Postal 4 : No Regerts
Plate-forme : PC
Date de sortie : 20 Avril 2022
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
FPS
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


5/10

POSTAL 4 : No “Regrets” est un sandbox FPS satirique et scandaleusement comique. Ou pas.

Pas d'histoire, juste des phrases politiquement incorrectes.

POSTAL 4 : No Regerts est un jeu d'action qui a pour but de placer le joueur dans un monde ouvert afin qu'il puisse semer le chaos. La franchise est devenue populaire après les diverses controverses entourant la sortie de POSTAL 2 en 2003, car le titre présente une quantité exagérée de violence et de gore. De plus, l'objectif principal du jeu est essentiellement de tirer sur les gens et d'attaquer tout ce qui marche de la manière la plus absurde possible. Bien que la prémisse du jeu ne soit pas très attrayante au début, la franchise est devenue populaire pour son haut degré d'humour noir et pour se moquer du politiquement correct. Cependant, nous parlons d'un travail qui a connu un tel succès en 2003, il y a presque 20 ans. Par conséquent, l'aspect humoristique peut ne pas toujours suffire à livrer un bon jeu. Cet aspect est devenu réel lors de la sortie de POSTAL 3 en 2011. En plus de ne pas avoir amélioré le gameplay à bien des égards, la critique majeure concernant la troisième entrée de la franchise était l'abandon du politiquement correct, un facteur qui s'est avéré essentiel pour le succès de POSTAL. Malgré tout, le 14 octobre 2019, POSTAL 4 : No Regerts est sorti en accès anticipé sur PC via Steam. Le jeu, bien qu'il ait eu de nombreux problèmes de performances et de bugs, a eu un bon accueil pour être finalement revenu à son style plus politiquement incorrect, abusant de la violence et des blagues infâmes. Bien qu'il ait eu quelques problèmes, le jeu a reçu lors de l'accès anticipé plusieurs contenus et améliorations, ce qui, selon le développeur, rendrait le lancement du jeu acceptable.

Comme indiqué précédemment dans l'introduction, le grand attrait de POSTAL a toujours été son approche du politiquement incorrect. Donc, dans aucun jeu, nous n'avons eu une histoire profonde ou un développement de personnage. La même chose est répétée dans POSTAL 4: No Regerts. Nous contrôlons un homme appelé Postal Dude et nous devons explorer une grande ville appelée Paradise, remplissant certains objectifs qui apparaissent à l'écran. Le premier est à la recherche d'un emploi, puis nous devons trouver un personnage, collecter certains objets et tuer beaucoup de monde. Tout ce cycle se répète fréquemment, le protagoniste jurant toujours et plaisantant. Nous n'avons donc pas ici de développement narratif à évaluer. Les personnages que l'on croise pendant la campagne sont caricaturés à l'extrême et se révèlent être les plus grands stéréotypes possibles. Par exemple, un gardien de prison qui mange des beignets et « gifle » au lieu de surveiller les prisonniers. De plus, le jeu abuse des blagues avec des situations sexuelles, et à tout moment on voit des phrases ou des objets qui font référence aux organes génitaux. Bien que la prémisse principale du titre soit vraiment d'être un travail attrayant, le jeu finit par en abuser pour essayer de choquer ou quelque chose, ce qui finit par ne pas être du tout efficace.

Un jeu qui choquerait… en 2010.

Pendant toute notre expérience dans POSTAL 4: No Regerts, nous ne pouvions que penser à quel point ce jeu serait choquant en 2010. Parce que, contrairement à aujourd'hui, à cette époque, les choses devenaient très facilement controversées, comme, par exemple, la tristement célèbre mission No Russian de Call of Duty Modern Warfare 2. Cependant, nous sommes en 2022, une époque où de nombreux projets présentent un tel degré de violence et de réalisme, que les joueurs ne sont tout simplement plus aussi impactés qu'avant. De plus, ce genre de situation n'attire plus autant l'attention des médias qu'auparavant, et c'est un aspect important qui a popularisé la franchise avec POSTAL 2 étant considéré comme "Le pire jeu jamais créé". Cette phrase se retrouve même dans le synopsis du jeu sur Steam, car c'est une façon d'essayer de promouvoir le jeu et de redonner à la franchise son lustre d'antan. Cela dit, POSTAL 4 : No Regerts n'est pas un jeu qui introduit quelque chose de nouveau. Le titre a repris les différents éléments qui ont fait le succès de POSTAL 2 et les a ramenés au titre. Bientôt, les fans qui aiment le deuxième jeu de la franchise apprécieront ce nouveau titre. Eh bien, tout ce qui a rendu le travail populaire avant revient ici, des blagues gore, sexuelles et sales, un personnage macho qui est un pistolet avec la vie et décide de sortir semant le chaos dans une ville juste pour s'amuser. Même une curiosité, POSTAL est inspiré du film A Day of Fury, qui est essentiellement l'histoire d'un homme qui, après avoir passé une mauvaise journée, décide de résoudre ses problèmes en utilisant la violence dans une petite ville locale.

Bon, POSTAL 4 : No Regerts ne présente rien de très intéressant dans sa narration, donc le gameplay doit être bon, non ? Ou pas. Le jeu propose un gameplay à la première personne axé sur l'action. Par conséquent, nous pouvons explorer Paradise, remplir certains objectifs qui incluent uniquement interagir avec un personnage, collecter un objet perdu sur la carte et tirer et attaquer tout ce qui bouge. Pour cela, nous pouvons utiliser des armes à feu, des corps à corps, des véhicules comme une tondeuse à gazon et même attaquer de manière inhabituelle, comme pisser sur les gens… Oh, et nous pouvons aussi donner le majeur à tout le monde parce que WOW, c'est tellement cool !!! (seulement non). Mais au final, le gameplay de POSTAL 4 : No Regerts ne répond pas bien. Certaines commandes simples comme interagir avec des objets deviennent quelque chose d'insupportable dans certains segments, et même si les joueurs appuient sur la bonne commande, le jeu ne fonctionne tout simplement pas. Cela arrivait souvent lorsque nous devions récupérer un objet nécessaire à une quête, donc quand nous ne pouvions pas obtenir l'objet, nous ne pouvions pas progresser, ce qui rendait l'expérience frustrante. Cependant, les bases impliquant le tir avec les différentes armes à feu du jeu ont bien fonctionné. Dans POSTAL 4: No Regerts , nous pouvons attaquer à l'aide de pistolets, de grenades, de mitrailleuses et même d'un lance-roquettes. Le combat n'est pas difficile. Par conséquent, il est très difficile de mourir dans le jeu, car le défi fourni par les ennemis n'est pas élevé. De plus, si nécessaire, nous pouvons trouver de la nourriture autour du scénario et restaurer les HP du protagoniste. En parlant de combats, pendant les chapitres du jeu, nous trouverons plusieurs ennemis qui essaieront d'arrêter le protagoniste. Certains d'entre eux incluent la police, les forces spéciales et même des patrons inhabituels, comme le propriétaire d'un sex-shop…

Graphismes et bande son

Les graphismes de POSTAL 4 : No Regerts font leur boulot, mais ils ne sont pas très actuels. Cependant, le jeu parvient à présenter une bonne variété de lieux comprenant des villes, des bâtiments, des parcs, des égouts et même un désert. Nous pouvons explorer chacun de ces environnements en remplissant les objectifs simplistes du jeu et en attaquant également tout ce qui bouge. Bien que les visuels laissent beaucoup à désirer, la grande variété de lieux nous a impressionné. De plus, le jeu présente une bonne liberté dans ces lieux, étant donné que nous pouvons explorer la manière que nous préférons. En ce qui concerne la bande son, le jeu a plusieurs chansons axées sur le rock et le punk, et l'objectif est de rendre les attitudes du protagoniste plus amusantes et percutantes. Même parce que c'est certainement super amusant d'uriner sur des PNJ au son d'une musique super punk, n'est-ce pas ? Le summum du rebelle. La conception sonore de POSTAL 4 n'est pas optimale. Les armes n'ont pas un son percutant et beaucoup moins réaliste, et le jeu répète beaucoup le même effet sonore pour différentes armes.

POSTAL 4 : No Regerts a une optimisation terrible. Le jeu connaît de nombreuses baisses de FPS et des plantages, quelle que soit la configuration graphique utilisée. Par exemple, en regardant le ciel, le framerate augmente généralement (puisqu'il y a moins à afficher) eh bien dans POSTAL 4, il a simplement baissé l'animation à 15fps. De plus, le jeu a connu de nombreux bugs durant la campagne. Le protagoniste traversant les murs, les commandes qui ne fonctionnaient pas, le son qui se coupait de nulle part, les PNJ qui ne bougeaient pas et même les retards de rendu. Cependant, les temps de chargement étaient rapides, ce à quoi il fallait s'attendre grâce au SSD du PC. Enfin, POSTAL 4: No Regerts présente le sommet de la mauvaise politique de notre société, une personne qui pense que tous ses problèmes sont résolus par la haine, attaquant tout et tout le monde verbalement ou physiquement.

VERDICT

-

POSTAL 4 : No Regerts est un jeu qui plaira aux fans de la franchise. Tout ce qui a fait le succès de POSTAL 2 est ici. Un protagoniste un peu fou qui décide de résoudre les problèmes de la vie en tirant sur tout le monde, des blagues sales partout et bien sûr, un gameplay qui encourage la violence simplement parce que le protagoniste peut le faire. Le titre n'ajoute vraiment rien sur le plan narratif et n'a aucun message à transmettre, à part le fait que tuer les autres est amusant, surtout si une blague sexuelle est dite tout de suite. En l'état, le jeu délivre une expérience peu fonctionnelle et présente de nombreux problèmes techniques.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés