manhattan, les agents de la Strategic Homeland Division sont envoyés à Washington DC pour traiter de nouveaux problèmes plus ou moins identiques aux anciens, mais maintenant avec un supplément d’orange. Lancée en 2016 aux côtés de Far Cry Primal, Just Dance et Watch Dogs 2, Tom Clancy's The Division était une proposition non conventionnelle pour son éditeur, et avec Rainbow Six Siege de 2015, l'un des premiers "Game as the Service" d'Ubisoft. L'accent mis par le jeu sur la coopération, l'acquisition de butin et les tâches répétitives, avec quelques mécanismes RPG et un récit pour la plupart incohérent de monologues sans signification et de transmissions radio inaudibles, a rendu inévitable les comparaisons avec "Destiny" à l'époque, mais l'équipe de développement a constamment mis à jour, amélioré et renouvelé le contenu du jeu pendant environ deux ans, et The Division est maintenant un jeu très différent de ce qu'il était au départ.

Tout comme le premier jeu, la suite propose une multitude de missions et d'activités qui s'étendent sur un bac à sable urbain élégamment décrépit, prend en charge la coopération drop in / drop out (je rentre ou je quitte la partie à tout moment) jusqu'à quatre joueurs (et jusqu'à huit joueurs dans le prochain contenu du raid), et comprend un assortiment varié de gadgets technologiques futuristes à utiliser. Vous n'êtes pas limité à des classes prédéfinies ou à d'autres restrictions arbitraires, de sorte que vous et votre équipe pouvez mélanger les compétences et l'équipement selon vous besoins, l'impulsion du moment ou une autre tentative désespérée de finir une mission trop délicate. Même si c'est un peu impossible à distinguer de New York, les façades sales et les rues encombrées de The Division 2 construisent un méta-récit crédible (et incroyablement plausible) de l'effondrement de la société. L'opportunité d’une exposition provocante sur le fétichisme militaire américain, la corruption gouvernementale, les tensions de classe, les conséquences du capitalisme et d’autres questions légitimement intrigantes est remplacée par une victoire supplémentaire pour le lobby des armes à feu et la démocratie, car nous avons tué tous ceux qui ne voterait pas pour nous et sauvé le monde libre.

Un jeu plus complet.

Mais The Division 2 s'avère très amusant. Parce que, tout comme le premier jeu, les prétentions de complot stupides, la boucle de tir et d'autres critiques sont atténuées par une conception de niveau ingénieuse, une intelligence artificielle ennemie réactive et imprévisible, et une progression presque constante, avec de nouveaux butins et déverrouillages disponibles à intervalles réguliers, et même quand c'est fini… ça ne l'est pas. Si vous avez joué à The Division, les différences immédiates entre le premier opus et sa suite sont surtout subtiles, mais significatives. Les mods d'armes comme les chargeurs étendus et les optiques sont maintenant des déverrouillages passifs, par exemple, et peuvent être utilisés avec toutes les armes compatibles de votre inventaire, sans avoir à les échanger entre les deux. Le pillage d'une caisse de réapprovisionnement fait maintenant tomber des munitions pour les autres joueurs de votre équipe, de sorte qu'il n'y a plus de files d'attente, ni de corrélations gênantes, parfois incompréhensibles, car les compétences, les statistiques et le matériel sont maintenant plus évidents.

The Division 2 présente également les settlements, une sorte de version améliorée des refuges du jeu d'origine, chacun avec ses propres objectifs à remplir pour des objets supplémentaires, et des points de contrôle à capturer au fur et à mesure de son expansion dans le métro de Washington DC. Les refuges, les établissements et les points de contrôle offrent de nombreuses destinations de voyage rapides, de sorte qu'il y a beaucoup moins de trajets lugubres d'un endroit à l'autre. Il y a encore quelques écueils néanmoins, les ennemis laissent tomber peu d'éléments cosmétiques par rapport au premier opus, et il faudra souvent passer par de l'argent réel pour personnaliser votre personnage. Autre soucis, les temps de chargement peuvent parfois dépasser 60 secondes !

Une réalisation en progression

Le Washington DC que nous allons visiter est complètement en proie à des événements indésirables qui ont affecté la ville, avec la présence de certains charognards qui profitent de la situation pour mettre le feu alors que les derniers habitants tentent de survivre à la situation tragique. Malheureusement, notre agent est toujours muet, il n'intervient jamais dans les discours du jeu et n'acquiesce que pendant les vidéos. Une implication plus importante du personnage principal aurait certainement été beaucoup plus appréciée, un peu à la manière de BioWare avec Anthem, où le protagoniste intervient personnellement dans la narration, avec doublage à la clé. Dès les premières étapes, on peut voir à quel point Washington est magnifique, mais le plus intéressant est d'arriver à la Maison Blanche, qui servira de quartier général à la Division. En arrivant au QG, nous verrons combien d'éléments de jeu sont disponibles dans le titre, des missions principales aux missions secondaires. Heureusement, tout est introduit à travers des tutoriels très détaillés, qui nous guideront pas à pas à travers les différentes options. La ville au premier abord semble très vivante, entre la faune et les divers lys qui la recouvrent, on peut voir un style très inspiré et un Washington DC en plein style apocalyptique.

La direction artistique est également très abouti, et chaque quartier dispose de sa propre identité et d'une atmosphère qui lui est propre. Les personnages sont également modélisés très précisément, et l'animation ne rencontre aucun ralentissement (30 fps). Étant un titre toujours en ligne, il était évident que des retards d'affichages allaient survenir tôt ou tard, en particulier sur les versions PS4 et Xbox One. Sur Xbox One X, le jeu tourne en résolution native 4K (3840 x 2160), sur Xbox One standard on retrouve une résolution dynamique allant du 936p à 1080p. Le nombre d'images par seconde est le plus souvent stable, même si le framerate est un peu chancelant lorsque vous arrivez dans une nouvelle zone pour la première fois, interrompant ainsi l'action pendant quelques secondes. La bande son ne joue pas un rôle important dans The Division 2 et heureusement l'audio vient à la rescousse avec un doublage français de bonne qualité. Il est également possible de jouer en PvP au sein de la Dark Zone, cet espace est divisé en sections, chacune avec son palier de niveau, mais le virus a fait beaucoup de dégâts dans ce lieu.

VERDICT

-

Avec Tom Clancy's The Division 2, l'équipe de Massive Entertainment a réussi à créer un titre de très bonne qualité pouvant divertir pendant de nombreuses heures. Si vous recherchez un titre pour jouer en ligne en compagnie d'un(e) ami(e), il est absolument conseillé et nous avons hâte de voir quel contenu l'avenir réservera dans les mois à venir. Le principal problème du jeu est que les boss sont souvent difficiles à vaincra en raison d'une résistance légèrement "excessive".

© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés