L'Epée
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 03 Juin 2022
Résumé | Test Complet
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario et dessin : Anabel Colazo

L'une des grandes valeurs de la fantasy narrative est de se faufiler dans notre propre réalité, même si elle le fait en parlant de royaumes lointains, de créatures mythiques, de magie ou de princesses. Les auteurs qui détiennent la clé de cette porte sont ceux qui se faufilent le plus fermement dans l'imaginaire populaire. Et même si nous mentirions si nous disions qu'Anabel Colazo cherche cet écart avec ses histoires, car ses revendications sont généralement beaucoup plus intimes, nous falsifierions encore plus la réalité si nous ne voyions pas le pouvoir métaphorique que son épée a. L'histoire est, de manière très basique, la confrontation de deux points de vue, celui d'une jeune femme qui va hériter du trône et celui de sa reine. La relation mère-enfant entre elle n'est rien de plus que la pointe de l'iceberg d'un gigantesque débat entre deux options politiques et sociales qui, comme nous l'avons dit, ont des réflexions que nous pouvons comprendre sans difficulté. Les gens devraient-ils continuer à être privés de la magie pour laquelle ils continuent à n'utiliser que quelques privilégiés ? C'est l'excuse d'une histoire qui, avec beaucoup de pauses, un rythme raisonnable pour ce qui est raconté et qui sait accélérer dans son climax d'action, sait se déplacer entre le mythique et l'intime, comme Colazo sait le faire en fait à faire dans toutes les œuvres qu'il nous a présentées jusqu'à présent, nous laissant avec différentes couches que nous pouvons voir et analyser maintenant ou laisser en attente pour de futures lectures. La chose intrigante à propos de l'Epée est qu'elle donne toujours le sentiment que Colazo va au-delà des scènes qu'elle nous montre. Nous voyons des scénarios et des conversations fantastiques qui parlent de magie et de l'avenir du royaume, mais en même temps, l'impression est qu'il y a beaucoup plus de choses en dessous, du passé, des sensations et des émotions qui restent au lecteur à découvrir, interpréter et interpréter.

C'est la vraie magie des histoires de l'auteure. Il n'y a pas de découvertes révolutionnaires dans sa fantasy, elle n'en a pas besoin, savoir réunir tous les éléments pour que ce soit une histoire d'un grand brio et d'un féminisme palpable, à cause des rôles joués par les protagonistes, à cause des relations qui s'établissent entre eux et à cause de ses propres actions. Et c'est pourquoi le rythme que l'auteure choisit est si approprié. Elle aurait pu donner toute la place à la légende, oui, mais cela n'aurait pas cadré avec le même naturel dans sa manière de raconter les choses. C'est une histoire de personnages, de femmes, de relations humaines (même avec celles qui ne sont pas tout à fait humaines) et d'émotions très personnelles, même s'il y a en arrière-plan un combat mythique contre un démon maléfique. C'est un pari risqué, surtout pour ceux qui viennent à L'Epée attirés par le genre de l'ouvrage, mais énormément satisfaisant en lecture. Le dessin de Colazo est reconnaissable, L'Epée n'est pas trop éloigné de ce qu'elle nous proposait dans Ne regarde pas derrière toi ou Proches rencontres, mais force est de constater qu'il se laisse emporter par le genre. La fantaisie a besoin d'une certaine spectaculaire, et bien qu'elle doive être ajustée aux lignes tracées par l'auteur, il est possible de remarquer l'influence des décors et des créatures lors de la composition des pages et de la conception de tout ce que nous voyons. Le souci de Colazo de trouver des scénarios différents des précédents pour raconter ses histoires est une énorme incitation à continuer à être fasciné par son travail, car elle est capable d'apporter un design très personnel à des tons et des histoires très différents, sachant donner de l'importance au personnages dans la mise en scène, dans les regards, mais aussi agrémenter chaque séquence d'un bon décor dans lequel elle se déroule.

VERDICT

-

L'Epée est peut-être une de ces œuvres dans lesquelles l'œuvre a plus de poids après qu'on l'a lue que pendant la lecture elle-même, et cela, qui pour certains lecteurs pourrait être un handicap, doit être considéré comme la preuve la plus définitive de son triomphe. Elle transcende, même inconsciemment, le moment pour lequel cette œuvre a été créée. Et cela, même s'il est quelque peu indéfini, a beaucoup de valeur pour juger le travail d'une artiste comme celle-ci.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés