Demon Slayer : Kimetsu no Yaiba - The Hinokami Chronicles
Plate-forme : Xbox Series X - Nintendo Switch
Date de sortie : 15 Octobre 2021
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Beat'em up
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


7/10

Suivez Tanjiro à travers l'histoire de l'anime "Demon Slayer: Kimetsu no Yaiba" alors qu'il affronte des démons afin de sauver sa sœur Nezuko.

Les rôdeurs de la nuit.

Comme mentionné par le passé, Demon Slayer : Kimetsu no Yaiba - The Hinokami Chronicles est le nouveau tie-in du jeu vidéo dédié à la série animée homonyme d'Ufotable, elle-même basée sur le manga de Koyoharu Gotouge, et véritable phénomène pop de l'ère moderne. Il s'agit, par essence, d'une série de combat shonen où il n'est question que de bagarres et de sentiments criés à travers les dents serrées, le tout se déroulant dans le Japon du début du 20e siècle et agrémenté d'éléments folkloriques et surnaturels. En tant que Tanjiro, un tueur de démons prometteur, vous parcourez un chemin à la recherche d'un remède pour restaurer l'humanité de sa sœur, tombée sous la malédiction d'un démon qui l'a transformée en un être surnaturel. Bien sûr, banaliser en deux lignes l'histoire d'une des séries manga les plus aimées et vendues de tous les temps n'est pas une tâche facile, mais cela devrait donner une idée de l'incipit qui caractérise l'aventure depuis ses premiers balbutiements, à tel point que le jeu vidéo, dans son mode histoire, saute à pieds joints les préambules du récit pour nous projeter immédiatement dans l'arène de ses combats.

Il est donc clair que Demon Slayer : Kimetsu no Yaiba - The Hinokami Chronicles a d'abord été pensé comme un jeu de combat 2 contre 2, avec un bon nombre de personnages jouables issus des sept premiers arcs narratifs des histoires, puis enrichi d'un mode narratif élégant (mais parfois peu concluant) qui reprend les événements de la série animée pour en proposer, avec une grande spectacularité, les passages les plus convaincants. Hélas, ce qui ressort après des dizaines d'heures passées en compagnie de ses épéistes et de ses événements indéniablement riches en pathos et en Sturm und Drang d'une exquise jeunesse, c'est que si l'on reconnaît l'habileté de Cyberconnect2 à chacune de ses magnifiques séquences en cel shading, il faut considérer le jeu vidéo comme un simple vecteur d'accompagnement des mangas et des animes, plutôt que comme un véritable substitut au média principal sur lequel Demon Slayer semble évoluer avec une grande assurance et un succès mérité.

Une épée pour les tuer tous.

Le mode histoire ressemble en fait davantage à un modeste simulateur de marche avec des affrontements sporadiques avec des ennemis mineurs pour séparer le joueur des combats beaucoup plus intéressants avec les boss principaux, plutôt qu'à un mode aventure bien structuré, comme on l'a vu dans les précédentes productions de Cyberconnect2 consacrées aux marques animées telles que Naruto et le plus récent Dragon Ball Z Kakarot. En ce sens, il est dommage d'admettre que si les séquences cinématiques parviennent à maintenir l'attention à un niveau élevé, entre un combat à couper le souffle et un Quick Time Event bien placé, ce sont plutôt les phases d'exploration qui ralentissent définitivement le rythme du jeu - et donc le plaisir - surtout quand on se rend compte de la lenteur avec laquelle on se déplace dans des espaces qui, selon les intentions des développeurs, devraient être explorés de fond en comble pour récupérer les collectables nécessaires au déblocage de récompenses importantes. Cela s'accompagne d'un système de classement qui évalue les compétences du joueur avec des jugements qui prennent en compte son aptitude au combat (principal et secondaire), son dévouement dans le collectathon des phases d'exploration et ses réflexes mis à l'épreuve par les quick time events susmentionnés et certains mini-jeux. En bref, ceux qui veulent se consacrer à l'achèvement total de l'histoire devront nécessairement transpirer les hauts niveaux, afin de débloquer les déblocables et conquérir les trophées/objectifs convoités qui excitent tant les petits cœurs des joueurs les plus hardcore.

Dans ce sens, la possibilité - à la fin du chapitre - de revenir à des combats spécifiques et à des parties de l'histoire est commode pour essayer de manière plus agile la recherche exaspérante du plus haut niveau de jugement, mais il va sans dire que certains passages - surtout dans les phases finales - sont vraiment difficiles si vous ne faites pas un bon effort pour mémoriser les schémas d'attaque des adversaires. Cela dit, atteindre la fin du mode histoire en conquérant la possibilité d'utiliser tous les personnages jouables (il y en a 18, plus 4 autres à venir grâce à des mises à jour gratuites) n'est qu'une formalité, et au cas où vous ne voudriez pas transpirer des costumes optionnels et des arènes de jeu supplémentaires au son de la virtuosité sur le champ de bataille, il suffit d'investir la monnaie du jeu collectée en explorant et en combattant dans les autres modes de jeu pour contourner le problème.

Stratégies d'un chasseur de démons.

Impossible de ne pas s'attarder sur le système de combat, véritable surprise (il faut bien le dire) de toute la production. Comme prévu dans l'aperçu, Demon Slayer : Kimetsu no Yaiba - The Hinokami Chronicles est presque sans vergogne basé sur les précédents combattants d'arène signés par Cyberconnect2, avec le même cadre graphique et mécanique (arènes limitées, caméra de dos, grande mobilité, système de barre et de charge pour limiter l'utilisation des super coups et des coups spéciaux), mais il propose une série de nouveautés qui ne passeront sûrement pas inaperçues aux yeux des fans. Comme d'habitude, nous nous trouvons devant un jeu vidéo clairement accessible aussi aux non-joueurs (permettant ainsi aux simples fans de mangas et d'anime de s'y plonger sans trop de scrupules), mais capable de réserver des surprises et une profondeur non indifférente aux niveaux de difficulté supérieurs. Tout d'abord, le jeu vous permet de sélectionner deux personnages à lancer dans la bataille, dans un cadre de tag battle qui comporte néanmoins des barres d'énergie communes et des coups spéciaux. Appeler son partenaire au combat permet non seulement de le projeter sur l'adversaire, peut-être pour créer une ouverture avec laquelle commencer une séquence de coups enchaînés, mais aussi d'effectuer des manœuvres d'évitement pour briser les combos qui sont souvent nécessaires pour échapper aux attaques ennemies.

En ce sens, nous avons été surpris de constater que le jeu vidéo comprend une série de manœuvres défensives qui, si elles sont bien utilisées, peuvent littéralement faire basculer l'issue d'un combat apparemment déjà terminé. Aux simples touches d'attaque s'ajoutent des combinaisons d'entrée qui, si elles sont insérées au bon moment, permettent de dévier les coups de l'adversaire avec des parades passionnantes, à tel point que ce n'est que lorsque le mode en ligne sera peuplé de joueurs acharnés que l'on pourra évaluer à quel point ces ajouts peuvent réellement faire la différence entre un joueur novice et un joueur plus aguerri. En corollaire, il y a le traditionnel système de charges qui permettent d'accéder à des coups spectaculaires avec une incroyable puissance offensive (de plus améliorable) et un système d'amélioration avec des niveaux, qui amène à augmenter l'efficacité de chaque coup jusqu'à doubler sa puissance. Jouer uniquement au mode histoire sans se consacrer à quelques sessions de confrontation avec des ennemis humains ne permet pas de savourer tout le potentiel de la fascinante superposition de mécaniques pensée par Cyberconnect2, et en ce sens il est vraiment salvateur qu'un mode en ligne soit là qui permettra, à l'avenir, de voir comment le métagame du titre peut prendre vie entre des joueurs plus dévoués aux technicités. Le seul mode secondaire d'épaisseur, une sorte de missions d'entraînement, tente en quelque sorte de forcer le joueur à aller au-delà de la simple exécution de coups spéciaux et de combos avec lesquels on peut facilement terminer le mode histoire, mais ne parvient toujours pas à démontrer efficacement le potentiel des mécaniques " cachées sous le capot " du système de combat.

De nouvelles mécaniques depuis DBZ et Naruto.

Non pas que le mode histoire ne réserve pas ses particularités : les combats contre les démons qui parsèment l'histoire de Demon Slayer sont encore intéressants, surtout en regardant les boss des huit chapitres jouables, mais en ce sens la lecture des affrontements est souvent facilitée par des indicateurs qui mettent en évidence la portée de l'arène des coups que les ennemis sont sur le point de lancer, et est moins importante composante de la lecture du style de jeu de l'adversaire que seulement dans les affrontements versus devient, cependant, fondamentale (et aussi sacrément drôle). Il reste clairement toute la rugosité d'un jeu vidéo qui se doit d'être " facile à aborder, mais difficile à maîtriser ", avec une grande importance accordée aux effets graphiques et particulaires qui, en de nombreuses occasions, n'aident pas à la lecture des combats. Cependant, il reste intéressant de voir comment Cyberconnect2 ne s'est pas contenté de proposer un jeu vidéo sous licence avec des mécaniques basiques et quelques idées éparses, mais a au contraire osé aller dans une direction qui rendra le titre appétissant même pour les non-initiés de la série animée (qui, de toute façon, nous vous recommandons d'envisager la possibilité de récupérer la série animée d'Ufotable plutôt que de vivre ses événements à travers le mode histoire sommaire).

Impossible alors de ne pas tirer un coup de chapeau à la réalisation technique une fois de plus embellie par l'habileté de la firme japonaise dans l'utilisation de la technique 3D du cel shading : si le mode histoire laisse place à des personnages secondaires moins soignés et à des environnements peut-être un peu " dépouillés ", c'est dans les combats et les séquences narratives que le jeu vidéo donne le meilleur de lui-même, montrant avec quel soin et quelle fidélité les animateurs et artistes de la maison Hack ont réussi à reproduire de manière extrêmement efficace des techniques de combat pyrotechniques et des passages fondamentaux de l'histoire. De plus - pour une fois - les splendides séquences voulues par le développeur japonais sont accompagnées de la bande sonore tirée de la série animée de référence, qui célèbre avec majesté la solennité et la gravité de chaque passage de l'histoire de Tanjiro et de ses compagnons. Demon Slayer se comporte bien dans presque tous les cas et, hormis quelques secondes de chargement de trop. Attention, cependant, seules les versions PS5 et Xbox Series pourront compter sur des combats à 60fps avec un patch post-lancement.

VERDICT

-

Demon Slayer : Kimetsu no Yaiba - The Hinokami Chronicles est le jeu vidéo typique tiré d'une série animée que l'on peut attendre de Cyberconnect2 : un banquet savoureux pour les fans et une énième démonstration du savoir-faire technique de la société japonaise en matière de modélisation 3D et d'animation cel shading. Il reste un brawler direct et facile à aborder, mais sous son apparente simplicité se cache une couche de mécanismes qui méritent d'être découverts.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés