Hitman HD Enhanced Collection
Plate-forme : Xbox One
Date de sortie : 11 Janvier 2019
Résumé | Test Complet | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7/10

Hitman : Blood Money et Hitman : Absolution sont réunis dans une compilation proposant les jeux en 4K et 60 fps.

Hitman Blood Money (2006).

L'Agent 47 est de retour et cette fois, il est payé rubis sur l'ongle. Mais il se retrouve pris dans une guerre qui voit s'affronter deux agences rivales. En effet, les assassins de sa propre agence, l'ICA, sont systématiquement éliminés lors d'une série d'attentats. Il ne fait aucun doute qu'une agence beaucoup plus puissante est à l'œuvre et qu'il pourrait être la prochaine cible !  Qu'à cela ne tienne, il est temps de reprendre ces activités et de dépenser l'argent durement gagné en mission. Mais comment gagner des $ ? Grâce au système Blood Money. Plus le meurtre est propre et sans bavure, plus 47 remportera de monnaie.  Il vous sera donc nécessaire d'effacer toute preuve de votre passage et d'être particulièrement attentif aux vidéos de surveillance qui fleurissent ça et là, naturellement planquer les corps (la vidéo est explicite à ce sujet), mais également faire preuve de prudence avec le voisinage qui pourrait vous être fatal. Plus vous êtes à découvert, plus votre indice de notoriété augmentera et plus l'IA sera en mesure de votre coincer. Nonobstant, les deniers amassés lors de missions pourront servir à acquérir des équipements pour passer davantage inaperçu,  à personnaliser ses armes, obtenir des équipements perfectionnés ou des informations spécifiques. Vous pouvez aussi personnaliser vos armes et les modifier selon plusieurs paramètres comme la déflagration, le recul, la cadence de tir, les dégâts infligés, la vitesse de rechargement, la précision et le zoom. N'oublions pas non plus le traditionnel coup de la diversion, des accidents ou bien des leurres. ça peut être utile ...

Allant de Paris à Las Vegas, en passant par la banlieue de San Diego, l'agent 47 verra du pays et fréquentera des environnements plutôt bien conçus et assez vivants. Ce portage sur Xbox One profite de visuels en résolution 4K à 60 ips, une meilleure résolution des textures, des formats de texture améliorés, un super-échantillonnage, un support de l'upscale, un mappage des ombres et des résolutions de miroir renforcées, un éclairage amélioré et des commandes mises à jour pour une expérience plus fluide. Sauf que dans les faits, le rendu est à peine meilleur que la mouture Xbox 360  tournant sur Xbox One via le service de rétrocompatibilité ! Si l'agent 47 avait gagné de nouveaux mouvements dans cet opus (il peut grimper, se cacher, escalader des rebords, passer automatiquement des obstacles de petite taille, combattre à mains nues ou encore prendre des otages), la prise en main a quelque peu vieilli depuis treize ans. Attention également à l'I.A des gardes qui semblent un comportement un peu hésitant face aux évènements suspects. Globalement la jouabilité reste simple d'accès et vite maîtrisé, le tout baigné par une bande son signé Jesper Jyd de qualité.

Hitman Absolution (2012).

Hitman Absolution suit les tribulations de l'Agent 47 dans la plus délicate de ses missions à ce jour. En effet, les assassins de sa propre agence, l'ICA, lui ont demandé d'éliminer Diana Burnwood, une de ses rares amies (ou ce qui s'en approche le plus), pour trahison. 47 se découvre une conscience, et même s'il parvient à accepter ce contrat, la tâche est ardue. Bientôt trahi par ceux en qui il avait confiance et traqué par la police, 47 se retrouve au centre d'une conspiration et n'a d'autre choix que de se lancer dans une quête personnelle au sein d'un monde vicieux et corrompu. Hitman oblige, le cœur du gameplay reste axé sur l'infiltration à l'ancienne. La progression demeure cependant très progressive, allant du jeu purement arcade (ou presque) au titre hardcore au possible (sans HUD à l'écran ni points de contrôle). Il vous sera cependant nécessaire d'effacer toute preuve de votre passage et d'être particulièrement attentif aux vidéos de surveillance qui fleurissent ça et là, naturellement planquer les corps, mais également faire preuve de prudence avec le voisinage qui pourrait vous être fatal. Plus vous êtes à découvert, plus votre indice de notoriété augmentera et plus l'IA sera en mesure de votre coincer. Cependant, les scripts ne changent pas, et les PNJ ont souvent une routine qu'il suffit de connaître pour pouvoir les contourner. Hitman Absolution se veut ainsi très conservateur dans son gameplay, ce qui n'est plus mal à dire vrai, mais dispose naturellement de nouveautés. 47 peut ainsi se mettre à couvert, pour progresser plus tranquillement, tandis que se grimer avec des costumes n'est plus aussi utile que ça ne l'était dans le passé (disons que l'intelligence artificielle se laisse moins berner). 47 peut cependant tenter de dissimuler son visage avec sa main ou en abaissant son chapeau, mais aussi voir à travers les murs la présence des gardes (!), ou encore effectuer un tir de réflexe, destiné à arrêter le temps. Dans cette phase, vous devrez éliminer tous les ennemis de la zone, sous peine qu'un survivant appelle du renfort. Si malgré tout vous étiez découvert, il est possible de se battre en corps-à-corps, avec une sorte de QTE. On notera d'ailleurs que le système de scoring a évolué depuis Blood Money. Dans ce dernier, agir vite et bien permettait de gagner davantage de deniers, désormais il sera question de points. Chaque mission comporte par ailleurs des défis supplémentaires, mais le mode de jeu en ligne Contrats a été supprimé de cette compilation.

De Chicago à Hope (Dakota), en passant par un Chinatown plus vrai que nature, l'agent 47 va à nouveau sillonner le monde. Ce portage sur Xbox One profite des mêmes ajustements que Blood Money, et là encore, le travail se contente du minimum syndical avec plutôt un lissage qu'un véritable travail de remastérisation. De nouveau, si vous disposez de la version Xbox 360, le rendu sur Xbox One X via le service de rétrocompatibilité ne diffère pas énormément de cette mouture. On appréciera cependant la gestion de la foule, extrêmement dense, et de voir les PNJ déambuler ça et là de manière très réaliste. La prise en main demeure très accessible, sachant s'adapter à tous les publics (cinq niveaux de difficulté ont été intégrées). Avec une vingtaine de chapitres, divisées en segments, la durée de vie du jeu Hitman Absolution dépasse facilement la vingtaine d'heures. De plus, le titre affiche tellement de manières différentes pour éliminer un adversaire qu'il ne suffira pas d'une seule partie pour les découvrir toutes. La bande son n'est cette fois pas signée Jesper Jyd, mais les thèmes musicaux s'avèrent néanmoins de  qualité. Les doublages signent un sans faute, et les dialogues sont souvent savoureux. 

    

VERDICT

-

Hitman HD Enhanced Collection s'avère beaucoup plus conservateur qu'escompté. Nous sommes davantage face à un lissage des jeux présentés que face à un véritable travail de remastérisation. Lorsque l'on sait que les titres Xbox 360 sont compatibles Xbox One via le service de rétrocompatibilité, il est difficile de débourser 60€ pour cette compilation uniquement disponible en digital. Si vous n'avez jamais fait ces deux jeux, il s'agit de deux titres assez conservateur en matière de gameplay mais qui bénéficient d'une mise en scène percutante et d'un bon rythme de jeu.

© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés