Un héros ordinaire
Plate-forme : DVD
Date de sortie : 17 Février 2022
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
film
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7.5/10

Réalisé par Emilio Estevez.

Un héros ordinaire (The Public), sorti aux États-Unis en 2019, est un drame américain réalisé et écrit par (et avec) Emilio Estevez. Pour l'essentiel, le film se déroule dans la bibliothèque publique de Cincinatti, où des usagers de tous horizons viennent chaque jour pour se rencontrer, lire, s'informer ou, dans de nombreux cas, simplement pour échapper au froid. En réponse à une vague de froid brutale dans le Midwest, une grande horde de sans-abri, menée par Jackson (Michael Kenneth Williams), un habitué des lieux, se réfugie dans la bibliothèque et refuse de la quitter à l'heure de la fermeture. Le bibliothécaire Stuart Goodson, qui tente initialement d'expulser la foule, se retrouve involontairement porte-parole du groupe. Ce qui commence comme un sit-in non violent de type Occupy dégénère rapidement en une confrontation avec la police anti-émeute locale, dirigée par le négociateur chevronné Bill Ramsted (Alec Baldwin) et le procureur Josh Davis (Christian Slater), qui a des visées politiques. Ce dernier cherche à tourner la situation à son avantage politique en créant un faux récit selon lequel le groupe est pris en otage par Goodson, qui est armé et déséquilibré. La découverte que Goodson a un casier judiciaire et qu'il vient d'être démis de ses fonctions à la bibliothèque renforce le récit de Davis et plaide pour une fin violente du "siège". Alors que la foule de spectateurs et les camionnettes des médias rejoignent l'essaim de policiers à l'extérieur de la bibliothèque, Myra (Jena Malone), une collègue de Goodson, et Angela (Taylor Schilling), une amoureuse en devenir, travaillent avec la journaliste Rebecca Parks (Gabrielle Union) pour présenter la situation telle qu'elle est réellement : un bibliothécaire nerveux et excentrique défendant le droit démocratique des sans-abri à manifester pacifiquement contre leur situation de danger pour la vie. Alors que les tensions atteignent un point d'ébullition, les manifestants mettent à nu leur demande de compassion et leur droit fondamental à un abri dans une ultime confrontation.

Estevez a reçu des éloges pour son rôle principal et sa description empathique de la situation critique des sans-abri, en particulier face aux hivers rigoureux du nord de l'Amérique. L'intrigue est simple, fluide et crue, avec peu de rebondissements ou d'éléments d'intrigue manifestes et une bonne utilisation de l'humour sec. Le scénario est dépouillé, à l'image des personnages dépenaillés qui se terrent dans la bibliothèque. Estevez évite habilement de devenir trop moralisateur ou d'essayer de créer un faux méchant dans la police - tant Ramsted (dont le fils toxicomane a disparu quelque part dans les rues) que le bibliothécaire en chef et directeur, M. Anderson (Jeffrey Wright) découvrent un sens plus profond de l'empathie au cours du film. Il pose néanmoins quelques questions sociétales lancinantes, comme celle de savoir si l'Amérique de Trump a perdu son âme, si les administrations municipales consacrent suffisamment de ressources au problème des sans-abri et si le désespoir des sans-abri, dont beaucoup souffrent de dépendance et d'autres problèmes de santé mentale, les rend incapables d'une véritable camaraderie ou même d'une amitié. Le message sous-jacent semble également être que dans sa tentative de protéger l'American Way, la société perd de vue ses fondements de liberté civile et la notion que "tous les hommes sont créés égaux" - la bibliothèque elle-même est présentée comme l'un des derniers avant-postes de la démocratie qui ne fait pas de différence de classe, de race, de religion ou de circonstances socio-économiques. Une chose qui nous a frappé est l'absence d'un antagoniste clair - Hollywood a besoin d'un méchant pour souligner (par contraste) la nature héroïque de son protagoniste. Le rôle est confié au procureur et politicien en herbe Josh Davis (fortement interprété par l'éternel Christian Slater), mais le sans-abrisme est un problème complexe et systémique avec un ennemi sans visage et il est trop simple et paresseux de rejeter la faute sur un ou deux politiciens locaux ou quelques flics autoritaires.

VERDICT

-

Un film solide, bien réalisé, bien interprété et qui vaut la peine d'être vu.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés