Yakuza : Like a Dragon
Plate-forme : Xbox One - PC - PlayStation 4 - Xbox Series X
Date de sortie : 10 Novembre 2020
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Ce nouvel opus de la série des jeux Yakuza célèbre les 15 ans de la série et introduit un nouveau héros.

L'épisode du renouveau ?

Ichiban Kasuga est le nouveau personnage principal et ainsi la série s'éloigne pour la première fois de Kiryu Kazuma, l'acteur principal précédent. Après avoir eu une conclusion plus ou moins pacifique dans Yakuza 6, il laisse maintenant le relais à une nouvelle génération. Et Ichiban, dont le nom signifie littéralement «numéro 1» en japonais, est tout sauf la plus grande lumière. Audacieux, irréfléchi, mais toujours avec le cœur au bon endroit, il est pris dans de nouveaux dilemmes. Sa bonne humeur devient sa perte au début du jeu et tôt ou tard, il se retrouve sur un tas d'ordures à Yokohama. À première vue, son sort est très similaire à celui de son prédécesseur. Comme Kazuma, Ichiban est allé en prison pendant plusieurs années pour un crime qu'il n'a jamais commis - et l'a fait volontairement. Ichiban voulait rendre service à son patron et modèle Masumi Arakawa et espérait en même temps une montée dans les rangs du clan Yakuza. Quand Ichiban est sorti après plus de dix-huit ans, tout s'est passé différemment que prévu.  Le clan Tojo, qui avait autrefois Tokyo sous son aile, n'existe plus. Au lieu de cela, l'Alliance Omo basée à Osaka a maintenant pris le contrôle du sceptre dans la capitale du Japon et installé la famille Arakawa en tant que vassaux. Un fait que Ichiban ne peut pas croire au début, après tout, l'Alliance Omi a toujours été considérée comme un ennemi à combattre. Lorsque le patriarche Arakawa a ouvert le feu sur Ichiban, Ichiban a dû se cacher, ce qui l'a finalement conduit à Yokohama. Dans la cabine du port, il rencontra bientôt de nouveaux alliés et de nouvelles tâches. L'escalade des événements à Yokohama semble également être liée à la montée en puissance de l'Alliance Omi et de la famille Arakawa à Tokyo. En fait, il convient de ne pas trop dévoiler le scénario du jeu, car il reste très excitant dès le premier instant. Le premier chapitre est plutôt un flash-back pour que vous sachiez exactement qui est Ichiban, ce qu'il représente, ce qui le définit comme un personnage et à qui il est loyal. C'est aussi l'un des grands moments des scénaristes du studio de développement, car la manière dont tout cela s'assemble dramatiquement est tout simplement excellente.

Dès que vous êtes à Yokohama, plus précisément à Isezaki Ijincho (d'après le vrai quartier Isezakich? de Yokohama), le jeu semble presse le frein à fond. Les chapitres 3, 4 et 5 constituent un véritable arc de tension, qui est ensuite progressivement développé dans les chapitres suivants. Les affaires traitées sont extrêmement passionnants et fraîches, même pour la célèbre série Yakuza. L'humour bien connu ne doit pas être négligé. Au fait, en plus de Kamurocho et Yokohama, il y a une troisième ville que vous visiterez au cours de l'histoire. Si vous êtes familier avec la série Persona, vous comprendrez immédiatement comment fonctionne le système de combat de Yakuza : Like A Dragon. Au lieu de l'habituel Brawler, où l'on écrase des boutons, il faut maintenant adopter une approche tactique pour les batailles au tour par tour. Jusqu'à trois personnages font partie d'une équipe, Ichiban étant une cible fixe. Il existe divers équipements qui, en plus de simples valeurs telles que l'attaque, la magie ou la défense, permettent également des résistances, notamment la combustion, la paralysie, le sommeil, la peur, etc. La structure du menu dans les combats est également très similaire à la série Persona avec son style artistique criard. Dans les batailles, vous pouvez prendre tout le temps du monde pour réaliser les meilleures actions. Ichiban devrait-il dépenser des MP (points mentaux) pour utiliser des attaques spéciales puissantes ou des debuffs ? Ou bien déplacez-vous la tâche vers un autre personnage ? Les possibilités, notamment en ce qui concerne le développement du caractère d'Ichiban, sont immenses. Yakuza n'a pas un nouveau mode Game+ pour rien, car il est presque impossible de maximiser toutes les statistiques du fou en une seule fois. Vous apprendrez à connaître vos compagnons d'armes au cours de l'histoire. Nanba, par exemple, une ancienne infirmière sans domicile fixe, est surtout la guérisseuse dévouée. Adachi, par contre, en tant qu'ancien policier, convient parfaitement comme tank. Chaque personnage a un rôle principal, et Ichiban aime toujours se qualifier de "héros" dans le jeu, car il est un grand fan de Dragon Quest. Le métagame de la blague va même si loin qu'à un certain moment, vous commencez à percevoir les ennemis comme des hallucinations d'Ichiban. De plus, les Yakuza ont des "summons", c'est-à-dire des "poundtowns". Ils ont des effets différents (étourdissements, dégâts massifs, etc.), mais ne sont gratuits qu'à la première utilisation. Ensuite, il faut payer avec des yens - et chaque utilisation est coûteuse et généralement liée à d'autres conditions, comme le moment de la journée. Tout cela est mis en scène de façon un peu folle et révèle les origines du jeu.

Charismatique, passionné ou intelligent.

Comme vous l'avez peut-être déjà remarqué, Yakuza: Like A Dragon est en grande partie basé sur les systèmes des ramifications précédentes. Les histoires parallèles populaires font également partie de la fête. Au total, 52 quêtes vous attendent, racontant un très large spectre d'histoires, même si certaines d'entre elles sont de vieilles redites. Par exemple, les hommes adultes en costumes de bébé. Après que Kiryu les ait rencontrés dans Yakuza 2 (Sidestory "Be My Baby"), Ichiban a fait de même. La différence, cependant, est que vos décisions dans les conversations ne concernent plus uniquement les objets. Par exemple, si les personnages vous demandent des conseils, il n'y a pas de mauvaise réponse. Au lieu de cela, vous augmentez différentes valeurs d'Ichiban en fonction de votre choix. Si vous êtes dur mais toujours sérieux, la passion ou la confiance en soi d'Ichiban augmente en fonction du choix des mots. De plus, vous pouvez passer de courts tests dans une académie du jeu pour - au premier abord - des sommes d'argents épouvantables afin d'augmenter vos statistiques. Cependant, les tests peuvent être difficiles car ils demandent une grande quantité de connaissances différentes. Mais quel est l'intérêt de tout cela ? D'une part, Ichiban apprend de nouvelles compétences, d'autre part, le jeu permet d'avoir des conversations profondes avec certains personnages, qui à leur tour se révèlent davantage. Et cela a pour effet que de nouveaux magasins ouvrent, que vous pouvez vous procurer de nouveaux articles, et ainsi de suite. Il y a un peu plus que cela, mais il ne faut pas enlever la joie de la découverte. Cette caractéristique est vraiment spéciale et vous motive à commencer la deuxième manche. De plus, il y a un bar de l'amitié avec tous vos compagnons d'armes. Dans le bar karaoké ou à l'extérieur, vous pouvez discuter avec vos coéquipiers et apprendre à mieux vous connaître.

Les amitiés ont encore plus d'impact que le simple fait d'être plus ou moins une application de "rencontres". Yakuza : Like A Dragon fonctionne comme une horloge. Chaque élément s'imbrique d'une manière ou d'une autre dans un autre. Dans le bar karaoké, vous pouvez non seulement chanter des chansons en solo à mesure que votre niveau augmente, mais aussi interpréter des chansons avec les autres personnages. La tracklist est superbe, le chant est excellent et avec "Devil's Hell Pot", il y a aussi un digne successeur de "Judgment" de Yakuza 0. En parlant de Yakuza 0 : le jukebox du bar contient toutes sortes de classiques de la série, dont Koi no Disco Queen. La karaoké reprend lui aussi beaucoup de morceaux connus dans Yakuza (dont Machine Gun Kiss et Like a Butterfly). Dans les combats, vous pouvez aussi améliorer votre niveau d'amitié, bien que ce soit sensiblement plus lent. Cela vous apprendra également les nouvelles attaques en équipe, qui coûtent beaucoup de MP, mais peuvent être la clé de nombreuses batailles délicates. Les rangs de votre escouade, en plus du niveau réel du personnage, jouent un rôle tout aussi important, car ils débloquent progressivement des compétences supplémentaires. Mais maintenant, il faut critiquer le jeu à plusieurs endroits. D'une part, le nombre très élevé de combats aura raison des plus impatients, d'autant plus que le taux de réapparition est sensiblement plus élevé que dans les épisodes précédents. En raison de la nature du jeu au tour par tour, il y a un court changement de scène, qui vous fait sortir du jeu. En outre, il n'est plus possible (du moins pas en pratique, théoriquement) d'explorer l'ensemble de Yokohama librement. La partie nord de la ville, par exemple, permet à des ennemis de niveau 30+ de pulluler, tandis que vous vous baladez au niveau 10. D'une certaine manière, cela contredit l'ouverture antérieure du jeu.

Un système de combat non sans faiblesses.

Il est regrettable qu'il n'y ait aucun moyen de régler le niveau de difficulté du jeu sur "difficile" dès le début. Le mode normal est ridiculement facile tant que vous restez dans le chemin donné. Nous n'avons pas perdu un seul combat tant que nous n'avons pas été face à des ennemis qui étaient à plus de dix niveaux au-dessus du notre. Mais c'est aussi parce qu'il y a simplement des attaques avec des dégâts de zone. Il faut cependant faire preuve de beaucoup de patience, afin que les adversaires se positionnent bien pour que vous puissiez tous les frapper. De plus, le système de combat souffre d'une mauvaise trajectoire des personnages, vous serez donc contré de temps en temps par des ennemis qui se mettront soudainement en travers de votre chemin. Ou vous ne pouvez pas parer (possible pendant le mouvement de l'ennemi) parce que la caméra fait un panoramique trop tard sur l'ennemi qui attaque. En outre, le système de travail des personnages est redondant pour quelques-uns. Surtout avec Saeko, nous avons le sentiment que leur configuration par défaut est tout simplement le meilleur choix et que le reste n'a tout simplement pas de raison d'être. Et il est facile d'imaginer que les connaisseurs de la série vont rapidement critiquer à voix haute les faiblesses évidentes du système au tour par tour.

En plus de toutes les choses mentionnées ci-dessus, il y a bien sûr beaucoup d'activités annexes dans le jeu. Outre le bar karaoké, vous pouvez vous essayer à la collecte de canettes, au visionnage de films et à tout ce qui peut vous empêcher de vous endormir. Il y a aussi une course de kart, du base-ball, des fléchettes et divers jeux du Club SEGA. Le paquet est soigné, la variété est énorme. Et si cela ne vous suffit pas, vous pouvez rendre hommage à votre main verte au bar du karaoké et laisser quelques plantes pousser du sol. Le système d'artisanat de Yakuza : Like A Dragon vous permet de créer une variété d'objets de buff qui sont précieux au combat. Oh et un système de gestion similaire à celui de Yakuza 0 est de retour dans le jeu. Laissez-vous surprendre - c'est vraiment une bonne chose ! Il y a cependant une chose qu'il faut dire à ce stade : La version Xbox One permet de profiter du Smart Delivery et ainsi de transférer sa sauvegarde existante sur Xbox Series X (ou S). Si vous étiez tenter de refaire le jeu en New Game + sur votre console flambant neuve, voilà une occasion en or.

Une réalisation à la hauteur

Yakuza : Like A Dragon tourne sur Xbox One (et Xbox One X) à 30 FPS, bien qu'il y ait quelques scènes - surtout dans l'intro - où la fréquence d'images est sensiblement plus basse. Yokohama fait environ trois fois la taille de Kamurocho et pourrait donc sembler beaucoup plus vivante, mais ce n'est pas forcément le cas. Visuellement, les développeurs ont utilisé le puissant moteur de Kiwami 2 et l'ont optimisé à nouveau. Le quartier avec son centre ville éblouissant, le port avec sa promenade, le quartier des sans-abri délabré et ses "Little China" et "Little Korea" sont basés sur le véritable quartier existant d'Isezakicho. Pourtant, le Yokohama pratiquement reconstruit ne semble pas aussi palpitant qu'autrefois Kamurocho (Tokyo) et Sotenbori (Osaka, partie 2) et n'a pas non plus le charme d'Onomichi (Hiroshima, partie 6) ou de Sapporo (partie 5). Dès qu'il fait nuit et que la ville est éclairée par des néons, que de la vapeur s'échappe des plaques d'égouts, que les fêtards peuplent les rues et que l'on voit la grande roue de la ville à l'horizon, la première impression de désillusion s'estompe un peu. En ce qui concerne la mise en scène, les histoires secondaires ainsi que les événements de l'intrigue sont parfois malheureusement affectés par des zones de texte non synchronisées, y compris des animations de personnages maladroites.

Comme toujours, les acteurs japonais sont excellents et connus, et Sega fait également appel à des doubleurs professionnels pour la première version anglaise d'un Yakuza depuis le premier jeu pour la PlayStation 2. Autre retour très attendu les sous-titres français, qui étaient encore assez sujets à erreur lors de cette phase de test et qui n'ont généralement pas le raffinement de la localisation anglaise. Néanmoins, Yakuza : Like a Dragon, avec sa localisation élaborée, souligne finalement l'importance de la franchise pour Sega sur le marché occidental également.  La bande originale du jeu est quant à elle irréprochable. Chaque chanson est un classique instantané, en particulier les différents thèmes de combat. A part cela, Yakuza : Like A Dragon est un titre absolument de première classe, qui n'est en rien inférieur à ses prédécesseurs. Au contraire : en raison de l'interaction des nombreux systèmes élaborés, il s'agit de la ramification la plus complexe de la série Yakuza. Et aussi l'histoire, les personnages et l'ambiance sont au plus haut niveau. En bref : une série déjà de premier ordre prend un nouveau départ, ce qui facilite tout particulièrement la tâche des nouveaux venus. Soyez-en sûr : les sept jeux précédents se retrouveront très vite sur votre liste de souhaits.

VERDICT

-

Yakuza : Like a Dragon est une suite réussie et en même temps un nouveau départ réussi pour la série. Il est vrai que le système de combat au tour par tour souffre encore de quelques problèmes de jeunesse, notamment en ce qui concerne la caméra et la complexité des joutes. Néanmoins, les affrontements sont amusants et très motivants grâce à la riche palette d'attaques et de compétences qui accompagnent les différents acteurs. Le premier et le dernier tiers de l'histoire offrent d'excellentes scènes, dans lesquelles il faut parfois rire de bon cœur, parfois retenir ses larmes et parfois s'enfoncer dans un drame politico-criminel palpitant. En général, il est remarquable de constater à quel point l'histoire traite une fois de plus des tendances actuelles de la politique et de la société japonaises et les commente de manière critique. Pour un produit grand public japonais, c'est tout sauf ordinaire.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés